4,3 / 5 ( 193 votes ) Notez cette définition :

1

gagner

 Définition et Synonymes - Définition Mediadico

gagner(verbe intransitif, verbe transitif)

Se procurer un gain.
Obtenir, remporter, être vainqueur.
Tirer un avantage de: gagner à être connu.
Se rendre maître peu à peu, avancer, progresser: gagner du terrain.
Parvenir à, mériter: gagner le paradis.
Contracter: gagner une maladie.
Attirer à soi: gagner l'estime d'une personne.

Gagner sa vie, gagner son pain vivre de son travail.
S‘étendre: l'inondation gagne.

Difficultés orthographiques
gagner de vitesse.
manque à gagner.

Les synonymes Mediadico de gagner :

3 : un endroit: rallier, atteindre, regagner, aborder, arriver, toucher, rejoindre.

Les synonymes Word de gagner :

7 : doubler

Les synonymes WordNet de gagner :

Les antonymes de gagner :

perdre


2

Définition du dictionnaire Littré

> GAGNER
Prononciation : ga-gné
v. a.
Sens 1
Terme de chasse. Paître.
Sens 2
Tirer un profit.
Sens 3
Acquérir au jeu.
Sens 4
Il se dit des avantages qu'on remporte.
Sens 5
Mériter.
Sens 6
Obtenir quelque chose en qualité d'avantage.
Sens 7
En horticulture, faire naître par semis.
Sens 8
Acquérir des avantages, des qualités.
Sens 9
En un sens opposé, prendre quelque mal.
Sens 10
Obtenir quelque chose de quelqu'un.
Sens 11
Acquérir, en parlant des coeurs, des esprits, des sentiments.
Sens 12
Se rendre favorable.
Sens 13
En mauvaise part, corrompre.
Sens 14
S'emparer, se rendre maître.
Sens 15
Se diriger vers un endroit, y parvenir.
Sens 16
Gagner le vent, en termes de marine.
Sens 17
Atteindre, rejoindre, ou même dépasser.
Sens 18
Se propager, s'étendre, faire des progrès,
Sens 19
V. n. Devenir meilleur.
Sens 20
Avoir un profit, un avantage.
Sens 21
Avancer en crédit, en considération.
Sens 22
Gagner sur, obtenir que.
Sens 23
Gagner sur quelqu'un, aller plus vite.
Sens 24
S'étendre, se propager.
Sens 25
V. réfl. Être acquis à titre de profit.
Sens 26
Être obtenu, conquis, en parlant du coeur, de l'affection.
Sens 27
Se vaincre, se surmonter.
Sens 28
Être contracté en parlant de maladies.
Sens 1
Terme de chasse, dans lequel seul le sens étymologique est resté. Paître, en parlant des animaux de chasse. à la tombée du jour, le lapin sort du bois et vient gagner.
Sens 2
Tirer un profit en général, par une extension du profit particulier que fournissent les pâturages et l'agriculture.
Absolument.
Gagner de l'argent, devenir possesseur de sommes d'argent par un travail, par des entreprises, etc.
Assurer par le travail. Gagner sa vie en travaillant à la terre.
Absolument. Gagner sa vie, gagner de quoi vivre en travaillant.
On dit de même gagner son pain à la sueur de son corps, à la sueur de son front.
Sens 3
Acquérir, au jeu, la possession de quelque chose. Gagner cent louis. Gagner à la loterie. Gagner un lot
Fig.
Gagner les cartes, faire une ou plusieurs levées de plus que son adversaire.
Gagner quelqu'un, avoir l'avantage sur lui dans les parties de jeu. J. J.
Absolument.
Jouer à qui perd gagne, convenir que le gain de la partie sera pour celui qui la perdra.
Fig. Jouer à qui perd gagne, se dit lorsqu'un désavantage apparent procure un avantage réel.
Telle carte gagne, signifie que celui qui a cette carte gagne ce qu'on a mis dessus.
Aux loteries, tel billet, tel numéro gagne, un lot est échu à tel billet, à tel numéro.
Terme de jeu de paume. Au dernier la balle la gagne, il faut, pour gagner la chasse, mettre la balle au dernier, c'est-à-dire au plus près du fond du jeu.
Sens 4
Il se dit des avantages que l'on remporte. Gagner le prix de la lutte, de la course.
Il se construit quelquefois avec la préposition sur. Il a gagné le prix sur un tel.
On dit dans un sens analogue, gagner une femme, l'obtenir pour le prix de quelque action.
Gagner une bataille, battre l'ennemi.
Gagner un procès, avoir en sa faveur la sentence du juge.
On dit de même gagner sa cause.
Absolument.
Gagner une gageure, un pari, avoir l'avantage dans une gageure, dans un pari.
Gagner la partie une partie, avoir l'avantage dans une partie de jeu.
Absolument. C'est lui qui a gagné.
Dans les courses, ce cheval a gagné d'une longueur, de deux longueurs, c'est-à-dire il est arrivé avant celui qui le suivait d'une fois, deux fois la longueur de son corps.
Sens 5
Fig. Mériter. Il gagne bien l'argent qu'on lui donne, il gagne bien son argent.
On leur a bien fait gagner leur avoine, se dit des chevaux et fig. des hommes, quand on les a bien fait travailler.
Ironiquement. Il l'a bien gagné, c'est-à-dire il ne lui arrive que ce qu'il mérite, en parlant d'une déconvenue, d'un affront, de quelque perte ou disgrâce.
Gagner le ciel, le paradis, le mériter par ses oeuvres.
Gagner le jubilé, les indulgences, mériter les grâces qui y sont attachées.
Gagner les oeuvres de miséricorde, gagner les récompenses promises par Dieu aux oeuvres de miséricorde. Servir les malades, c'est gagner les oeuvres de miséricorde.
Sens 6
Obtenir quelque chose en qualité d'avantage.
Familièrement. Il n'y a rien à gagner, rien de bon à gagner, se dit d'affaires qui ne promettent rien d'avantageux, de bon.
Gagner du temps, gagner temps, s'arranger de manière que le temps soit ménagé, que la chose soit différée, renvoyée à un meilleur moment.
Sens 7
Terme d'horticulture. Gagner une fleur ou un fruit, obtenir par le semis une variété nouvelle. Gagner un oeillet, une fraise.
Terme de manége. Gagner l'épaule d'un cheval, corriger par le secours de l'art quelque défaut dans cette partie.
Sens 8
Il se dit des avantages, des qualités qu'une personne ou qu'une chose acquiert. Le langage perdit en naïveté ce qu'il gagnait en finesse.
Sens 9
En un sens opposé, prendre quelque mal, tomber en quelque inconvénient. Il n'y a que des coups à gagner. Gagner un rhume, une pleurésie.
Gagner du mal, contracter une maladie honteuse.
Sens 10
Obtenir quelque chose de quelqu'un.
Nous ne gagnerons rien avec lui, nous ne viendrons pas à bout de le faire changer de résolution, de conduite, de langage, etc. Gagner quelque chose sur l'esprit de quelqu'un, lui persuader une chose.
On dit de même : tâchez de gagner cela sur vous, faites un effort sur vous, obtenez cela de vous.
Sens 11
Acquérir, en parlant des coeurs, des esprits, des sentiments. Gagner les suffrages.
Terme de manége. Gagner la volonté d'un cheval, triompher, par la patience et par la douceur, de la résistance de l'animal.
Sens 12
Se rendre favorable.
Se laisser gagner, permettre à sa volonté de céder.
Sens 13
En mauvaise part, corrompre par des dons ou autrement. Il avait gagné le geôlier. Gagner quelqu'un à force d'argent.
Sens 14
S'emparer, se rendre maître. L'ennemi gagna la contrescarpe. Gagner du terrain. Gagner le fort de l'épée.
Par extension.
Terme d'escrime. Gagner la mesure, se donner un avantage par un coulement d'épée et un mouvement en avant.
Familièrement. Gagner du chemin, du pays, gagner chemin, gagner pays, avancer, poursuivre sa route.
Fig. Gagner du pays, faire des progrès, réussir.
Dans les courses, gagner la corde ou le cordeau, devancer les autres et s'approcher le plus près de la corde.
Sens 15
Se diriger vers un endroit, y parvenir (le terrain, le chemin étant considéré comme quelque chose que l'on gagne).
Gagner le temps, gagner l'heure, parvenir au temps requis, à l'heure voulue.
Familièrement. Gagner la porte, se diriger vers la porte pour s'enfuir.
Familièrement. Gagner le large, gagner au pied, gagner la guérite, gagner au haut, le haut, gagner les champs, le taillis, c'est-à-dire s'enfuir, s'esquiver.
Sens 16
Terme de marine. Gagner le vent, le dessus du vent, s mettre, à l'égard d'un autre vaisseau, entre lui et le côté d'où le vent souffle.
Gagner au vent, s'approcher du point de l'horizon d'où le vent paraît souffler.
Fig. Gagner le dessus, l'emporter, avoir l'avantage.
Sens 17
Atteindre, rejoindre, ou même dépasser. Il allait vite ; pourtant, forçant le pas, je le gagnai. Gagner l'ennemi.
Gagner quelqu'un de vitesse, arriver avant lui, parce qu'on a cheminé plus vite.
Fig. Gagner quelqu'un de vitesse, le prévenir. Je voulais avoir ce poste, mais il m'a gagné de vitesse. On dit dans le même sens gagner de la main.
Gagner de vitesse, disent les grammairiens du XVIIe siècle, pour signifier prévenir quelqu'un par un redoublement de diligence, est une expression peu exacte qui n'a pas laissé de s'introduire dans l'usage.
Gagner le devant, ou les devants, partir avant quelqu'un, le dépasser en allant plus vite.
Sens 18
Se propager, s'étendre, faire des progrès. Le feu gagnait la maison voisine. De la jambe, la gangrène a gagné la cuisse.
La faim, le froid me gagne, s'empare de moi peu à peu.
Absolument.
La nuit nous gagne, elle s'approche.
L'heure, le temps nous gagne, il ne nous reste plus que bien peu de temps.
Terme de manége. Votre cheval vous gagne, il vous emporte, vous n'en êtes plus le maître. On dit aussi qu'un cheval gagne à la main quand, s'animant, il va plus vite que le cavalier ne le veut.
Sens 19
V. n. Gagner, devenir meilleur. Ces boeufs ont bien gagné dans les pacages. Mes blés ont bien gagné depuis que le temps doux est venu.
Sens 20
Avoir un profit, un avantage.
Sens 21
Avancer en crédit, en considération.
Paraître meilleur.
Il gagne à être connu, c'est-à-dire plus on le connaît, plus on l'estime, plus on l'aime, plus on apprécie son mérite.
En un sens contraire. Il ne gagne pas à être connu.
Sens 22
Gagner sur, obtenir que.
L'emporter.
Sens 23
Gagner sur quelqu'un, aller plus vite, s'en rapprocher en marchant et pendant qu'il marche.
Sens 24
S'étendre, se propager. L'incendie gagnait de tous côtés. Le christianisme gagna rapidement parmi les gentils.
Sens 25
Se gagner, v. réfl. Être acquis à titre de profit. Une si forte somme ne se gagne pas en un jour.
Sens 26
Être obtenu, conquis, en parlant du coeur, de l'affection, etc.
Sens 27
Se vaincre, se surmonter.
Sens 28
Être contracté, en parlant de la maladie. Cette fièvre se gagne dans les marais.
Particulièrement. Être contracté par contagion. La coqueluche se gagne.
Fig.
PROVERBES
Du dérober au restituer, on gagne trente pour cent, c'est-à-dire on ne restitue jamais tout.
Il n'est pas marchand qui toujours gagne, c'est-à-dire tous les marchands sont exposés à perdre ; et fig. on doit s'attendre à des contrariétés dans les affaires de la vie.
Qui bien gagne et bien dépense n'a que faire de bourse pour serrer son argent.
REMARQUE
Corneille a dit dans la 1re édition du cid gagner des combats : Le prince à mes côtés gagnerait des combats, Cid, I, 3. Cela fut critiqué par scudéry et par l'Académie ; ce qui décida Corneille à changer le vers. Voltaire (qui lui-même a employé cette locution : Le duc de Vendôme commandait en Catalogne, où il gagna un combat et où il prit Barcelone, Louis XIV, 17) remarque qu'il n'y a aucune raison pour ne pas dire gagner des combats comme gagner des batailles. Le fait est que, grammaticalement, rien ne s'y oppose ; seulement l'un est moins usité que l'autre.
HISTORIQUE
XIIe s.
XIIIe s.
XIVe s.
XVe s.
XVIe s.
ÉTYMOLOGIE
Wall. wagni ; Berry, gaingné ; prov. gazanhar, gazagnar, guazanhar, gaaniar ; anc. cat. guadagnar ; cat. mod. guanyar ; ital. guadagnare ; du germanique : anc. haut-allem. weidanjan, faire paître, weida, pâturage. Toutes les formes sont trisyllabes ; le sens de paître, qui ne figure pas dans l'historique de gaaigner, figure dans gagnage. La langue d'oïl, du sens rural de paître, a passé au sens rural de labourer ; puis le profit fait par la culture a désigné toute sorte de profits, le gagner, ce qui est le seul sens resté aujourd'hui en usage. Bèze, au XVIe siècle, a gaigner ; mais il ajoute que ceux qui parlent plus purement disent gagner. L'espagnol dit ganar, de deux syllabes ; mais ce ganar est le bas-latin ganare, acquérir, dont on ignore l'origine.
SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE GAGNER.
Sens 15
Ajoutez :
Gagner pays, s'enfuir.
Sens 29
Se gagner soi-même, être le propre objet de son gain.
> GAGNÉ, ÉE
Prononciation : ga-gné, gnée
part. passé de gagner
Sens 1
Obtenu en qualité d'avantage. Les récompenses gagnées par le mérite.
Bataille gagnée, victoire remportée.
Procès gagné, procès dans lequel les juges ont prononcé en votre faveur.
Partie gagnée, partie de jeu où l'on a eu l'avantage.
Absolument. Gagné ! exclamation pour annoncer que la partie est gagnée.
Donner gagné, reconnaître qu'une personne a l'avantage sur nous.
Dans le même sens : donner cause gagnée.
Sens 2
Dont on s'est emparé. Le bastion gagné malgré l'opiniâtre résistance des assiégés.
Fig. et familièrement. Avoir ville gagnée, être maître de l'affaire, avoir remporté l'avantage qu'on se promettait.
Croire ville gagnée, crier, se vanter qu'on a remporté l'avantage.
Sens 3
Dont on a obtenu l'affection, la faveur, l'appui.
Sens 4
Corrompu par des dons ou autrement.
Sens 5
Contracté, en parlant de maladie. Des infirmités gagnées au service de l'État.
Sens 6
Atteint par quelque affection morale ou par quelque maladie.
Sens 7
Atteint, en parlant d'un lieu. Le défilé gagné avant la nuit.
Sens 8
Qui est surpris par quelque chose qui s'avance. Gagné par la marée montante. Gagné par la nuit dans un sentier de montagne.
3

Dictionnaire de L'académie française (8 ème édition)

> GAGNER
v. tr.
Acquérir par son travail, par son initiative ou par l'effet des circonstances, du hasard. Un bon ouvrier peut gagner tant par jour. Une si forte somme ne se gagne pas en un jour. Il a gagné gros dans cette affaire. On l'emploie souvent absolument. Je ne gagne pas sur ce marché. C'est un métier où l'on gagne bien. Par analogie, Gagner sa vie, Gagner de quoi vivre. Il gagne largement sa vie. Il a bien de la peine à gagner sa vie. Gagner sa vie à donner des leçons, à faire des copies, à promener des étrangers. On dit, dans le même sens, Gagner son pain à la sueur de son front.

Fig. et fam., N'est pas marchand qui toujours gagne. On doit s'attendre à des contrariétés et à des vicissitudes dans les affaires de la vie.

Il se dit aussi en parlant du Gain que l'on fait au jeu, aux loteries ou dans un tirage financier. Il a gagné deux cents francs à l'écarté. Gagner à la loterie. Gagner le gros lot.

Par extension, Telle carte gagne signifie Celui qui a cette carte gagne. Tel billet, tel numéro gagne, Il est échu un lot à tel billet, à tel numéro.

Gagner quelqu'un, Lui gagner son argent au jeu. Cet homme-là me gagne toujours. Je n'ai jamais pu le gagner. Il est familier.

Jouer à qui perd gagne, Jouer à un jeu où l'on convient que celui qui perdra selon les règles ordinaires gagnera la partie. Cela se dit, figurément et familièrement, lorsqu'un désavantage apparent procure un avantage réel.

Il signifie encore Obtenir, remporter quelque chose que l'on désire. Il a gagné le prix. Vous ne gagnerez rien à lui tenir ce langage. Je n'ai pu le décider : voyez si vous y pourrez gagner quelque chose. Vous vous tourmentez inutilement pour cette affaire, vous n'y gagnerez rien. Ironiquement, dans le sens de Ce qui est contraire à un avantage, Je me souviendrai de ce voyage, j'y ai gagné un bon rhume. Il n'y a que des coups à gagner.

Il signifie particulièrement Remporter un avantage dans une lutte ou un débat quelconque; et alors le complément direct indique l'espèce de lutte ou de débat. Gagner une bataille, la bataille. Gagner sa cause. Gagner son procès. Gagner une gageure, un pari. Gagner la partie.

Par extension, Gagner son procès signifie Avoir gain de cause, même quand il ne s'agit pas d'une affaire portée devant les juges.

Fig. et fam., Donner gagné se dit d'une Personne qui reconnaît que son adversaire l'emporte, qu'il a gagné. Je vous donne gagné. On dit dans un sens analogue Donner cause gagnée. Avoir cause gagnée. On dit aussi Donner ville gagnée. Avoir ville gagnée.

Il se joint quelquefois avec la préposition SUR, pour marquer sur qui l'on remporte l'avantage. Il a gagné le prix sur un tel.

Fig., Gagner quelque chose sur quelqu'un, sur l'esprit de quelqu'un. Lui persuader quelque chose, en obtenir quelque chose. On dit de même Tâchez de gagner cela sur vous, Faites cet effort sur vous, faites-vous violence en cela, obtenez cela de vous. J'ai gagné sur moi de n'y plus penser. J'ai gagné sur lui qu'il ne la reverrait pas.

Gagner du temps, Faire quelque chose en moins de temps que par un autre moyen. En prenant l'avion au lieu du train, vous gagnez du temps. Gagner du temps signifie ainsi Différer quelque chose le plus longtemps possible, parce qu'on y voit un avantage. L'important en cette affaire est de gagner du temps. Il fit mille chicanes pour gagner du temps.

Gagner bien ou Bien gagner signifie aussi figurément Mériter. Il l'a bien gagné. Il gagne bien l'argent qu'on lui donne. Il gagne bien son argent.

Gagner le ciel, gagner le paradis, Mériter d'aller dans le ciel, d'aller en paradis.

Gagner le jubilé, les indulgences, Mériter les grâces qui y sont attachées.

Il se dit aussi en parlant des Avantages, des qualités qu'une personne ou qu'une chose acquiert. Le langage perdit en naïveté ce qu'il gagnait en élégance et en finesse. L'art ne gagne rien à ces innovations bizarres. Absolument, Ce jeune homme a gagné depuis que je ne l'ai vu. Cette femme gagne à être vue aux lumières. Cette statue gagne à être vue de ce côté. Cette pièce de théâtre gagne beaucoup à la lecture. Ce vin a gagné à vieillir.

Il gagne à être connu. Plus on le connaît, plus on l'estime. Dans le sens contraire, Il ne gagne pas à être connu.

Fig., Gagner du terrain, S'avancer, faire des progrès, se rapprocher du but.

Gagner quelqu'un de vitesse, Arriver avant lui, parce qu'on est allé plus vite. Gagner l'ennemi de vitesse. On dit, en des sens analogues Hâtons-nous de rentrer, la nuit nous gagne. Gagner quelqu'un de vitesse signifie aussi figurément Le prévenir, faire avant lui une visite, une démarche. J'aurais souhaité obtenir cet emploi, mais il m'a gagné de vitesse.

Fam., Gagner du chemin. Gagner du pays. On dit aussi Gagner chemin, gagner pays, Avancer, faire du chemin, ou s'évader, s'éloigner, quitter un endroit. Il est tard, gagnons chemin. Gagnons pays. Le maraudeur surpris gagna pays. Il est vieux.

En termes de Marine, Gagner le vent, le dessus du vent, Prendre le dessus du vent.

Fig. et fam., Gagner le dessus. Prendre l'avantage, avoir l'avantage, surmonter. On dit plutôt aujourd'hui Prendre le dessus.

Il signifie encore, figurément, Se concilier, se rendre favorable. Gagner le coeur de quelqu'un. Sa bonté lui gagne tous les coeurs. Ce ton de franchise me gagna. Gagner l'amitié, l'affection, la bienveillance, la confiance. Gagner les bonnes grâces de quelqu'un. Gagner les suffrages, les voix. Il faut gagner cet homme-là, à quelque prix que ce soit, et l'avoir pour nous. Gagner le geôlier. Gagner les témoins. Gagner quelqu'un à force d'argent. Se laisser gagner, Céder à des promesses, à de l'argent.

Il signifie aussi Se diriger vers quelque endroit, et y arriver, y parvenir. Gagner le rivage. Gagner la haute mer, le large. Il faut gagner la grande route pour arriver à ce village. Il avait déjà gagné la frontière, lorsqu'on l'arrêta. On dit, dans un sens analogue, Gagner l'heure, Occuper le temps qui vous sépare d'une heure fixée d'avance. Il est allé se promener pour gagner l'heure du déjeuner.

Fam. et fig., Gagner au pied, gagner les champs, le taillis; gagner le large, S'enfuir.

Fam., Gagner la porte, Se diriger vers la porte pour sortir. Il se dit surtout dans le sens de S'échapper.

Fig., Ce cheval gagne à la main. Il précipite l'allure où l'on voudrait le maintenir. Cet employé vous gagne à la main, Il prend des libertés, de l'indépendance.

Il se dit encore tant transitivement qu'intransitivement des Choses qui font du progrès, qui s'étendent, se propagent. Le feu gagnait déjà la maison voisine. Le feu a gagné jusqu'au toit. L'eau a gagné le second étage, jusqu'au second étage. La gangrène a gagné rapidement. La contagion gagna plusieurs quartiers de la ville. Ces idées gagnèrent la jeunesse, gagnèrent parmi le peuple.

Il se dit quelquefois des Besoins, des maux qui se font sentir par degrés. La faim me gagne. Le sommeil commençait à me gagner. Le froid m'avait déjà gagné.

En parlant des Maladies, il signifie Se communiquer, se propager. La rougeole se gagne facilement La scarlatine se gagne. Figurément et par extension, en parlant de Certains sentiments, Sa tristesse me gagne. L'ennui se gagne.

4

Anagrammes de gagner

Nombre de lettres :

Mots précédents
gagnant,e
gagne-pain
gagne-petit

Mots suivants
gagneur,euse
gaguesque
gai,e