1

sans

 Définition et Synonymes - Définition Mediadico

sans(préposition)

Difficultés orthographiques
une voiture sans freins.
être sans( -) gêne.
un homme sans façon.
histoire sans intérêt.
prêt sans intérêts.
un vêtement sans manches.
sans mot dire.
sans raison( s).
partir sans regret.
il est sans ressources( sans revenu).
il est sans ressource( sans espoir).
sans risque( s).
pantalon sans taches.
un ciel sans nuages.
un ciel sans lune.
une passion sans frein.

Homonymes - paronymes
cent( dix fois dix).
sang( liquide organique).

Les synonymes Word de sans :

Les synonymes WordNet de sans :

2 : hormis, sinon, rien

Les antonymes de sans :

avec


2

Définition du dictionnaire Littré

> SANS
Prononciation : san ; l's se lie : san-z un sou
prép.
Sens 1
Il marque le manque, l'exclusion. Cet homme est mort sans enfant, sans héritier, ou sans enfants, sans héritiers. Cet enfant a fait un exercice sans faute ou sans fautes. C'est un acteur sans défaut ou sans défauts. Ce que vous dites là est sans exemple.
Je le sais bien sans vous, sans qu'il soit besoin que vous me le disiez.
Sens 2
Il se met, avec le même sens, devant un infinitif.
Sans mentir, en vérité.
Sens 3
Il se met assez souvent au commencement des phrases. Sans argent, sans protecteurs, que pouvais-je faire ? Sans vous, je n'aurais pas réussi.
Sens 4
Sans quoi, sans cela, autrement, sinon. Vous ferez cela, sans quoi vous serez puni. Partez à l'instant même, sans cela vous serez en retard.
Sens 5
Sans entre dans la composition de plusieurs locutions adverbiales : sans doute, sans fin, sans façon, sans faute, sans crainte, etc.
Sens 6
Sans plus, sans qu'il y en ait davantage.
Sens 7
Sans plus avec un infinitif, non davantage.
Sens 8
Sans que, locut. conjonct. avec le subjonctif.
Sens 9
Sans peut se construire avec que, qui prend le sens de sinon.
Sens 10
Sans que, avec l'indicatif ou le conditionnel, signifie : n'eût été que, n'était que, sans cette raison, sans ce fait, sans cette considération (cette locution, très usitée au XVIIe siècle, ne l'est plus maintenant, mais rien n'empêcherait de la reprendre).
REMARQUE
1. Avec sans, la règle est que l'infinitif se rapporte au sujet de la proposition ou au régime ; mais cela n'est pas absolument nécessaire quand une équivoque est impossible, et le vrai sens évident.
2. Les grammairiens ont condamné la locution : sans pas ou sans point, et critiqué cette phrase de Montesquieu : César avait de grandes qualités sans pas un défaut, Rom. 11. Mais, pas et point étant non des négations, mais des mots qui renforcent la négation, il n'y a aucune raison grammaticale pour condamner cette manière de parler.
3. La préposition sans reçoit également après elle ni ou et entre deux régimes ; mais dans ce dernier cas on répète sans : Sans crainte ni pudeur, sans force ni vertu ; sans crainte et sans pudeur, sans force et sans vertu. La raison de cette différence, c'est que sans est exclusif par lui-même, et que ni l'est aussi, ce qui fait que ce dernier peut suppléer sans ; au lieu que et, n'ayant pas le même caractère, ne dit pas ce que sans doit dire, ce qui oblige à le répéter.
4. Lorsque sans précède immédiatement un verbe, ce verbe doit-il être suivi de l'article contracté du, ou bien de la préposition de sans article ? Doit-on dire : asseoir des impôts sans exciter de plaintes, comme on dirait : en n'excitant pas de plaintes ; ou faut-il dire : sans exciter des plaintes ? Quand la tournure de phrase est affirmative, on omet l'article : Cependant on peut aussi mettre l'article, mais cela est moins usité. Au contraire, quand la tournure est négative, on met l'article : Il ne peut parler sans faire des fautes. Cependant l'article pourrait aussi être omis ; toutefois cela est moins usité.
5. Sans que, suivi du subjonctif, ne prend ne, ni quand la phrase principale est affirmative, ni quand elle est négative. Elle n'est pas non plus admise, bien que sans soit suivi du verbe craindre : Vous pouvez traiter avec lui, sans craindre ou sans crainte qu'il vous trompe. Cependant on en trouve quelques exemples.
HISTORIQUE
XIe s.
XIIe s.
XIIIe s.
XVe s.
XVIe s.
ÉTYMOLOGIE
Wallon, sai ; picard, sins ; provenç. sens, senes, ses ; ancien cat. senes ; cat. moderne sens ; ancien espagn. senes, sen ; espag. moderne, sin ; portug. sen, sem ; ital. senza. Les formes sans s dans le vieux français, dans les patois et dans plusieurs langues romanes, viennent du latin sine, que les étymologistes regardent comme provenant du préfixe se, sed, qui signifie séparation (proprement, à part soi, s(, s(d étant l'ablatif du pronom réfléchi), et de ne sur lequel les étymologistes disputent (voy. Journ. de Kuhn, XIX, 163). Les formes avec s, qui sont aussi fort anciennes, représentent un latin barbare sinis, formé sur le modèle de certains adverbes. Enfin l'italien senza, que des étymologistes ont rattaché à absentia, ne paraît pas devoir être séparé des autres formes romanes ; mais il ne s'explique guère. Sans que s'explique, comme l'historique le fait voir, par sans ce que.
SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE SANS. Ajoutez :
Sens 11
Sans, employé d'une manière absolue et sans régime.
3

Dictionnaire de L'académie française (8 ème édition)

> SANS
Préposition marquant l'absence, le manque, l'exclusion d'une personne, d'une chose. Être sans argent, sans place, sans ressource. C'est un homme sans esprit, sans jugement, sans honneur. Il est sans malice. Sans force et sans vertu, sans force ni vertu. Une lettre sans date, sans signature. C'est un corps sans âme. Vous ferez bien cela sans moi. Ce que vous faites là est sans exemple. Une audace sans égale. Un homme sans pareil. Vous ferez cela, sans quoi vous serez puni. Non sans, Avec. Je l'ai vu, non sans plaisir. Je l'ai retrouvé, non sans peine.

SANS se place aussi devant un infinitif pour marquer l'Absence, le manque d'une manière d'être ou d'agir. Passer la nuit sans dormir. Faire quelque chose sans y penser, sans hésiter. Sans rire. Cela va sans dire.

Il se met assez souvent au commencement des phrases. Sans argent, que pouvais-je faire? Sans cet accident, nous aurions réussi. Sans vous, je n'aurais pas obtenu cet emploi. Sans mentir, c'est un drôle de corps.

Sans plus, Sans qu'il y en ait davantage. Il reçut mille francs sans plus. Il est quelquefois suivi d'un infinitif. Sans plus me plaindre, Sans me plaindre davantage.

SANS entre dans plusieurs manières de parler, dans diverses locutions adverbiales. Sans doute. Sans contredit. Sans faute. Sans réserve. Sans compliment. Sans façon. Sans gêne. Sans cérémonie. Etc. Voyez DOUTE, CONTREDIT, FAUTE, etc.

SANS QUE, locution conjonctive marquant que l'action exprimée par la proposition qui la suit ne se produit pas. Sans que cela paraisse. Je ne puis parler sans qu'il m'interrompe. Il l'a fait sans qu'on le lui ait dit.

4

Anagrammes de sans

Nombre de lettres :
5

Mots Proches de sans