Recevoir les newsletters :


1 mythe

 Définition et Synonymes - Définition Mediadico

4,9 / 5 - 234 votes

Notez cette définition :

> mythe (nom masculin)

Homonymes - paronymes
mite( insecte).

Les synonymes de mythe :


Les antonymes de mythe :

vérité


2Définition du dictionnaire Littré

> MYTHE
Prononciation : mi-t'
s. m.
Sens 1
Trait, particularité de la Fable, de l'histoire héroïque ou des temps fabuleux.
Sens 2
Particulièrement, récit relatif à des temps ou à des faits que l'histoire n'éclaire pas, et contenant soit un fait réel transformé en notion religieuse, soit l'invention d'un fait à l'aide d'une idée. Le mythe est un trait fabuleux qui concerne les divinités ou des personnages qui ne sont que des divinités défigurées ; si les divinités n'y sont pour rien, ce n'est plus mythe, c'est légende ; Roland à Roncevaux, Romulus et Numa, sont des légendes; l'histoire d'Hercule est une suite de mythes. Il n'est pas nécessaire que le mythe soit un récit d'apparence historique, bien que c'en soit la forme la plus ordinaire.
Sens 3
Fig. et familièrement. Ce qui n'a pas d'existence réelle. On dit qu'en politique la justice et la bonne foi sont des mythes.
ÉTYMOLOGIE
En grec, récit, légende.

3Dictionnaire de L'académie française (8 ème édition)

> MYTHE
n. m.
Récit fabuleux contenant en général un sens allégorique. Le mythe de Prométhée. Un mythe oriental.

Il se dit aussi, familièrement, d'une Chose dont on entend parler mais qu'on ne voit jamais. C'est un mythe.


Les mots proches :
ache  -  antre  -  bath  -  botte  -  cote  -  fâché  -  hâte  -  hôte  -  hotte  -  huche  -  hyphe  -  lâché  -  mâche  -  mâcher  -  mâle  -  manse  -  mante  -  mare  -  masse  -  match  -  matcher  -  maté  -  mater  -  math ou maths  -  matheux



Le score à battre
Mots-Maxi 1 500 points Je relève le défi ?

boite logiciel gratuit MEDIADICO pour votre PC
Le nouveau logiciel gratuit de dictionnaires pour toute la famille.
▶  Plus d'infos
▶  Prix : 0,00 €
analgésie
(nom féminin)
Absence de sensibilité à la douleur.
Je suis homme et il me faut des causes propres à l'homme.
(Diderot)
The most perfidious way of harming a cause consists of defending it deliberately with faulty arguments.
(Freidrich Nietzsche)