3,9 / 5 ( 106 votes ) Notez cette définition :

1

promener

 Définition et Synonymes - Définition Mediadico

promener(verbe pronominal, verbe transitif)

Faire aller d'un lieu à un autre dans le but de faire prendre l'air, de détendre, de distraire.
Laisser aller, conduire. Ex: promener son regard.


Envoyer promener {familier} rejeter, repousser vivement.

Se promener aller à pied, en voiture, etc., pour son plaisir.

Les synonymes Mediadico de promener :

1 : promener: conduire, sortir, mener, balader[ fam], déplacer.

Les synonymes Word de promener :

Les synonymes WordNet de promener :

2

Définition du dictionnaire Littré

> PROMENER
Prononciation : pro-me-né ; du temps de Chifflet, Gramm. p. 98, on disait également pourmener et promener. La syllabe me prend un accent grave quand la syllabe qui suit est muette : je promènerai
v. a.
Sens 1
Mener, faire aller en différents lieux.
Fig.
Sens 2
Particulièrement, faire aller quelqu'un d'un endroit à un autre comme amusement ou comme exercice. Promener un enfant, un vieillard.
Promener des étrangers par la ville, dans la ville, la leur faire parcourir pour la satisfaction de leur curiosité.
Sens 3
Promener un cheval, le faire marcher doucement, soit en le tenant par la bride, soit en le montant.
On dit de même : promener un chien.
Promener un cheval en main, le promener sans être monté dessus.
Promener un cheval dans la main et dans les talons, le gouverner avec la bride et l'éperon.
Promener un cheval entre les deux talons, le mener au pas en le menant droit entre les deux talons.
Sens 4
Fig. Faire aller çà et là. Promener ses pas, son regard, sa pensée.
Sens 5
Faire aller çà et là l'idée d'un autre.
Sens 6
Être cause d'une promenade, en parlant d'une chose. Faites-moi cette commission, cela vous promènera.
Sens 7
Il se dit des choses qui font aller çà et là d'autres choses.
Fig.
Sens 8
Familièrement et fig. Promener quelqu'un, l'abuser, le lasser par des promesses vaines. Il m'a promené deux ans avant de me payer.
Sens 9
Se promener, v. réfl. Marcher, aller à pied ou à cheval, etc. pour faire de l'exercice ou pour se distraire.
Avec le verbe laisser et ellipse du pronom personnel.
Terme de dépit et d'humeur. Allez vous promener, se dit à une personne dont on est mécontent, dont on veut se débarrasser.
On dit de même : qu'il aille se promener, qu'il se promène.
Envoyer promener, phrase peu polie par laquelle on dit qu'on s'est débarrassé de quelqu'un.
Fig.
Sens 10
Fig. Il se dit des choses qui errent, cheminent.
REMARQUE
Dans le sens de marcher, c'est un verbe réfléchi, et l'on doit dire : allons nous promener et non pas : allons promener. C'est maintenant l'usage, et parler autrement est une faute commise par J. J. Rousseau, dans cette phrase : J'ai toutes les peines du monde à obtenir cinq ou six fois l'année qu'elle [Thérèse] veuille bien venir promener avec moi, Lett. à Mme de Créqui, sept. 1770. Mais Vaugelas considérait encore promener comme un verbe neutre, ainsi qu'avait fait le XVIe siècle.
HISTORIQUE
XVe s.
XVIe s.
ÉTYMOLOGIE
Berry, pourmener ; wallon, porminé ; du lat. prominare, de pro, et minare (voy. MENER).
3

Dictionnaire de L'académie française (8 ème édition)

> PROMENER
v. tr.
Mener, conduire, faire aller quelqu'un de côté ou d'autre, soit pour l'amuser, soit pour qu'il prenne de l'exercice. Promener un enfant, un vieillard, un malade.

Promener des étrangers par la ville, dans la ville, La leur faire parcourir, la leur faire voir. Il m'est venu de province des parents que j'ai promenés par tout Paris, dans tout Paris.

Promener un cheval, Le faire marcher doucement, soit en le tenant par la bride, soit en le montant. Promener un cheval échauffé avant de le mettre à l'écurie. On dit aussi Promener un chien.

PROMENER s'emploie aussi figurément et signifie Faire aller, porter de côté et d'autre. Promener sa vue, ses yeux, ses regards sur une assemblée. Promener son esprit, son imagination, ses pensées sur divers objets. Ce romancier promène ses lecteurs dans toutes les parties du monde. Promener ses rêveries. Il promène partout ses ridicules. Il promène en tous lieux son inquiétude, son chagrin, son ennui, son oisiveté.

Fig. et fam., Promener quelqu'un, L'abuser, le lasser par des délais, par des promesses vaines. Au lieu de me payer ce qu'il me doit, voilà six mois qu'il me promène.

SE PROMENER signifie Marcher, aller à pied, à cheval, en voiture, etc., pour faire de l'exercice ou pour se divertir. Il se promène dans son jardin. Je me suis promené deux heures. Allons nous promener sur les boulevards. J'ai été me promener ce matin. Se promener à pied, à cheval, en voiture, en bateau. Se promener sur l'eau.

Par impatience, par humeur, Allez vous promener se dit à une Personne dont on est mécontent, dont on veut se débarrasser. On dit de même : C'est un sot, un importun, qu'il aille se promener. Je l'ai envoyé promener. Dans cette dernière phrase, on sous-entend le pronom se.

SE PROMENER s'emploie aussi figurément, en parlant des Choses qui cheminent, qui errent. Un ruisseau qui se promène lentement dans la prairie. Mes regards se promenaient sur ces riches campagnes.

Son esprit, son imagination se promène d'un objet à l'autre, Il change, elle change à tout moment d'objet.

4

Anagrammes de promener

Nombre de lettres :
5

Mots Proches de promener