4,7 / 5 ( 153 votes ) Notez cette définition :

1

faire

 Définition et Synonymes - Définition Mediadico

faire(verbe transitif)

Difficultés orthographiques
j'ai à faire avec Un tel( quelque chose à faire).
faire savoir.
il faut s‘ y faire.
s‘ en faire( se soucier).
n'avoir rien à faire.
ce faisant.
se faire fort.
une lettre de faire part.
tant qu‘ à faire.
avoir fort à faire.
à tant faire que.
tant qu‘ à faire.
ni fait ni à faire.

faire(nom masculin)

L‘ action, la puissance de faire.
Manière propre à chaque artiste ou artisan.

Homonymes - paronymes
avoir affaire à ( être en contact avec).
fer( métal).

Les synonymes Mediadico de faire :

Les synonymes Word de faire :

Les synonymes WordNet de faire :

Les antonymes de faire :

défaire, unfit, oublier, wobbly, flabby, négliger, négligent,e, oublie


2

Définition du dictionnaire Littré

> FAIRE
Prononciation : fê-r'
s. m.
Sens 1
L'action, la puissance de faire.
Sens 2
Terme d'art. Manière propre de chaque artiste.
Ton général, caractère d'une oeuvre. Ce tableau est d'un beau faire.
Diderot l'a écrit sans signe du pluriel : Il y a une infinité de faire différents, Peint. en cire, Oeuvres, t. XV, p. 390. Il vaut mieux lui donner ce signe : Des faires différents.
Il y a loin du dire au faire.
ÉTYMOLOGIE
Faire 1.
> FAIRE
Prononciation : fê-r
Au XVIe Siècle, d'après Bèze, les Parisiens prononçaient à tort fesant au lieu de faisant ; c'est cette prononciation des Parisiens, condamnée alors, qui a prévalu ; on prononce aujourd'hui fe-zan, fe-zon, fe-zê, fe-zié), je fais, tu fais, il fait, nous faisons, vous faites, ils font ; je faisais ; je fis ; je ferai ; je ferais ; fais, qu'il fasse, faisons, faites, qu'ils fassent ; que je fasse, que tu fasses, qu'il fasse, que nous fassions, que vous fassiez, qu'ils fassent ; que je fisse ; faisant ; fait, faite, v. a.
Mot à signification très étendue qui, exprimant au sens actif ce que agir exprime au sens neutre, et au sens déterminé et appliqué à un objet ce que agir exprime au sens indéterminé et abstrait, dénote toute espèce d'opération qui donne être ou forme.
Sens 1
Donner être ou forme.
Sens 2
Engendrer.
Sens 3
Façonner, fabriquer, construire, en parlant des oeuvres matérielles de l'art et de l'industrie.
Sens 4
Se dit dans le même sens, en parlant des oeuvres de l'intelligence, de l'imagination.
Sens 5
Il s'emploie dans un sens beaucoup plus étendu, en parlant de tout ce qu'un sujet opère, effectue, exécute dans l'ordre physique ou moral.
Sens 6
Faire quelque chose pour quelqu'un, lui accorder ou lui faire obtenir quelque chose.
Sens 7
Il se dit des choses qui sont agents de quelque chose.
Sens 8
Se faire, faire à soi, se créer, se procurer.
Sens 9
Faire d'une personne, d'une chose.... la changer en, en user comme de....
Sens 10
Faire suivi de la préposition de, disposer de quelqu'un ou de quelque chose, en tirer parti d'une façon quelconque.
Sens 11
Employer ses forces, son activité à quelque chose, s'en occuper, y passer son temps.
Sens 12
Faire du mal, faire du bien à quelqu'un.
Sens 13
Récolter ; semer, cultiver.
Sens 14
Dans le commerce, faire le genre d'opérations auxquelles on se livre.
Sens 15
Produire le même effet, le même résultat que....
Sens 16
Arranger, mettre dans un état convenable.
Sens 17
Mettre en pratique, observer, en parlant de choses d'obligation, de précepte.
Sens 18
Former par un exercice convenable ; accoutumer, habituer.
Sens 19
Se dit des choses qui marquent espace, étendue.
Sens 20
Il exprime un grand nombre de modes d'action et de manières d'être, au moyen des autres mots de la phrase auxquels il est lié et qui lui donnent sa signification spéciale.
Sens 21
Il se dit de certaines fonctions de guerre.
Sens 22
Divers emplois, en termes de marine.
Sens 23
À la natation, faire la planche.
Sens 24
Divers emplois, en termes de vénerie.
Sens 25
Divers emplois, en termes de jeux.
Sens 26
Amasser, mettre ensemble.
Sens 27
Faire des recrues, appeler des hommes sous les drapeaux.
Sens 28
Acquérir, gagner.
Sens 29
Consacrer un temps à l'étude d'une chose.
Sens 30
Il se dit en parlant des différentes professions, métiers, emplois.
Sens 31
Passer par, avoir pour maîtres, en parlant de domestiques.
Sens 32
Faire une maladie, passer par une maladie, la subir.
Sens 33
Il se dit de différentes occupations de la vie courante.
Sens 34
Constituer quelqu'un en une certaine dignité ou titre.
Sens 35
Donner à quelqu'un certaine qualité, condition.
Sens 36
En termes de bourse, faire tant. En termes de finance et de jeu, faire bon.
Sens 37
Il se dit des personnes qu'on se concilie, qu'on s'attache.
Sens 38
Représenter un personnage.
Sens 39
Prendre le caractère de jouer le rôle de.
Sens 40
Causer, déterminer, procurer.
Sens 41
Être ; constituer.
Sens 42
Former un ensemble, un tout.
Sens 43
Faire tout, avoir la suprême influence, être décisif.
Sens 44
Représenter comme, en parlant de personnes ou de choses.
Sens 45
Évaluer à un certain prix.
Sens 46
Allouer, en parlant d'une somme
Sens 47
En termes de grammaire, avoir une certaine désinence ou flexion.
Sens 48
Rendre des excréments
Sens 49
Chemin faisant.
Sens 50
Faire suivi d'un adjectif pris adverbialement.
Sens 51
Faire construit avec la particule en.
Sens 52
Faire construit avec un infinitif
Sens 53
Faire à savoir, faire connaître.
Sens 54
Faire, verbe neutre. Opérer, travailler, se comporter
Sens 55
Faire, avec un adverbe ou une locution adverbiale, se comporter comme l'indiquent l'adverbe ou la locution.
Sens 56
Faire à quelqu'un, lui causer une certaine impression.
Sens 57
Faire des armes, s'exercer à l'escrime.
Sens 58
Faire, avoir une part dans le jeu, dans une affaire.
Sens 59
Faire que, agir de manière que.
Sens 60
Finir.
Sens 61
Faire de, se comporter à l'égard de.
Sens 62
Faire pour quelqu'un, le suppléer, tenir sa place, être son agent.
Sens 63
Faire en, être négociant en.
Sens 64
Faire pour, travailler pour ; faire pour, faire contre, être favorable à, contraire à.
Sens 65
Avoir une influence, un effet quelconque.
Sens 66
Dire, répliquer (fait-il, fit-il).
Sens 67
Avoir fort à faire, avoir à faire, avoir beaucoup d'efforts à faire pour.
Sens 68
C'est à faire à....
Sens 69
Ne faire que, suivi d'un infinitif.
Sens 70
Ne faire que de.
Sens 71
Faire servant à remplacer un verbe qu'il faudrait répéter, et prenant alors la signification de ce verbe.
Sens 72
Impersonnellement, faire sert à marquer l'état de l'atmosphère.
Sens 73
Se faire, verbe réfléchi. Se constituer en un certain état.
Sens 74
Se produire réciproquement.
Sens 75
Être son propre instituteur.
Sens 76
Se développer, en parlant des personnes.
Sens 77
S'accoutumer, s'habituer.
Sens 78
Se faire suivi d'un adjectif, devenir.
Sens 79
Se faire suivi d'un infinitif, rend le verbe causatif en même temps que réfléchi.
Sens 80
Se laisser faire, ne pas se défendre, ne pas opposer de résistance.
Sens 81
Se faire, être fait.
Sens 82
Impersonnellement, être, arriver.
Sens 1
Donner l'être ou la forme. Dieu a fait l'homme à son image. Dieu a fait le monde en six jours.
Tous les jours que Dieu fait, c'est-à-dire chaque jour.
Par extension.
Fig.
Sens 2
Engendrer. Faire un enfant, en parlant d'une femme, le mettre au monde. Et aussi en parlant de l'homme : Vous ferez un enfant, et vous voilà bien avancé !
Faire un enfant à une femme, la rendre enceinte.
Faire des petits, en parlant des femelles des animaux, mettre bas.
Cet enfant fait ses dents, les dents lui viennent.
On dit d'un malade chez qui se produisent pathologiquement de l'albumine, du sucre, du tubercule : il fait de l'albumine, du sucre, du tubercule.
Sens 3
Façonner, fabriquer, construire, en parlant des oeuvres matérielles de l'art ou de l'industrie. Faire du pain, un habit, un tissu, une machine, une maison.
Faire le vin, se dit de toutes les opérations qui forment la fabrication du vin.
Faire le dîner, le déjeuner, préparer le dîner, le déjeuner.
Faire à dîner, donner de quoi dîner. Faites-moi à dîner.
Ne faire oeuvre de ses doigts, et, plus souvent de ses dix doigts, ne faire rien du tout, ne point travailler.
Il se dit aussi des travaux des animaux. Les abeilles font le miel. L'oiseau fait son nid.
Fig. Faire des brioches, voy. BRIOCHE.
Sens 4
Se dit dans le même sens, en parlant des oeuvres de l'intelligence, de l'imagination Faire un projet, un plan. Faire un poëme, un conte, des vers.
Terme de peinture. Peindre. Faire l'histoire. Faire les animaux. Ce peintre ne fait que le paysage. Faire sec et dur, peindre sèchement et durement.
Sens 5
Il s'emploie dans un sens beaucoup plus étendu, en parlant de tout ce qu'un sujet opère, effectue, exécute dans l'ordre physique ou dans l'ordre moral.
Faire que sage, c'est-à-dire faire la chose que ferait une personne sage, voy. QUE.
Sens 6
Faire quelque chose pour quelqu'un, lui accorder ou lui faire obtenir quelque chose. Il n'a rien voulu faire pour sa famille.
On dit de même : la nature a tout fait pour lui, c'est-à-dire il est doué de très heureuses dispositions.
Sens 7
Il se dit des choses qui sont agents de quelque chose. La mine fit explosion. La grêle a fait du dégât.
Opérer. Les planètes font leur révolution autour du soleil en un temps déterminé.
Sens 8
Se faire, faire à soi, se créer, se procurer.
Se faire fête d'une chose, s'en réjouir.
Se faire honneur ou gloire de quelque chose, s'en tenir honoré, glorieux.
Sens 9
Faire d'une personne, d'une chose.... la changer en, en user comme de...
Fig. Faire d'une mouche un éléphant, exagérer excessivement une petite chose.
Faire de quelque chose une obligation, un devoir, etc. l'imposer comme une obligation, un devoir. Et avec le pronom personnel, se faire un devoir, une obligation d'une chose, la considérer comme de devoir, comme d'obligation.
Faire un mérite à quelqu'un de quelque chose, lui tenir cette chose à mérite. Et, avec le pronom personnel, se faire un mérite d'une chose, la considérer comme un mérite pour soi.
Faire gloire, faire vanité de quelque chose, en tirer gloire, vanité.
Faire ses délices de quelque chose, y prendre un plaisir extrême.
Sens 10
Faire suivi de la préposition de, signifie disposer de quelqu'un ou de quelque chose, en tirer parti d'une façon quelconque.
Faire ce qu'on veut de quelqu'un, se dit d'une personne facile ou faible qui s'accommode à ce qu'on veut d'elle.
Faites-en des choux, des raves, c'est-à-dire faites-en ce que vous voudrez.
N'avoir que faire de, n'avoir pas besoin de (grammaticalement, la locution équivaut à : n'avoir chose que l'on puisse faire de....).
N'avoir que faire à quelqu'un, n'avoir rien à faire auprès de lui.
On n'a que faire, il est inutile.
N'avoir que faire, être inutile.
N'avoir que faire de quelqu'un ou de quelque chose, n'en faire nul cas. Je n'ai que faire de lui et de ses visites.
N'avoir que faire, signifie aussi qu'on désapprouve, qu'on trouve mauvais. Je n'ai que faire de vos discours.
Sens 11
Employer ses forces, son activité à quelque chose, s'en occuper, y passer son temps. Faire un travail. Faire sa besogne. Il n'a rien fait de toute la journée.
Ne rien faire, ne faire rien, vivre dans l'oisiveté.
Ne faire rien, se dit d'un écolier qui ne travaille pas, ne s'applique pas. Un jeune homme qui ne fait rien.
N'avoir rien à faire, plus rien à faire, n'avoir pas ou plus d'occupation.
C'est une personne à tout faire, qu'on peut employer ou qu'on emploie à tout dans une maison ; en mauvaise part, c'est une personne dangereuse, capable d'actions mauvaises ou violentes.
Je ne puis, je ne sais que faire à cela, c'est une chose où je ne puis rien.
Que voulez-vous que j'y fasse ? c'est-à-dire, je n'y puis rien, cela ne dépend pas de moi.
C'est un faire le faut, voyez FAIRE LE FAUT, à son rang.
Je n'en ferai rien, je me garderai bien de faire ce dont il est question. Vous voulez que je parte ; je n'en ferai rien.
On dit dans le même sens et dans le langage familier : non ferai. Faire du mal à quelqu'un, lui causer une souffrance physique ou morale. Oiseleur, laisse-moi, dit-il [l'autour] en son langage ; Je ne t'ai jamais fait de mal.
Faire quelque chose à quelqu'un, l'offenser, lui faire du mal. Faire du bien à quelqu'un, se dit d'une personne qui donne des secours à quelqu'un dans la gêne ; se dit aussi d'une chose qui procure du bien-être. Cette potion lui fit du bien.
Elliptiquement, grand bien vous fasse, se dit quand, refusant de faire une chose qui est proposée, on souhaite poliment que la chose fasse bien à celui qui la propose.
Sens 13
Terme d'agriculture. Récolter. Les cultivateurs ont fait beaucoup de légumes cette année. On fera beaucoup de vin en Bourgogne.
Faire les foins.
Fig. Faire ses orges, voy. ORGE.
Il signifie aussi semer, cultiver, sans impliquer l'idée de récolte. J'avais fait du blé d'hiver, il n'a pas réussi.
Sens 14
Dans le commerce, faire signifie le genre d'opérations auxquels on se livre. Ce jardinier fait les primeurs. Ce négociant fait les eaux-de-vie.
Sens 15
Produire le même effet, le même résultat que.... Le fusil était chargé avec du petit plomb ; mais, tiré de près, le coup fit balle.
Terme de vétérinaire. Faire les forces, faire ciseaux, se dit d'un cheval qui remue sans cesse sa mâchoire. Faire grenier ou magasin, se dit lorsque des pelotes d'aliments restent entre les joues et les molaires du cheval. Faire la révérence, broncher.
Sens 16
Arranger, mettre dans un état convenable. Faire une chambre. Faire un lit. Faire un appartement. Faire les habits.
Faire la barbe, raser.
Terme de boucherie. Faire une bête, la tuer et la préparer comme il faut.
Fig. Faire le bec à quelqu'un, voy. BEC.
Familièrement. Faire maison nette, congédier tous ses domestiques.
Faire table rase, voy. TABLE.
Sens 17
Mettre en pratique, observer, en parlant de choses d'obligation, de précepte. Faire ce que Dieu ordonne.
Terme de jurisprudence. Obligation de faire, obligation d'accomplir une action. Obligation de ne pas faire, obligation de s'abstenir d'une action.
Se conformer à une prescription, à une obligation temporaire. Faire diète. Faire gras. Faire la quarantaine, ou faire quarantaine.
Fig. Faire son devoir, se dit de choses employées avec une grande force à faire quelque chose.
Faire une fête, la célébrer. Faire les Rois. Faire la Cène.
Populairement. Faire le lundi, passer la journée du lundi à s'amuser au lieu de travailler.
Faire le sabbat, voy. SABBAT.
Sens 18
Former par un exercice convenable. Ce général a fait de bons officiers.
Faire la main, donner de l'habileté à la main. Cela fait la main.
Se faire la main, devenir habile de la main.
Terme de fauconnerie. Faire l'oiseau, le dresser.
Accoutumer, habituer. Les voyages l'ont fait à la fatigue.
Sens 19
Se dit des choses qui marquent espace, étendue. Faire des pas. Faire une promenade. Faire un tour de jardin. Un homme qui fait deux lieues par heure. Faire du chemin.
Fig. Faire son chemin, obtenir de l'avancement, s'enrichir.
On dit dans le même sens, il a bien fait du chemin en peu de temps.
Faire des progrès, voy. PROGRÈS.
Sens 20
Il exprime un grand nombre de modes d'action et de manières d'être, au moyen des autres mots de la phrase auxquels il est lié et qui lui donnent sa signification spéciale. En voici quelques exemples.
Faire l'admiration, être admiré.
Faire des affaires, de mauvaises affaires à quelqu'un, lui susciter des embarras, des querelles, des périls.
Faire de mauvaises affaires, se ruiner, faire faillite.
Faire besoin, être nécessaire.
Faire un faux bond, commettre une faute.
Faire comparaison, comparer.
Cette muraille fait le coude, elle forme un coude, un angle.
Faire le coup de fusil, échanger des coups de fusil avec une troupe armée.
Faire des discours, tenir des propos, un langage.
Sa maison fait face à la mienne, elle est en face de la mienne.
Ce tableau fait pendant à tel autre, il sert ou peut servir de pendant à tel autre.
Faire bonne mine, bon visage à quelqu'un, voy. MINE et VISAGE.
Faire règle, loi, jurisprudence, c'est-à-dire être tenu pour règle, loi, jurisprudence. Ce texte fait règle. Cet exemple fait loi. Cet arrêt fait jurisprudence.
Faire des siennes, faire des fredaines.
On dit faire des leurs, quand il s'agit de plusieurs personnes.
Faire les yeux doux, voy. OEIL.
Ne faire ni une ni deux, voy. DEUX.
Sens 21
Il se dit de certaines fonctions de guerre. Faire sentinelle, faire faction, faire la garde, faire le guet, faire la ronde, faire la revue d'une armée.
Sens 22
Terme de marine. Faire de l'eau, faire sa provision d'eau.
Faire eau, se dit en parlant d'un vaisseau qui a une fente par où l'eau s'introduit.
Faire les vivres, réunir les vivres nécessaires. Faire du bois, faire la provision de bois pour le bâtiment.
Faire le quart, faire bon quart, veiller pendant le quart.
Faire abordage, donner contre un vaisseau par accident.
Faire la contre-marche, faire passer le vaisseau derrière la flotte pour revirer ou changer de bord.
Faire pavillon, déployer le pavillon.
Faire des feux, indiquer par des fanaux le danger où l'on se trouve.
Faire honneur à une roche, s'en éloigner.
Faire porter, arriver pour avoir plus de vent dans les voiles.
Faire servir, déployer les voiles, mettre le navire en route.
Faire tête, présenter le cap au vent ou au courant.
Faire vent arrière, prendre le vent en poupe.
Faire le nord, faire le sud, naviguer vers le nord, vers le sud.
Faire des bordées ou une bordée, synonyme de courir des bordées.
Faire sa cale, arranger dans la cale de son navire tout ce qui doit y trouver place.
Dans les galères, faire armes en couverte, c'était faire ce qu'on nomme aujourd'hui le branle-bas de combat.
Anciennement. Faire cap à la flotte, prendre la tête de la flotte, marcher le premier dans une réunion de navires, pour indiquer la route à tous les bâtiments. Faire cap à la mer, tourner l'avant du navire du côté du large.
Sens 23
Terme de natation. Faire la planche, se soutenir sur le dos dans l'eau.
Sens 24
Terme de vénerie. Faire sa tête, se dit du cerf dont le bois pousse depuis le mois de mars jusqu'au mois d'août.
Faire sa nuit, se dit du cerf qui sort des demeures à la fin du jour, et va aux gagnages, où il reste jusqu'au lendemain matin.
Faire tête aux chiens, les attendre, se défendre, surtout en parlant du sanglier et du loup.
Sens 25
Terme de jeux. Faire les cartes, les battre avant de les distribuer.
Absolument. À qui est-ce à faire ?
Faire une levée, prendre les cartes qui sont jouées pour un coup. Faire la main, faire sa main, c'est-à-dire faire le plus grand nombre de levées.
Faire le jeu, mettre au jeu. Le jeu est-il fait ?
Faire tant de points, gagner tant de points.
Faire la partie de quelqu'un, jouer avec lui.
Faire le whist, le boston de quelqu'un, jouer habituellement avec lui le whist, le boston.
Absolument, faire le whist, le piquet, faire la partie de whist, de piquet.
Au billard, faire signifie faire entrer une bille dans la blouse. Faire quelqu'un, faire sa bille. Faire une bille au doublé. Faire un carambolage, caramboler.
Au trictrac, faire une case, un jan. Faire école, oublier de marquer les points que le coup de dé donne. Faire école de partie, oublier de marquer un trou.
À la quintaine, faire une tête, enlever la tête avec la lance.
Sens 26
Amasser, mettre ensemble, en parlant d'argent ou de choses dont on a besoin. Voilà tout l'argent qu'il a pu faire. Faire des provisions, faire ses provisions. Faire une somme.
Faire de l'argent, s'en procurer. Il avait des tableaux et des curiosités ; il en a fait quelque argent.
Sens 27
Faire des recrues, appeler des hommes sous les drapeaux.
On a dit dans le même sens, mais on ne le dit plus guère, faire des hommes, faire des troupes, faire des régiments.
On dit aussi faire la maison d'un prince, d'un grand seigneur.
Sens 28
Acquérir, gagner. Il a fait de très beaux bénéfices. Cet entrepreneur fait à peine ses frais.
On dit dans un sens analogue, faire une bonne maison.
Faire fortune, gagner beaucoup d'argent.
Faire sa fortune, gagner puissance, dignité, gloire, crédit, renom.
Faire sa fortune, signifie aussi devenir riche.
Sens 29
Consacrer un temps à l'étude d'une chose. Faire ses humanités, son apprentissage.
Faire son temps, accomplir les années de son service. Ce soldat a fait son temps, il est libéré.
Faire son temps, se dit aussi d'un forçat condamné pour un temps.
Par extension. Ce vieillard a fait son temps, il a vécu longtemps.
Cela a fait son temps, cela n'est plus de mise, n'a plus d'influence. Ces idées ont fait leur temps.
Sens 30
Il se dit en parlant des différentes professions, métiers, emplois qu'on exerce. Faire les fonctions de maître des cérémonies. Faire la médecine, le commerce, la banque. Il ne sait pas faire son métier.
Fig. Faire métier et marchandise, trafiquer malhonnêtement.
Dans l'Église catholique, faire le diacre, le sous-diacre, faire les fonctions de diacre, de sous-diacre.
Sens 31
Passer par, avoir pour maîtres, en parlant de domestiques. Ce domestique a fait plusieurs maîtres. Cette femme de chambre n'est pas habile ; elle fera plusieurs maisons.
Sens 32
Faire une maladie, passer par une maladie, la subir.
Sens 33
Il se dit de différentes occupations de la vie courante. Faire de l'exercice. Faire des visites. Faire une promenade.
Faire un bon dîner, un mauvais dîner, avoir à son dîner des mets bons, mauvais.
Sens 34
Constituer quelqu'un en une certaine dignité ou titre.
Faire de l'Académie, de l'Institut, élire membre de l'Académie, de l'Institut.
Faire se dit aussi pour donner une profession. Il a fait son fils avocat, prêtre. Sa mère l'a faite couturière.
Sens 35
Donner à quelqu'un certaine qualité, condition, avec un nom de personne pour sujet.
Faire quelqu'un dupe, le tromper. Il m'a fait sa dupe.
Donner un certain caractère.
Avec un nom de chose pour sujet.
Sens 36
Terme de bourse. La rente, la bourse a fait tant, c'est-à-dire le taux de la rente, de la bourse a été de tant.
Terme de finances. Faire les deniers bons, se rendre garant du payement d'une somme. Locution vieillie.
Terme de jeu. Faire bon, répondre qu'on payera tout ce qu'on perdra au delà de ce qui est au jeu. Faire bon partout. Faire bon de tout.
Sens 37
Il se dit des personnes qu'on se concilie, qu'on s'attache, etc.
Faire une maîtresse, gagner l'amour d'une femme.
Très familièrement. Faire une femme, se dit pour faire une maîtresse.
Faire un amant, en parlant d'une femme.
Sens 38
Représenter un personnage. Faire les amoureux, les valets.
Faire tel ou tel personnage, se donner pour avoir telle ou telle qualité. L'un devait faire le maître, et l'autre le valet.
Fig. Faire un sot personnage, un plat personnage, figurer d'une manière peu honorable, désagréable, ou nulle, parmi d'autres personnes, dans une affaire.
Sens 39
Prendre le caractère de, jouer le rôle de.
Feindre d'être ce qu'on n'est pas. Mettre de l'affectation à se montrer avec telle ou telle qualité.
Se donner certains airs, prendre certaines manières. Il fait l'impertinent. Faire le dégoûté.
Faire le mort, faire semblant d'être mort.
Fig. et familièrement. Faire le mort, dissimuler.
Faire du, trancher de, simuler.
Faire de son drôle, faire le brave, et aussi avoir des succès.
Sens 40
Causer, déterminer, procurer, avec un nom de personne pour sujet.
Fig. Faire la pluie et le beau temps, régler tout à son gré.
Avec un nom de chose pour sujet.
Cela ne lui fait ni chaud ni froid, cela lui est tout à fait indifférent.
Cela ne fait ni chaud ni froid, cela est indifférent, ne nuit ni ne sert.
Sens 41
Être, constituer.
On dit dans un sens analogue, faire un bon avocat, un bon soldat, etc. avoir les qualités qui font le bon avocat, le bon soldat, etc.
Sens 42
Il se dit aussi de choses qui, par leur réunion, forment un tout, un ensemble. Deux et deux font quatre. Les qualités qui font le grand homme.
Sens 43
Faire tout, avoir la suprême influence, être décisif.
Familièrement. Qu'est-ce que cela fait là ? c'est-à-dire à quoi cela sert-il en ce lieu-là ?
Qu'est-ce que cela me fait ? que m'importe ?
Ne rien faire à.... Être sans importance dans....
Sens 44
Représenter comme, en parlant de personnes ou de choses.
Sens 45
Évaluer à un certain prix. Combien faites-vous le mètre de velours ? dix francs.
Sens 46
Allouer, en parlant d'une somme.
Faire les fonds, fournir l'argent nécessaire. C'est lui qui a fait les fonds de cette entreprise.
Sens 47
Terme de grammaire. Avoir une certaine désinence ou flexion. Cheval fait au pluriel chevaux.
Sens 48
Rendre des excréments. Ce malade fait tout sous lui. Faire du sang, de la bile, des glaires, rendre du sang, de la bile, des glaires avec les selles.
Absolument. Rendre ses excréments.
Faire dans ses chausses, laisser aller ses excréments dans sa culotte ; et fig. avoir une peur extrême.
Faire de l'eau, uriner.
Faire du sable, faire une pierre, rendre du sable, une pierre avec l'urine.
Sens 49
Chemin faisant, tout en cheminant ; locution qui est par inversion pour : en faisant chemin.
Sens 50
Faire, suivi d'un adjectif pris adverbialement.
Faire court, abréger.
Faire ferme, s'arrêter pour tenir tête à l'ennemi.
Faire, avec un adverbe de quantité, autant, plus, assez.
Faire tant, en venir à.
À tant faire que de choisir, encore faut-il avoir ce qu'il y a de mieux.
Sens 51
Faire, construit avec la particule en. En faire de même, agir, se comporter semblablement.
En faire trop, assez.
En faire autant, faire la même chose.
En faire à sa tête, ne faire que sa volonté.
En faire à deux fois, se reprendre plus d'une fois à quelque chose, avoir de l'hésitation.
En faire à quelqu'un pour un bras, lui casser un bras en le battant.
Populairement. Je croyais m'en tirer avec cent sous, je m'en suis fait pour quinze francs, c'est-à-dire la dépense s'est élevée à quinze francs.
Sens 52
Faire, construit avec un infinitif. Dans cette construction, faire donne à la phrase un sens causatif ; c'est par cet artifice que le français a remplacé les verbes causatifs qui se trouvent dans certaines langues ; aussi, en cet emploi, le participe fait est toujours invariable : les soupçons qu'il a fait naître, et non qu'il a faits naître, parce que faire naître est considéré comme un seul mot. En cet emploi faire a trois sens : être cause que ; charger de ; attribuer à.
Être cause que.
Faire faire, être cause qu'on fait.
Avec faire, on supprime d'ordinaire le pronom personnel d'un verbe réfléchi. Je l'en ferai repentir.
Familièrement. Je ne lui fais pas dire, ou, ce qui est plus usité aujourd'hui, je ne le lui fais pas dire, il le dit de lui-même, c'est sa propre pensée, et non une pensée que je lui suggère.
Charger de. Je ferai bâtir ma maison à ou par cet architecte. Il fit faire ses habits à ou par un mauvais tailleur. J'ai fait dire par un messager au médecin de venir.
Attribuer, prétendre. Vous faites dire à Cicéron une chose qu'il n'a jamais dite.
Sens 53
Faire à savoir, faire connaître.
Génin a établi par de bonnes raisons, ce semble, qu'il faut lire assavoir, ancien verbe (voy. ASSAVOIR) qui fut jadis très employé. Il est de fait que dans ces sortes de constructions faire ne prend pas la préposition à. On trouve, il est vrai, dans la vieille langue des tournures telles que il fait à louer ; mais cela signifie non pas : il fait louer, mais : il agit de manière à être loué, il fait chose à louer.
La Fontaine a dit simplement, dans le même sens, faire savoir.
Sens 54
V. n. Opérer, travailler, se comporter. (l'édition originale est ainsi ; les éditions modernes ont, à tort : comment l'eût-il pu faire).
Faire, être employé, avoir part aux affaires, à l'administration, au gouvernement.
Façon de faire, manière de faire, façon, manière dont on agit, dont on se comporte.
Avoir du savoir-faire, voy. SAVOIR-FAIRE.
Ainsi fit-il, aussi fit-il, se dit par inversion, il fit ainsi. Faire, avec un adverbe ou une locution adverbiale, se comporter comme l'indiquent l'adverbe ou la locution.
Bien faire, signifie quelquefois agir à propos.
Bien faire, faire du bien.
Dans plusieurs provinces on dit qu'une femme est en train de bien faire, pour exprimer qu'elle est enceinte.
Faire bien, se bien conduire.
Bien faire, mal faire, se comporter bien, mal dans un combat.
Être prêt à bien faire, être tout disposé aux plaisirs de la table, de l'amour.
Faire bien, avoir du succès, réussir.
Faire bien, faire mal, s'assortir, ne pas s'assortir, produire un bon, un mauvais effet. Le bleu et le jaune font bien l'un avec l'autre. Ce tableau ferait mieux ailleurs.
Faire bien ou mal à, en parlant des personnes, faire bon accueil.
Faire bien à, en parlant des choses, être agréable, utile. Le déjeuner m'a bien fait, je me trouve bien d'avoir déjeuné.
Sens 56
Faire à quelqu'un, lui causer une certaine impression.
Rien ne lui fait, il est insensible aux avis, aux reproches, etc.
Sens 57
Faire des armes, s'exercer à l'escrime.
Sens 58
Faire, avoir une part dans le jeu, dans une affaire.
Sens 59
Faire que, agir de manière que, avec l'indicatif quand la phrase est affirmative et à l'indicatif : Cela fait qu'on vient, cela fera qu'on viendra ; avec le subjonctif, quand on veut exprimer un souhait, un désir, un but qu'on se propose : Faites qu'on vienne.
Fasse que ou fassent que, se dit par forme de souhait.
Sens 60
Finir.
On n'a jamais fait avec lui, c'est-à-dire il ne finit rien, il demande toujours.
Il a fait à moi, il a fait avec moi, nous avons rompu, nous ne sommes plus amis ; cette phrase a vieilli.
Sens 61
Faire de, avec ainsi, comme, etc. se comporter à l'égard de.
Sens 62
Faire pour quelqu'un, le suppléer, tenir sa place, et aussi être son agent, son commissionnaire, sa caution.
Sens 63
Faire dans les draps, être négociant en draps.
Faire en meubles, se dit de toutes les fournitures nécessaires pour garnir les meubles : laines, crins, étoffes, etc. Marchand de literie et de faire en meubles.
Sens 64
Faire pour, travailler pour.
Faire pour, faire contre, être favorable à, contraire à, avec un nom de personne pour sujet.
Avec un nom de chose pour sujet.
Sens 65
Avoir une influence, un effet quelconque. L'argent fait plus auprès de lui qu'aucune recommandation
Faire à. importer à, contribuer à.
Sens 66
Dire, répliquer ; Il n'est d'usage que dans ces locutions familières d'ailleurs : Fait-il, fait-elle, fis-je, fit-il, fit-elle.
Sens 67
Avoir fort à faire, avoir beaucoup d'efforts à faire pour venir à bout de quelque chose.
Sens 68
C'est à faire à.... de.... se dit de quelqu'un qu'on reconnaît pour très capable de faire une chose. C'est à faire à lui d'ordonner une fête.
Absolument.
Ironiquement. C'est à faire à.... il ne convient pas. C'est à faire à vous à parler ainsi.
C'est à faire à.... de.... il n'appartient qu'à.
Absolument.
Fig. C'est à faire à du temps, le temps viendra à bout de.
C'est à faire à, avec un infinitif, signifie aussi quitte pour (sens qui vieillit).
C'est à faire à, il ne reste plus qu'à, tout ce qui est à faire c'est de.... (sens qui vieillit).
Sens 69
Ne faire que, suivi d'un infinitif, signifie incessamment. Il ne fait qu'étudier. Pendant son séjour à Bade, il ne fit que jouer.
Ne faire que croître et embellir, se dit d'une jeune fille qui chaque jour devient plus grande et plus belle.
Par extension, s'augmenter, devenir pire. Sa passion pour le vin ne fait que croître et embellir.
En un autre sens, ne faire que, équivaut à seulement. Je n'ai fait que le voir, c'est-à-dire je l'ai vu seulement.
Sens 70
Ne faire que de, équivaut à tout à l'heure.
Sens 71
Faire sert à remplacer un verbe qu'il faudrait répéter, et prend alors la signification de ce verbe.
Il ne faut pas confondre cet emploi du verbe faire avec les cas où faire, gardant sa signification propre, gouverne le pronom le qui représente un verbe précédent. Je voulais partir ; mais je n'ai pu le faire.
Sens 72
Impersonnellement, faire sert à marquer l'état de l'atmosphère. Il fait jour. Il fait froid. Quelle chaleur il a fait tout le jour ! Les chaleurs qu'il a fait l'année dernière. Il a fait du vent. Il a fait un grand coup de vent. Il va faire de l'orage. Il a fait hier de la pluie. Il faisait doux quand nous sommes sortis. Il fait sec aujourd'hui.
La locution il fait chaud s'explique par il, sujet indéterminé, annonçant le vrai sujet qui est placé plus loin par inversion ; il, c'est-à-dire le chaud, fait, c'est-à-dire règne. C'est pour cela que l'on dit : quelle chaleur il a fait, et non faite.
Par extension, se dit des diverses conditions des choses. Il fait cher vivre à Paris.
Ironiquement. Il fait beau, il ferait beau, c'est-à-dire c'est, ce serait une chose ridicule.
Sens 73
Se faire, v. réfl. Se constituer en un certain état. Se faire avocat. Elle s'est faite religieuse.
Se faire belle, se dit d'une femme qui se pare.
Se faire de fête, s'inviter soi-même.
Sens 74
Se produire réciproquement.
Sens 75
Se faire, être son propre instituteur, son propre maître.
Sens 76
Se développer, en parlant des personnes. C'est un jeune homme qui se fera.
Se bonifier, en parlant des choses. Ce vin, ce fromage s'est fait.
Sens 77
Se faire à, s'accoutumer, s'habituer.
Il se dit aussi des yeux, de l'imagination, etc.
S'abaisser, condescendre.
Sens 78
Se faire, suivi d'un adjectif, devenir. Ces arbres commencent à se faire beaux. Nous nous faisons vieux sans nous en apercevoir.
Sens 79
Se faire, suivi d'un infinitif, rend le verbe causatif en même temps que réfléchi (bien entendu, dans ces constructions le participe fait est toujours invariable : Elle s'est fait connaître, ils se sont fait connaître).
Sens 80
Familièrement. Se laisser faire, ne pas se défendre, ne pas opposer de résistance. Cette jeune fille s'est laissé marier à un homme qui ne lui convenait pas. Nous laisserons-nous faire ainsi ?
Sens 81
Se faire, être fait.
La nuit se fait, la nuit commence. Arriver à l'heure où la nuit se fait.
Terme de marine. Le jusant se fait, il prend de la force. La brise se fait, elle devient plus vive. Le vent s'est fait depuis le lever du soleil, il s'est levé ou il a pris de la consistance depuis le lever du soleil.
Sens 82
Impersonnellement. Être, arriver. Comment se fait-il que vous ne soyez pas venu ? Il s'est fait des fentes dans cette muraille. Il se fit un grand silence. Il s'est fait des choses qu'on ne sait pas. On dit de même il se fait tard, il se fait nuit, le jour commence à manquer, la nuit commence à venir.
PROVERBES
Ce qui est fait n'est pas à faire, c'est-à-dire quand on peut faire une chose, il ne faut pas la différer.
Il a fait comme Robin fit à la danse, du mieux qu'il put.
Il est comme le bonnetier, il n'en fait qu'à sa tête, c'est-à-dire il suit toujours sa volonté, sa fantaisie (on joue ici sur ce que le bonnetier fait des bonnets à sa tête).
L'occasion fait le larron, c'est-à-dire l'occasion fait qu'on cède à des tentations auxquelles autrement on n'aurait pas cédé.
On ne saurait faire d'une buse un épervier, on ne peut transformer un sot en habile homme.
Les riches font leur paradis en ce monde.
Comme il te fera, fais-lui, c'est-à-dire rends-lui la pareille.
C'est à moi à faire, et à vous à vous taire.
Laissons-les dire pourvu qu'ils nous laissent faire.
Faire et dire sont deux, c'est-à-dire il y a loin entre la parole et l'effet.
Qui bien fera bien trouvera.
On ne peut faire qu'en faisant, c'est-à-dire ce n'est qu'en pratiquant les choses qu'on y devient habile.
Qui a fait l'une a fait l'autre, se dit de deux personnes, de deux choses qui se ressemblent extrêmement.
Qui fait un pot fait bien un poêle, c'est-à-dire qui peut le plus peut le moins.
Faire de cent sols quatre livres et de quatre livres rien, se dit d'un prodigue qui mange son avoir.
Maison faite et femme à faire, c'est-à-dire il faut acheter une maison toute construite et épouser une femme jeune dont on puisse former le caractère.
Quand les mots sont dits, l'eau bénite est faite, c'est-à-dire il faut convenir de toutes les clauses d'un marché avant que de le conclure.
Paris ne s'est pas fait en un jour, ou tout en un jour, c'est-à-dire il faut donner du temps pour faire les grandes affaires.
Qui se fait brebis, le loup le mange, c'est-à-dire il ne faut pas être trop débonnaire.
Le bon oiseau se fait de lui-même, c'est-à-dire un esprit intelligent s'instruit, se développe par lui-même.
Fais ce que dois, advienne que pourra.
Tout se fait avec le temps, c'est-à-dire avec de la patience on vient à bout des choses.
REMARQUE
1. Quand faire est suivi d'un infinitif, ce verbe doit être précédé des pronoms lui, leur, et non des pronoms le, la, les, lorsque l'infinitif a un régime direct : On lui fit obtenir un emploi ; on lui fit faire cette démarche ; et il veut avant lui les pronoms le, la, les, toutes les fois que le verbe qui est à l'infinitif n'a point après lui de régime direct : On le fit renoncer à ses prétentions ; on le fit consentir à cette demande.
2. C'est la règle. La règle voudrait : fais-leur servir.... Cette construction est un archaïsme, et pourrait s'employer en vers ou dans le style élevé. Il ne faut pas confondre ces cas avec ceux où le pronom est régime direct du verbe à l'infinitif : Je l'ai fait nommer, c'est-à-dire j'ai fait nommer cet homme.
3. Quand, au lieu d'un pronom placé avant, il y a un substantif placé après, là où l'on met lui, leur, on met à ; et là où l'on met le, la, les, on ne met point à : Je ferai faire la démarche à cet homme ; je ferai renoncer cet homme à ses prétentions. Dans le premier cas, homme est régime indirect de faire faire ; dans le second, régime direct de faire renoncer.
4. Je le fais parler, c'est-à-dire je fais qu'il parle, ou je lui attribue des paroles. Je lui fais parler, c'est-à-dire je fais qu'on lui parle. Je le fais répondre, c'est-à-dire je fais qu'il réponde, ou je lui attribue une réponse. Je lui fais répondre, je fais qu'on lui réponde. Je fais faire un habit à mon fils, je commande qu'on lui fasse un habit. Je fais faire un habit par mon tailleur, je charge mon tailleur de faire un habit.
5. Dans cet emploi, quand c'est un nom, non un pronom, on met toujours à : Homère fait dire à Ulysse.... il met dans la bouche d'Ulysse.... mais le sens doit être déterminé d'ailleurs ; car cela peut signifier : il recommande qu'on dise à Ulysse....
6. Il faut bien prendre garde à la clarté ; car des amphibologies naissent facilement. Fais-lui tenir parole, peut signifier également fais qu'il tienne parole, ou fais qu'on lui tienne parole. Faites-lui faire un lit, peut signifier également ayez soin qu'on lui fasse un lit, et chargez-le de faire un lit. Dans ce vers de Racine : Veille auprès de Pyrrhus, fais-lui garder sa foi, Andr. IV, 5 ; sa foi détermine le sens, c'est-à-dire fais qu'il garde sa foi ; mais, s'il y avait la foi, le sens serait douteux.
7. Avec le pronom relatif, l'amphibologie est la même. L'homme à qui j'ai fait garder la terre, peut signifier l'homme par qui j'ai fait garder la terre, et l'homme pour qui j'ai fait garder. Il faut donc veiller attentivement au sens.
8. Il faut distinguer lui faire apprendre et le faire apprendre. On dit : lui faire apprendre, lorsque apprendre a un régime direct : Je lui fais apprendre le latin. On dit le faire apprendre, lorsque apprendre n'a pas de régime direct, comme dans ces vers de la Fontaine : Mes parents, reprit-il, ne m'ont point fait instruire ; Ils sont pauvres et n'ont qu'un trou pour tout avoir ; Ceux du loup, gros messieurs, l'ont fait apprendre à lire, Fabl. XII, 17.
9. À l'impératif, les pronoms se placent entre faire et le verbe. Faites-le bien garder. Faites-vous aimer.
10. On trouve dans la Rose (voy. l'historique) : L'avaient moult fete jaunir. Ici le participe est accordé ; mais ce n'est point un archaïsme, c'est une faute.
11. Employé de la sorte, faire n'a point de passif. On ne dit pas : il fut fait peindre. Il y a déjà longtemps que l'Académie a condamné il fut fait mourir : La plupart n'ont pas été contents de il fut fait mourir ; ils veulent qu'on dise : on le fit mourir, ou on le fit exécuter, Observ. sur Vaugelas, p. 275, dans POUGENS.
12. Il y a divergence sur la manière d'interpréter le rôle syntactique des pronoms lui, leur et le, la, les avec faire suivi d'un infinitif. Faut-il analyser : Je lui fais faire une démarche, par : je fais à lui ceci, faire une démarche, ou par : je fais faire une démarche par lui ? Faut-il analyser : Je le fais rire, par : je fais le, lui rire, ou par : je fais rire le, lui ? L'ancien usage (Xe s. La faire diavle servir), et l'anglais, qui sans doute provient de cet ancien usage français (he made him laugh, il le fit rire), montrent que c'est la première analyse qui est la bonne. L'emploi du régime indirect des pronoms au cas particulier cité dans la remarque première est une exception à la règle ancienne.
13. Les écrivains ont hésité entre avoir affaire à, et avoir à faire à. Aujourd'hui, dans ce sens, on ne se sert que de avoir affaire.
14. L'ellipse du verbe faire veut qu'un participe qui suit reste invariable. Il m'a fait toutes les avanies qu'il a voulu. Il m'a fait tous les maux qu'il a pu.
HISTORIQUE
IXe s.
Xe s.
XIe s.
XIIe s.
XIIIe s.
XIVe s. XVe s.
XVIe s.
ÉTYMOLOGIE
Bourguig. fare ; picard, fouère, foaire ; wallon, fér ; provenç. far, fair, faire ; catal. fer ; espagn. hazer ; portug. fazer ; ital. fare, du latin facere. On est incertain pour la provenance de la racine fac. Curtius, Étym. grecques, I, 52, 219, la rattache, non sans vraisemblance, au sanscrit dhâ, faire, poser, qui a donné le grec ; dh sanscrit se change quelquefois en f dans le latin, par exemple dhûma, fumus ; le c serait une lettre euphonique, comme en grec ; enfin l'a bref de facio aurait son parallèle dans l'e bref du grec.
SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE 1. FAIRE. Ajoutez :
Sens 65
Faire à la chose, contribuer à ce qu'une chose soit mieux.
Sens 83
En termes d'argot, se livrer à un genre particulier de vol.
Ajoutez :
15. Régnier a dit : Selon le vent qui fait l'homme doit naviguer, Sat. VI. Cet emploi est archaïque et maintenant inusité ; nous dirions qu'il fait ; mais il n'est point incorrect. Dans cet emploi, faire est un verbe neutre ; il, un sujet indéterminé, qui peut très bien être remplacé par le sujet déterminé ; il le pouvait du temps de Régnier ; il ne le peut plus aujourd'hui, de par l'usage. Pourtant une difficulté reste, celle d'expliquer le rôle grammatical du que, dans qu'il fait. Il semble être un régime direct, et cependant il ne l'est pas, puisqu'on dit : la chaleur qu'il a fait, et non qu'il a faite. La locution régulière serait le vent qui il fait, la chaleur qui il a fait, puisque dans il fait beau temps, l'explication grammaticale est : il, c'est-à-dire beau temps, fait, et ici : il, c'est-à-dire, le vent qui, fait ; il, c'est-à-dire, la chaleur qui, a fait. Mais la prononciation n'a pas admis qui il, et, au risque d'un solécisme, a dit qu'il. Ou, si l'on veut, le que est devenu régime direct par fausse analogie, à mesure que le sens clair de faire pour exister devenait obscur et se perdait.
16. Bossuet a dit ne faire que de, dans le sens de, ne faire que : Ne vous étonnez pas, chrétiens, si je ne fais plus, faible orateur, que de répéter les paroles de la pieuse Palatine, Anne de Gonz. Il faudrait que répéter. Sans doute ces deux locutions ne faire que et ne faire que de sont très voisines, et à l'origine elles ont pu être équivalentes. Mais, depuis que l'usage leur a assigné un sens spécial, leur voisinage même commande qu'on fasse bien attention à ne pas les confondre.
17. Faire beauté : Le Sage, dans Gil Blas, VII, 13, se moque de cette expression en la mettant dans la bouche de Fabrice, célébrant le gongorisme : " Je veux, par un seul trait, te faire sentir la différence qu'il y a de la gentillesse de notre diction à la platitude de la leur. Ils diraient par exemple, tout uniment : Les intermèdes embellissent une comédie ; et nous, nous disons plus joliment : Les intermèdes font beauté dans une comédie. Remarque bien ce font beauté. En sens-tu tout le brillant, toute la délicatesse, tout le mignon ? "
3

Dictionnaire de L'académie française (8 ème édition)

> FAIRE
(Je fais, tu fais, il fait; nous faisons, vous faites, ils font. Je fis. Je ferai. Fais. Que je fasse. Que je fisse. Faisant. Fait.) v. tr.
Créer, produire. Dieu a fait le ciel et la terre. Dieu a fait l'homme à son image. La nature est admirable dans tout ce qu'elle fait.

Fam., Tous les jours que Dieu fait, Chaque jour.

Cet enfant fait ses dents, Les dents lui viennent.

Il signifie aussi Fabriquer, composer, en parlant de Toute oeuvre matérielle de l'art, de l'industrie humaine, ou de l'instinct des animaux. Faire du pain. Faire de la pâte. Faire du vin, de l'huile. Faire du feu pour se chauffer. Faire de la glace par des procédés chimiques. Faire du sucre. Faire des bas, des chapeaux. Faire un habit. Ce magasin vend des vêtements tout faits. Faire de la tapisserie. Un oiseau qui fait son nid. Une araignée qui fait sa toile. Des castors qui font une digue. Les abeilles font leur miel.

Faire le dîner, faire le déjeuner, Préparer le déjeuner, le dîner.

FAIRE se dit, dans le même sens, en parlant des OEuvres de l'intelligence et de l'imagination. Faire un traité sur une matière. Faire un livre, des vers, une pièce de théâtre, une symphonie, une statue. Un ouvrage fait à la main. Un dessin fait à la plume. Faire un calcul. Faire un récit, une description, des vers, de la prose, de l'histoire, de la musique, du théâtre, de la peinture. Cet auteur a trouvé sa besogne toute faite, dans tel ouvrage. Un écolier qui fait ses devoirs, sa version, son thème.

C'est un conte fait à plaisir, C'est une nouvelle fausse, une histoire controuvée.

Il se dit, dans un sens beaucoup plus général, en parlant de Tout ce qu'un sujet opère, effectue, exécute, accomplit, soit dans l'ordre physique, soit dans l'ordre moral. Le ciel fit un miracle en sa faveur. Faire une opération chirurgicale. Faire une cure. Faire une expérience. Faire du mal à quelqu'un. Faire un mouvement, un saut, un salut, un signal. Faire place. Faire attention. Faire silence. Faire du bruit. Faire un bon repas. Faire une fête, des réjouissances. Faire des affaires. Faire bien ses affaires. Faire banqueroute. Faire naufrage. Faire la guerre. Faire des prisonniers. Faire la paix, une trêve. Faire alliance. Faire un traité, un marché. Faire une promesse, un serment. Faire un mariage. Faire un achat. Faire achat. Faire un envoi. Faire une perte. Faire des dettes. Faire la moisson, la vendange, les foins. Faire la quête. Faire une prière, sa prière. Faire des voeux. Faire mention de quelqu'un, de quelque chose. Faire usage d'une chose. Faire la lecture à quelqu'un. Faire une bonne, une mauvaise action. Faire une bonne oeuvre. Faire le bien. Faire le mal. Faire la charité, l'aumône. Faire un acte de courage. Faire des bassesses. Faire une injustice. Faire injustice. Faire justice. Faire une faute de langue. Faire un barbarisme, un solécisme. Faire une niche. J'ai fait ce que j'ai cru devoir faire. Faire une incartade, une folie, un coup de tête. Faites-moi ce plaisir. Que vous ai-je donc fait? Faire des civilités, des excuses. Faire des difficultés, des façons. Faire des caresses, des amitiés. Faire accueil. Faire honneur. Faire grâce. Faire quartier. Faire don, donation. Faire défense. Faire des plaintes, des remontrances. Faire résistance. Faire bonne contenance. Faire mine de vouloir s'en aller. On le dit également des Choses. Le bruit que fait le tonnerre. La mine fit explosion. Un volcan qui fait éruption. La grêle a fait du dégât. Cet ouvrage fait autorité. Cet événement fera époque dans notre histoire. Faire face, faire pendant, faire semblant. Voyez FACE, PENDANT, SEMBLANT.

En termes de jeux de Cartes, Faire les cartes, Les mêler et les donner. Faire une levée. À divers jeux, Faire tant de points, Gagner tant de points. Faire le jeu, Mettre les enjeux.

Dans cette acception, il se dit absolument en parlant des Jeux de cartes où chacun donne les cartes à son tour et de Certains autres jeux où chacun tour à tour est obligé de faire quelque chose. À qui est-ce à faire? C'est à vous à faire. Je viens de faire.

Fam., Faire des siennes. Faire sa main. Voyez SIEN, MAIN.

Faire quelque chose pour quelqu'un, Lui accorder ou lui faire obtenir quelque chose. Que n'ai-je pas fait pour te contenter.

N'en rien faire, Se garder de faire la chose dont il s'agit, ne pas la faire. On voudrait qu'il partît, il est bien déterminé à n'en rien faire, Vous avez beau dire, je n'en ferai rien.

Elliptiq., Se laisser faire, se dit d'une personne qui ne se défend pas, qui n'oppose point de résistance. On se jeta sur lui pour le battre, et il se laissa faire. Son tuteur l'a mariée, elle s'est laissé faire.

Il se dit particulièrement de Certaines fonctions du service militaire. Faire l'exercice. Faire le guet. Faire la ronde. Faire la revue d'une armée. On dit dans un sens analogue, en termes de Marine, Faire le quart.

Il se dit aussi, en parlant des Choses qui marquent espace et étendue, et qui s'exécutent et s'accomplissent par le mouvement d'un lieu à un autre. Faire des pas. Faire un tour d'allée, un tour de promenade, le tour de la ville. Faire une lieue à pied. Faire route. Faire des allées et venues. Faire une course, un voyage, un long trajet, un grand circuit. Cette planète fait sa révolution en tant de jours. Un homme qui fait tant de kilomètres par heure, qui fait plus de chemin en une heure qu'un autre en deux. Notre bâtiment faisait tant de noeuds à l'heure.

Fig., Faire son chemin. Voyez CHEMIN.

En termes de Marine, Faire voile, Se diriger à la voile vers un point déterminé. Faire le point, Déterminer par l'observation des astres la position exacte d'un navire sur la mer.

Il signifie aussi Disposer, arranger, mettre dans l'état convenable. Faire une chambre. Faire un lit. Faire la couverture. Faire ses ongles, ou Se faire les ongles.

Faire son visage, faire ses yeux, Peindre son visage, ses yeux.

FAIRE signifie aussi Amasser, assembler, mettre ensemble, en parlant d'Argent ou des autres choses dont on a besoin de se pourvoir. Il tâche de se faire quelque argent. Faire une somme. Faire ses provisions. Faire des bénéfices, faire fortune, faire des frais. Par extension, Cette pièce de théâtre ne fait pas d'argent. On dit dans un sens analogue, en termes de Marine, Faire les vivres. Faire du bois, du charbon. Faire de l'eau. Dans ce même sens, on dit, pour une machine ou une automobile, Faire de l'eau. Faire de l'essence.

Faire eau. Voyez EAU.

Il signifie encore Employer ses forces, ses talents, l'activité de son esprit à quelque chose; s'en occuper, y passer son temps. Faire un travail. Faire sa besogne. Il n'a rien fait de toute la journée. Il ne peut plus rien faire. Faire tout ce qu'on peut. Faire tous ses efforts. C'est un homme qui ne trouve rien de difficile à faire. Que ferez-vous tantôt? Je n'ai rien à faire. Qu'est-ce que fait cet homme? Quelle occupation, quelle profession a-t-il? Ce jeune homme ne fait rien. Il n'a pas d'emploi. (Voyez, vers la fin de l'article, l'emploi analogue de FAIRE, intransitif.)

Bonne à tout faire, Domestique que l'on peut employer à tous les travaux du ménage, de la cuisine, etc.

Fig., C'est un homme à tout faire, C'est un homme capable de tout. Il se prend ordinairement en mauvaise part.

Ne faire oeuvre de ses dix doigts, Ne rien faire du tout, ne point travailler.

Je ne puis, je ne sais que faire à cela, C'est une chose où je ne puis rien. Je n'y saurais que faire. Que voulez-vous que j'y fasse? Je n'y puis apporter de remède, cela ne dépend pas de moi.

Ne faire que..., Ne travailler, ne s'occuper qu'à une certaine chose, n'en pouvoir faire d'autre, ou ne vouloir pas en faire d'autre, ne pas chercher à en faire d'autre. Il ne fait que ce qu'on lui dit. Cet ouvrier ne fait jamais que ce travail. Je ne fais ici qu'obéir. Je ne fais qu'exécuter les ordres que j'ai reçus. Il signifie également Être toujours ou presque toujours à faire une certaine chose. Il ne fait que jouer, qu'étudier, que dormir, qu'aller et venir, etc.

Ne faire que... se dit encore en parlant d'une Action instantanée qui est immédiatement suivie de son résultat ou d'une autre action, d'un fait quelconque. Je ne fis que le toucher, et il tomba. Il n'a fait que paraître et disparaître. Il ne fit qu'entrer et sortir. Attendez-moi, je ne fais qu'aller et revenir.

Ne faire que d'entrer, que d'arriver, que de s'éveiller, etc., N'être entré, arrivé, éveillé, etc., que depuis très peu de temps.

FAIRE signifie aussi Observer, mettre en pratique; et dans ce sens il se dit en parlant des Choses qui sont d'obligation et de précepte. Faire ce que Dieu ordonne. Faire ce qui est de son devoir. Faire son devoir. Il n'a fait que son devoir. Faire sa prière. Faire la pénitence qui est imposée. Faire ses Pâques. Faire maigre. Faire diète.

Fais ce que dois, advienne que pourra. Voyez ADVENIR.

Faire une fête, La célébrer. Faire les Rois.

Faire le lundi, Passer le lundi à se reposer au lieu de travailler.

Il se dit aussi de l'Exécution et de la pratique de certaines choses qu'on est obligé ou comme obligé d'accomplir, d'achever, de terminer en un certain temps. Faire la quarantaine. Faire quarantaine. Un lycéen qui fait son cours de philosophie, sa philosophie. Faire ses classes. Faire son droit, sa médecine. Un ouvrier qui fait son apprentissage. Un jeune homme qui a fait son service militaire. Faire son noviciat. Faire une neuvaine.

Il se dit également en parlant des Différentes professions qu'on embrasse et des différents emplois, des différents métiers qu'on exerce. Faire les fonctions d'administrateur. Faire un métier. Faire le commerce, la banque, la commission. Faire la cuisine.

Faire profession et Faire métier se disent encore dans d'autres sens propres et figurés qu'on indiquera aux mots MÉTIER et PROFESSION.

Faire tel ou tel personnage signifie, par extension, Se donner pour avoir telle ou telle qualité. L'un devait faire le maître et l'autre le valet. Il signifie aussi Avoir les qualités de son état et de sa fonction. Il fit très bien son personnage. On dit aussi, figurément, Faire un sot personnage, un plat personnage, etc.

Il se dit encore, par extension du sens précédent, de Quiconque cherche à paraître ou feint d'être ce qu'il n'est pas; et, dans cette acception, il se construit toujours avec un nom, ou avec un adjectif pris comme nom. Faire le grand seigneur. Faire l'homme d'importance. Faire l'esprit fort. Faire l'entendu. Faire le malade. Faire le mort. Faire le sourd. Faire la bête. On dit familièrement Faire le malin.

Il signifie également Mettre de l'affectation à se montrer avec telle ou telle qualité. Faire le généreux, le magnifique. Faire l'aimable, le galant auprès des dames. Faire l'empressé. Faire le gentil.

Il signifie souvent Se donner certaines apparences, prendre certains airs. Il veut faire le maître ici. Il fait l'impertinent. Il fait le fanfaron. Faire l'enfant. Faire le difficile. Faire le dégoûté.

C'est à peu près dans le même sens qu'on dit : Faire les yeux doux. Faire bonne mine, bon visage à quelqu'un. Faire mauvaise mine, grise mine. Faire contre fortune bon coeur. Faire patte de velours. Etc.

Fig. et fam., Faire maison nette, Chasser ses domestiques.

Dans le sens qui précède, il se dit plus particulièrement, lorsqu'on parle des Personnes, par rapport aux professions, aux titres, aux dignités, etc.; et alors il est suivi d'un nom ou d'un adjectif attribut. Il a fait son fils avocat, médecin. Il a été fait chevalier de la Légion d'honneur. Se faire prêtre, avocat, etc. Se faire catholique. Se faire mahométan. Se faire chef de parti.

Fig., L'occasion fait le larron, Souvent l'occasion fait faire des choses répréhensibles, auxquelles on n'aurait pas songé.

Il se construit fort souvent avec la préposition DE ou avec un sens équivalent, soit dans l'acception qui précède, soit dans le sens plus général de Changer, transformer en. Que ferez-vous de votre fils? On veut faire d'elle une institutrice. Celui dont il avait fait son ami, son confident, son ministre. Ce précepteur ne fera rien de son élève. On a fait de cet ancien théâtre une salle de bal.

Fig., Faire d'une mouche un éléphant. Voyez MOUCHE.

Prov. et fig., On ne saurait faire d'une buse un épervier. Voyez ÉPERVIER.

Faire ses délices d'une chose, Y trouver beaucoup de plaisir, de charme, etc. Il fait ses délices de l'étude.

En termes de Médecine, Faire de la neurasthénie, Être atteint de neurasthénie. Faire de la température, Avoir de la fièvre.

Faire de quelque chose une obligation, un devoir, etc., L'imposer comme une obligation, etc. Je me fais une obligation, un devoir de vous en prévenir. On dit à peu près dans le même sens Se faire scrupule, se faire conscience de...

Se faire gloire, se faire honneur de quelque chose, En tirer vanité, s'en tenir honoré. On dit, dans un sens analogue, Faire un mérite de quelque chose à quelqu'un. Ne me faites pas un mérite d'une action si naturelle.

Suivi de la préposition DE, il signifie quelquefois particulièrement Employer quelqu'un ou quelque chose, en disposer, en tirer parti de façon ou d'autre. Que voulez-vous que je fasse de cet homme-là? il ne sait rien. Vous ne faites rien de ce meuble-là, vous n'en faites rien. Faites de cela ce que vous jugerez à propos. Il ne sait que faire de son temps.

Fig. et fam., Faites-en des choux et des raves. Voyez CHOU.

Fig., Faire ce qu'on veut d'une personne se dit en parlant de Quelqu'un qui se prête volontiers aux désirs, aux vues d'une autre. C'est un homme dont on fait tout ce qu'on veut. C'est une femme difficile à gouverner, on n'en fait pas ce qu'on veut.

N'avoir que faire de quelqu'un ou de quelque chose, N'en avoir aucun besoin. Si vous n'avez que faire de ce livre, prêtez-le-moi. Ce sont des bibelots dont je n'ai que faire. Il n'a plus que faire d'étudier, il en sait assez. Je n'ai que faire de vous présentement, allez où vous voudrez. On le dit aussi Pour marquer qu'on ne fait nul cas d'une personne ou d'une chose. Je n'ai que faire de lui ni de ses visites. On se sert encore de la même manière de parler Pour faire connaître qu'on désapprouve quelque chose, qu'on le trouve mauvais. Je n'ai que faire de vos discours, de vos réclamations.

FAIRE signifie aussi Dire, prétendre, publier qu'une chose est, en donner une certaine opinion. On le fait plus riche qu'il ne l'est. Il se fait beaucoup plus malade qu'il ne l'est. Se faire plus riche, plus pauvre, plus jeune qu'on ne l'est réellement. Se faire fort de réussir. Voyez FORT.

Il a quelquefois le sens du verbe Dire. Je le croyais, fit-elle. J'irai avec vous, lui fis-je.

En parlant de Choses que l'on veut vendre, il s'emploie pour marquer le Prix qu'on en demande. Combien faites-vous cette étoffe-là? Vous la faites trop cher.

Il signifie aussi Accoutumer, habituer. Les voyages l'ont fait à la fatigue. Il est fait au chaud et au froid. Nous sommes faits à vos plaisanteries, à votre badinage. Mon estomac n'est pas fait à ce genre d'aliments. Se faire au bruit. Se faire à tout. Se faire aux manières de quelqu'un. Se faire la main.

Il signifie également Former, façonner, perfectionner quelqu'un. Ce général a fait de bons officiers. Ce professeur a fait de bons écoliers. Les affaires font les hommes. C'est un jeune homme qui se fera peu à peu. Ces jeunes magistrats se feront par la pratique des affaires. Ce vin n'a pas encore eu le temps de se faire.

Il se dit encore de Deux ou de plusieurs choses qui, par leur union, leur assemblage, servent à former, à composer, à constituer un tout, une seule chose. Deux et deux font quatre. Toutes ces sommes ensemble font tant. Deux lignes qui se coupent font un angle. Ces forêts, ces ruisseaux, ces montagnes, tout cela ensemble fait un beau pays.

Il se dit également de Ce qui est l'essence d'une chose, de ce en quoi elle consiste. Ce qui fait la qualité du vin. Le spectacle faisait le beau de la fête. La clarté fait le principal mérite de son style. Voilà ce qui fait l'objet de mes recherches. Ce fils fait toute la joie de sa mère.

Prov. et fig., L'habit ne fait pas le moine. Voyez HABIT.

Il signifie aussi Causer tel ou tel résultat ou en être l'occasion. Ce remède m'a fait beaucoup de bien. Se faire des amis. Cela lui a fait une affaire, lui a fait beaucoup d'ennemis. Ces propos lui ont fait tort. Il s'est fait tort à lui-même. Une femme qui a fait de grandes passions. Faire école. Cela fait mal à voir. Faire peur. Faire honte. Faire peine. Faire pitié. Faire envie. Faire plaisir. Faire du chagrin. Il ne faut faire de peine, de la peine à personne. Cette affaire-là fait grand bruit. Cette nouvelle a fait sensation. Cela fit révolution. On dit à peu près dans le même sens : Faire des jaloux, des mécontents, des dupes. Faire des heureux. C'est ce qui fait que les choses vont si mal. Cela ne fera que l'irriter davantage. Faites, je vous prie, que cela soit bientôt terminé. C'est à vous à faire que rien ne manque. Nous ferons en sorte qu'ils n'aient pas lieu de se plaindre. Pouvais-je faire que cela n'arrivât point? Fasse le ciel que...

Fig. et fam., Cela ne me fait ni froid ni chaud. Voyez CHAUD.

Il se construit, dans un sens à peu près pareil, avec un infinitif et se dit de Tout ce qui est la cause prochaine ou éloignée de quelque chose, de tout ce qui donne lieu à une chose, à une action. L'opium fait dormir. Cela l'a fait durer un peu plus longtemps. C'est ce qui le fait vivre. On lui a fait souffrir de grands maux. Faire agir des personnes puissantes. Faire dire, faire savoir quelque chose à quelqu'un. C'est moi qui le lui ai fait connaître. Je les ai fait chercher partout. Faire bâtir. Se faire faire un habit. Faire imprimer, faire paraître un livre. Cette femme s'est fait peindre. Sa partie l'a fait condamner aux dépens. Faire entrer, faire sortir quelqu'un. La lettre qu'il m'a fait tenir, qu'il m'a fait passer, qu'il m'a fait parvenir. Cette pièce a fait courir tout Paris. Faire marcher des troupes. Il ne put parvenir à se faire entendre. On n'a jamais pu lui faire entendre raison. Se faire aimer. Se faire haïr. Se faire dire une chose deux fois.

Il signifie aussi Avoir de l'influence, du pouvoir. Il fait tout dans cette maison. Le mérite fait plus auprès de lui qu'aucune recommandation. Auprès de certaines gens l'argent fait tout.

Faire la pluie et le beau temps. Voyez PLUIE.

FAIRE, en termes de Grammaire, se dit des Mots et signifie Prendre telle ou telle terminaison. Cheval fait au pluriel chevaux. Aimer fait au futur j'aimerai.

Il se dit quelquefois pour Importer, concerner, être de quelque considération. Cela ne fait rien à l'affaire. Cela ne fait rien, absolument rien. Qu'est-ce que cela lui fait? Que me font ses propos? Que peut vous faire l'opinion de ces gens-là? Cela fait beaucoup, fait plus qu'on ne pense.

Fam., Qu'est-ce que cela fait là? À quoi cela sert-il dans ce lieu-là?

Il s'emploie souvent pour éviter la répétition du verbe précédent et alors il en tient la place. Ainsi on dit : Cet homme n'aime plus tant le jeu qu'il faisait, Il ne l'aime plus tant qu'il l'aimait. Il répondit comme les autres avaient fait, Il répondit comme les autres avaient répondu. Nous nous entretînmes de cette nouvelle comme nous aurions fait de toute autre chose, Comme nous nous serions entretenus de toute autre chose. On ne doit pas confondre cet emploi avec un tour usité dans certains cas où FAIRE, conservant la signification qui lui est propre, celle d'Exécuter, d'opérer, d'effectuer, etc., a pour complément le pronom le, qui représente un verbe précédent. Il voudrait partir, mais il ne peut le faire (faire cela, l'action de partir) sans autorisation. Quoiqu'il ait tous les moyens de vous obliger, il ne le fera pas.

FAIRE se dit absolument en parlant des Jeux de cartes où chacun donne les cartes à son tour, et de Certains autres jeux où chacun tour à tour est obligé de faire quelque chose. À qui est-ce à faire? C'est à vous à faire. Je viens de faire.

Il s'emploie comme intransitif dans le sens d'Agir. Faire bien. Faire mal. Il a fait en cela comme vous auriez fait. Il a fait de son mieux. Vous n'auriez pas fait mieux. Il ferait mieux, je crois, de rester. Comment faire? Comment ferons-nous? Laissez-le donc faire, il saura bien se tirer d'embarras. Il n'en veut faire qu'à sa tête. Faire à qui mieux mieux. Il a tant fait, il a si bien fait qu'il en est venu à bout. Il a si bien fait par ses sottises qu'on a fini par le renvoyer. Si on le laisse faire, il sera bientôt maître de tout.

Avoir fort à faire, Avoir beaucoup à travailler pour venir à bout de quelque chose. Vous aurez fort à faire, si vous entreprenez de le corriger. Il y a fort à faire dans cette entreprise.

Il se dit encore intransitivement pour Être convenable, produire un effet agréable. Ces deux choses font fort bien ensemble. L'or fait bien avec le vert. Ce tableau ne fait pas bien où il est; il ferait mieux ailleurs.

Il signifie en outre familièrement Se décharger le ventre. Cet enfant a fait dans sa chemise. Ce malade a fait sous lui.

Il s'emploie impersonnellement pour indiquer l'État de l'atmosphère du temps, ou quelque phénomène, quelque révolution atmosphérique. Il fait nuit. Il fait jour. Il fait chaud. Il fait froid. Il ne fait pas encore jour. Il fait beau. Il fait beau temps. Il fait du vent, de la pluie, de l'orage. Il fait bon. Il fait frais. Il fait doux. Il fait sec. Sortirez-vous par le temps qu'il fait?

Il s'emploie de même impersonnellement pour marquer la Nature, l'état, la disposition les qualités de certaines choses. Il fait bon vivre dans ce pays. Il ne fait pas bon de se frotter à cet homme-là.

SE FAIRE signifie Être praticable, être produit, formé, exécuté, arriver, venir à être. Si c'est une chose qui se puisse faire, je vous en aurai obligation. Si cela se peut faire, je serai ravi. Ces choses-là ne se font pas aisément. On croit que le mariage se fera bientôt. Si la paix se fait.

Prov., Paris ne s'est pas fait en un jour, se dit pour exprimer qu'Il y a des choses qu'on ne peut faire qu'avec beaucoup de temps.

Il signifie aussi familièrement Devenir. Un enfant qui se fait grand.

Il signifie absolument S'améliorer avec le temps. Ce vin a le goût âpre : il se fera en bouteille.

SE FAIRE s'emploie aussi impersonnellement dans le sens d'Être, arriver. Il s'est fait beaucoup de fentes dans cette muraille. Il se fit un moment de silence. Il se fait bien des choses qu'on s'explique mal. On ne sait comment cela s'est fait. Se peut-il faire que vous n'en sachiez rien? Il pourrait se faire que... On dit de même Il se fait tard, il se fait nuit, Le jour commence à baisser, la nuit commence à venir.

Cela se fait se dit surtout des Actes de politesse ou de cérémonie qu'il est convenable d'accomplir en telle ou telle circonstance. Vous auriez dû envoyer une carte, cela se fait toujours. Dites-moi, je vous prie, ce qui se fait en pareille circonstance. Cela ne se fait pas.

FAIRE se prend quelquefois substantivement, comme dans ces phrases : Il y a loin du vouloir au faire. Le dire et le faire sont deux. Il vieillit.

Il se dit plus ordinairement, en termes de Peinture, de Gravure et de Sculpture, de la Manière de peindre, de sculpter, de graver. Le faire de ce peintre. Cet artiste a un faire large et vigoureux.

Cela vaut fait signifie Regardez la chose comme faite. On dit aussi C'est une affaire faite, surtout lorsqu'on veut faire entendre qu'il n'y a plus à revenir sur la chose dont il s'agit.

Voilà qui est fait, La chose est décidée.

Fam., C'est bien fait, Vous l'avez bien mérité.

C'est fait de moi; C'en est fait de nous se dit d'un Événement malheureux qu'on ne peut empêcher.

C'est un fait exprès, c'est comme un fait exprès. Voyez EXPRÈS.

Ce qui est fait est fait se dit pour engager à ne plus parler d'un malheur, d'une faute qu'il est impossible de réparer.

Être fait à, Être habitué à. Il n'est pas encore fait à ce métier, au climat et aux habitudes du pays.

Être fait pour, Être propre à, être capable de. Cela se dit des personnes et des choses, et tant en bonne qu'en mauvaise part. Cet homme n'est pas fait pour un pareil emploi. Il semble fait pour réussir en toutes choses. Cette nouvelle était bien faite pour l'affliger.

Comme le voilà fait! se dit de Quelqu'un qui est plus mal vêtu, plus négligé qu'à l'ordinaire, ou qui n'a pas si bon visage qu'il a coutume d'avoir. On dit quelquefois, figurément et familièrement dans le premier sens, Être fait comme un voleur.

Être bien fait, fait à ravir, fait à peindre; et, figurément, Être fait au tour, Être beau, de belle taille et de bonne mine. Dans le sens contraire, Être mal fait, Être laid, mal formé. Un homme bien fait et de bonne mine. Une femme bien faite. Cette jeune fille est faite au tour. Un petit homme mal fait et mal bâti. On dit de même Être bien fait de sa personne. On dit encore, dans un sens analogue, Avoir la taille bien faite, mal faite; la jambe bien faite. Fig., Un esprit bien fait, Un esprit sain et droit. Avoir la tête mal faite; l'esprit mal fait, Être bizarre, déraisonnable, sans jugement.

Fig. et par ironie, En aura-t-il la jambe mieux faite? Cela lui fait une belle jambe, Cela ne l'avance à rien, se dit en parlant d'une Chose dont quelqu'un tire vanité, et qui ne lui est d'aucun avantage.

Un homme fait, Un homme qui est dans un âge mûr.

Ce fromage est fait, n'est pas fait, Il est temps, il n'est pas temps de le manger.

Viande trop faite, Viande avancée, faisandée.

Phrase toute faite, Façon de parler particulière qui est consacrée par l'usage. Porter le flambeau de la civilisation est une phrase toute faite.

Si fait, Façon de parler elliptique qui, dans les réponses, sert à affirmer fortement ce qu'un autre nie on met en doute. Vous ne me connaissez pas? Si fait, je vous connais bien. Vous ne voulez pas? Si fait.

4

Anagrammes de faire

Nombre de lettres :
5

Usages de faire

faire


1 :

Faire d' un artiste, d‘ un écrivain.
Il y a loin du dire au faire.


6

Mots Proches de faire