4,6 / 5 ( 114 votes ) Notez cette définition :

1

un,e

 Définition et Synonymes - Définition Mediadico

un(nom masculin invariable)

Difficultés orthographiques
la page un.
plus d'un arriva.
les zéros et les un.

Homonymes - paronymes
hune( plate-forme du mât).

un,e(adjectif numéral)

Le premier de tous les nombres.
Unique en son genre, seul. Ex: il n'y en a qu‘ un.

Premier: page un ou page une.

Difficultés orthographiques
à la une( en première page).
le un, la une( chose numérotée).
les zéros et les un.
c'est tout un.

un,e(adjectif)

Qui forme une unité, indivisible: la virginité est une.


Difficultés orthographiques
les projets sont uns.

un,e(article indéfini)

un,e(pronom indéfini)

Les uns les autres: l'un, par opposition à l‘ autre.

Difficultés orthographiques
le un, la une( chose numérotée).
de deux choses l‘ une.

Les synonymes Mediadico de un :

Les synonymes Word de un :

Les synonymes WordNet de un :

Les antonymes de un :

divisible, complexe, difficile, empesé,e, intelligent,e


2

Définition du dictionnaire Littré

> UN, UNE
Prononciation : un, u-n' ; un conserve le son nasal lorsqu'il est suivi d'un autre mot commençant par une consonne ou par une h aspirée : un pour cent, un hameau ; il conserve le même son, bien que suivi d'une voyelle, s'il ne joue pas le rôle d'article indéfini : un et un font deux ; donnez-moi l'un ou l'autre ; un à un ; il se prononce u-n, si devant une voyelle ou une h muette il joue le rôle d'article indéfini : u-n ami, u-n homme ; quelques-uns veulent qu'on prononce eu-n, cette prononciation est vicieuse ; d'autres demandent qu'on prononce un-n homme (en gardant le son nasal
pour distinguer le masculin du féminin ; cette raison n'est pas suffisante contre l'analogie de ces sortes de liaisons. Un garde le son nasal devant oui, huit, huitième, onzième : un oui ou un non, un huit de pique, un huitième accès, un onzième. Il est un cas où un prend une demi-aspiration, c'est-à-dire qu'on n'élide pas l'e dans le : dans 21 le premier chiffre est 2, le second est 1 ; mettez le un avant le deux, et vous aurez 12 ; remarquez qu'ici on ne peut dire : mettez un avant le deux, car cela donnerait 121 ; on ne peut dire non plus : mettez l'un ; car, comme il y a deux chiffres, on croirait que c'est l'un des deux à volonté ; on prononce donc : mettez le un).
Sens 1
Adj. numéral. Le premier de tous les nombres. Un, deux, trois. Une, deux, trois. Un et un font deux. Un entre mille. Une entre mille. Il n'en est resté qu'un.
De un à..., depuis le nombre un jusqu'à.... Des enfants de un à douze ans.
Substantivement, au masculin. Le chiffre qui marque un. Trois un de suite (111) font cent onze. Ajoutez un un.
Sens 2
Simple, qui n'admet point de pluralité. La religion est une. La foi est une.
La vérité est toujours une, elle n'est jamais contraire à elle-même.
Terme de philosophie. L'un ou un, l'unité absolue, infinie.
Sens 3
Où règne l'unité. La France est une.
Substantivement. En un, dans l'unité.
Sens 4
N'être qu'un, ne faire qu'un, se dit de plusieurs personnes ou choses qui ne sont plus considérées que comme uniques.
En termes de pratique, on disait : Les époux seront uns et communs en bien, pour exprimer qu'il y aurait communauté entre eux.
Sens 5
C'est un, ce n'est qu'un, il n'y a point de différence, d'intervalle entre.... et entre....
C'est tout un, il n'y a aucune différence.
C'est tout un, il n'importe, cela est égal. Qu'il m'approuve ou me blâme, ce m'est tout un.
C'est bien tout un, mais ce n'est pas de même.
Sens 6
Un de, une de..., l'un de, l'une de..., quelqu'un, quelqu'une parmi.
L'un de ces jours, un jour très prochain.
Sens 7
Un, une, quelqu'un, quelqu'une.
Sens 8
De deux l'un, de trois l'un, etc. un sur deux, un sur trois.
De deux jours l'un, se dit d'une chose que l'on ne fait qu'une fois en deux jours.
De deux choses l'une, il n'y a pas de milieu.
Sens 9
Un, une s'emploie pour représenter une personne, une chose dont il vient d'être parlé. On manquait de porteurs ; il s'en présenta un.
Vingt pour un, se dit pour exprimer quelque chose qui arrive fréquemment.
Familièrement et elliptiquement. Et d'un, et d'une, première personne, première circonstance, premier fait. Et d'une ! cela commence bien.
Ne faire ni une ni deux, voy. DEUX, n° 1.
Il peut bien la compter pour une, la prochaine fois je ne lui pardonnerai pas. Fig. et familièrement. Il m'en a donné d'une, il m'a attrapé, il m'a dit un mensonge, il m'a fait une fourberie.
Sens 10
Familièrement et abusivement. Sur les une heure, à une heure environ (on prononce sur l'ê une heure).
Entre une et deux, entre une heure et deux heures.
Sens 11
Un, une s'emploient très souvent, non pas pour désigner spécialement le nombre, mais pour signifier un objet dont il n'a pas encore été question, et dont on ne nous fait rien connaître, sinon qu'on n'en suppose pas plusieurs ; la plupart des grammairiens le nomment en cet emploi article indéfini.
Quand un, une a plus d'un adjectif entre lui et le substantif, on ne le répète pas. Un bon et illustre personnage.
Cependant on trouve quelques exemples où un est répété.
Un, une se met quelquefois sous une forme exclamative pour exprimer grandeur, excès.
Sens 12
Un, une.... suivi d'un superlatif relatif.
Sens 13
Un, une se met quelquefois devant un nom propre, pour ôter à ce nom propre son sens particulier et en faire une sorte de nom général.
Il se met aussi devant un nom propre pour exprimer une assimilation avec le personnage qu'on nomme. C'est une Lucrèce, elle est aussi chaste que Lucrèce. C'est un Cicéron, il est aussi éloquent que Cicéron.
S'emploie aussi dans un sens simplement emphatique, pour relever le nom du personnage.
Il se dit enfin avec une nuance de mépris.
Sens 14
Un se met quelquefois pour tout et pour quiconque. Un chrétien doit faire cela, tout chrétien, quiconque est chrétien doit faire cela. Un homme peut-il s'exprimer de la sorte ? Quiconque est homme peut-il ?....
Sens 15
L'un et l'autre, l'un ou l'autre, expression pronominale indiquant la pluralité, la division.
Être l'un et l'autre, être les deux personnages, les deux choses dont on vient de parler.
Il y a une faute dans cette phrase de Voltaire : On va juger l'affaire [du jésuite Janssens, qui niait un dépôt] ; il faut ou le pendre ou le canoniser ; et peut-être sera-t-il l'un et l'autre ; adieu, mon ami, ne soyons ni l'un ni l'autre, Lett. d'Argens, 15 juill. 1739. L'un et l'autre ne peut se rapporter à deux infinitifs. La phrase deviendrait correcte, si l'on mettait : Il devra être pendu ou canonisé.
Dire d'un, puis d'un autre, varier dans son langage.
Sens 16
Familièrement. Les uns et les autres, tout le monde sans distinction. Il dit aux uns et aux autres toutes ses affaires.
Sens 17
Ni l'un, ni l'autre.
On met toujours le pluriel, si ni l'un ni l'autre est placé après le verbe. Ils ne sont venus ni l'un ni l'autre.
On dit aussi : L'un ni l'autre.
Sens 18
L'un l'autre, l'une l'autre, les uns les autres, les unes les autres, expressions pronominales qui indiquent réciprocité.
L'un portant l'autre, l'une portant l'autre, en compensant ce qui est moindre dans l'un avec ce qui est plus considérable dans l'autre. Ces volumes m'ont coûté deux francs, l'un portant l'autre.
L'un dans l'autre, l'une dans l'autre, même sens. La livre était vendue l'une dans l'autre six livres dix sous.
Sens 19
Pas un.... pas une..., soit avec ne avant ou après, soit avec sans, aucun, aucune. Pas un se dit avec la même signification sans ne. Qui sert en commun ne sert à pas un, chaque particulier ne prend guère d'intérêt au bien public.
Sens 20
Plus d'un, terme collectif partitif, qui signifie proprement : une plus grande quantité que un (plus d'un est pour plus qu'un, voy. DE, n° 24).
Comme on voit, plus d'un régit le verbe qui le suit au singulier. Il faut excepter le cas où le verbe serait réciproque.
On exceptera aussi le cas où plus d'un est répété. Plus d'un fils désolé, plus d'une jeune fille en deuil viendront....
On trouve dans Voltaire un exemple de plus d'un avec le pluriel ; mais cela est contraire à l'usage et aussi à la règle, car plus ne représente pas un pluriel. V. M. sait que plus d'un homme considérable pensent qu'il faut une balance, et que la politique contraire est une politique détestable, Lett. au roi de P. 13 nov. 1757.
En savoir plus d'un, savoir plus d'un tour, être adroit, rusé.
En avoir vu plus d'une, avoir de l'expérience.
Sens 21
Un peu, voy. PEU, n° 2.
Un petit, voy. PETIT, n° 18.
Sens 22
Un à un, l'un après l'autre, et un seul à la fois.
REMARQUE
1. Votre ami est un des hommes qui manquèrent périr. Votre ami est un des hommes qui doit le moins compter sur moi. Dans la première phrase on veut dire votre ami est parmi ceux qui manquèrent périr ; dans la seconde, on veut le mettre à part. En d'autres termes, quand on peut tourner par : est parmi les hommes un qui..., on met le verbe au singulier ; quand on ne le peut pas, on met le verbe au pluriel. C'est une des plus belles actions qu'il ait faites, et non faite. Cette phrase-ci de Ménage est correcte : Je qui ai imité suis un parmi les premiers. De même pour Mme de Sévigné : Celle-ci de Montesquieu l'est aussi : : est, parmi les hommes du royaume, un qui représente le mieux. Mais ces phrases de Voiture, de Retz, de Sévigné et de Boileau sont incorrectes ; il y faut le pluriel : À la vérité, dans les exemples de Voiture et de Sévigné, on peut, à la rigueur, défendre le singulier, en disant : parmi les causes une, parmi les raisons une ; mais, comme, de cette façon, causes et raisons ne se trouveraient pas déterminées, le pluriel doit être préféré ; au lieu que, dans la remarque 2, on conçoit qu'on peut dire parmi les hommes, parmi les sciences, au sens absolu.
2. Quant à l'exemple cité ci-dessus : Votre ami est un des hommes qui doit le moins compter sur moi, on remarquera qu'on pourrait aussi mettre le pluriel, ayant dans l'idée : Votre ami est un parmi les hommes qui doivent le moins compter sur moi L'astronomie est une des sciences qui fait le plus ou qui font le plus d'honneur à l'esprit humain, Dict. de l'Acad. qui ajoute : Le dernier est le plus usité. On dira de même suivant l'idée : C'est une des pièces de Molière qui a eu ou qui ont eu le plus de succès. La nuance de l'idée entre le pluriel et le singulier est par exemple dans la phrase de Mme de Sévigné : Vous êtes un des hommes qui me convient le plus : avec le singulier cela signifie que, parmi les hommes, il y en a un qui me convient le plus, et c'est vous ; avec le pluriel cela signifie que vous êtes parmi les hommes qui me conviennent le plus. Le superlatif est, si l'on peut ainsi parler, plus superlatif avec le singulier.
3. On remarquera que, si, au lieu d'être construit avec l'article, le substantif l'était avec le pronom démonstratif, la liberté du choix entre le singulier et le pluriel serait ôtée ; le pluriel seul serait admis par la syntaxe ; et l'on dira, par exemple, en parlant de l'intendant Courtin : C'est un de ces hommes qui ne dorment que quand leur conscience est satisfaite.
4. C'est un de mes enfants qui a eu le prix, c'est un de nos généraux qui a remporté la victoire ; il faut le singulier. Ici on ne peut pas tourner par : un de ceux.
5° à propos de l'expression un de, des grammairiens conseillent de la remplacer par l'un de : 1° au commencement d'une proposition incidente : Ce prince, l'un des plus sages, a pensé ainsi ; 2° quand le substantif destiné à le suivre est sous-entendu : Il charge ses chameaux et monte sur l'un des plus légers ; 3° lorsque le mot qui suit un de est un pronom : L'un de vous me suivra ; 4° si l'on exprimait le sujet et le verbe, un de vaudrait mieux : Cet homme qui était un des héros du parti. Cependant il faut bien dire que ces nuances sont loin d'être toujours observées : Henri IV fut l'un ou un des plus grands rois de France. à ce propos, on remarquera que, l'un appelant facilement l'autre, on dira plutôt l'un que un, quand il n'y a que deux : l'un des consuls.
6. Pour la construction de l'un et l'autre avec le verbe qui y appartient, les grammairiens ont donné la règle suivante : l'un et l'autre est venu signifie qu'ils ont tous les deux fait l'acte de venir ; l'un et l'autre sont venus, qu'ils sont venus en même temps ; l'un et l'autre a fait son devoir, chacun a accompli un devoir particulier ; l'un et l'autre ont fait leur devoir, ils ont accompli le même devoir. Dans le premier cas il y a deux propositions ; dans le second il n'y en a qu'une. Cette distinction est subtile : si l'on prend les exemples, on voit que l'un et l'autre est tantôt considéré comme un sujet simple, tantôt comme deux, suivant l'idée qui prévaut dans l'esprit et suivant l'euphonie.
7. Comme l'un et l'autre, ni l'un ni l'autre veut indifféremment le verbe au singulier ou au pluriel. On dirait également : Ni l'un ni l'autre n'étaient courtisans.
8. Des grammairiens disent qu'avec l'un et l'autre suivi d'un substantif, il faut répéter la préposition, et qu'on doit dire non pas : Cet acteur plaît dans l'une et l'autre pièce ; mais dans l'une et dans l'autre pièce. Cependant de bons auteurs n'ont pas répété la préposition.
9. L'un.... l'autre peuvent se dire de noms de différents genres.
10° Il ne faut pas confondre l'un l'autre avec l'un et l'autre. L'un l'autre indique réciprocité, l'un et l'autre indique seulement une circonstance, c'est-à-dire qu'on est deux. Nous parlons l'un et l'autre ; c'est-à-dire nous parlons tous les deux. Nous nous parlons l'un l'autre, c'est-à-dire il me parle et je lui parle. Ils se secoururent l'un l'autre, et non ils se secoururent l'un et l'autre.
11. On a dit que, quand il est question de plus de deux personnes ou de deux choses, l'un l'autre doit se mettre au pluriel. Racine ne s'est pas conformé à cette règle qui, au plus, est valable en prose. Ainsi il a dit : Tous ses projets semblaient l'un l'autre se détruire, Ath. III, 3. Puisse le ciel verser sur toutes vos années Mille prospérités l'une à l'autre enchaînées ! Bérén. v. 7.
12. Quand l'un et l'autre est construit avec un substantif, ce substantif se met toujours au singulier : l'une et l'autre armée, l'un et l'autre rival.
13. Un après un nombre (vingt et un, trente et un, etc.) veut le pluriel : vingt et un chevaux. Autre était la décision de l'Académie au XVIIe siècle : On dit ce mois a trente et un jour, et non pas trente et un jours ; si on y joint un adjectif, il faut dire au pluriel : il y a trente et un jour passés qu'on a reçu de ses lettres, Observ. sur Vaugelas, p. 166, dans POUGENS.
14. On lit dans Mme de Sévigné : C'est avec les deux mille écus de dame de la reine.... vingt-une mille livres de rente qu'elle aura tous les ans, 25 déc. 1676, éd. RÉGNIER. D'autres éditions portent : vingt-un mille. Dans ces cas et cas semblables, c'est un qu'il faut. Un porte non pas sur le nom féminin, mais sur mille.
15. On dit un au pluriel : les uns. Cela paraît contradictoire avec le sens du mot. L'ancien français, qui avait du latin l'emploi de unus au pluriel, a étendu cet emploi, et fait de uns, unes, un article indéfini pluriel ; voy. ci-dessous dans Joinville : Unes très grans roches. Cet article indéfini pluriel est devenu sans peine les uns.
HISTORIQUE
Xe s.
XIe s.
XIIe s.
XIIIe s.
XIVe s.
XVe s.
XVIe s.
ÉTYMOLOGIE
Génev. quel jour sommes-nous ? nous sommes le un ; Berry, ieun, ieune ; picard, ein ; bourg. ein, eun, et, devant une voyelle, ène ; wallon, on, et onk quand aucun mot ne suit ; provenç. uns, us, un, u, una ; espagn. un, uno ; port. um ; ital. uno ; du lat. unus ; anc. lat. oinus ; ombrien, enom ; allem. ein ; goth. ains ; angl. one ; sanscr, enas.
SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE
UN. - REM. Ajoutez : 16° Lamartine a dit l'une après l'une au lieu de l'une après l'autre : Deux vagues que blanchit le rayon de la lune, D'un mouvement moins doux viennent l'une après l'une, Nouv. Médit. XXIV. Barthélemy, dans sa Lettre à Lamartine (Némésis, 1831), n'a pas passé ce néologisme au poëte, quand il a dit : Suivant de l'oeil, baigné par les flux de la lune, Les vagues à ses pieds mourant l'une après l'une, Et les aigles dans les cieux gris (note de M. Ch. Berthoud).
3

Dictionnaire de L'académie française (8 ème édition)

> UN, UNE
adj. numéral cardinal
Premier de tous les nombres, qui marque qu'une personne, qu'une chose est seule, unique en son espèce. Un homme. Un mètre. Une tonne. Un centième. Il est une heure. Elliptiquement, Il n'en est resté qu'un. Un entre mille.

N'être qu'un, ne faire qu'un se dit pour exprimer une étroite, une intime union entre deux ou même plusieurs personnes. Ces deux amis ne font qu'un.

UN s'emploie familièrement pour indiquer Un très petit nombre indéterminé. J'ai un mot à vous dire. J'en ai pour une minute.

UN s'emploie aussi comme adjectif numéral ordinal pour Premier. Chapitre un. Livre un.

UN s'emploie encore comme nom masculin. Un et un font deux.

Le un de telle rue, La maison qui porte le numéro un.

Fam., Ne faire ni une ni deux, Ne pas hésiter, agir immédiatement.

UN, nom masculin, désigne également le Chiffre qui sert à désigner l'Unité. Onze s'écrit avec deux un.

UN est aussi article indéfini et sert à désigner une personne, une chose d'une manière indéterminée; il fait des au pluriel. J'ai vu hier une personne qui m'a parlé de vous. Je cherche un livre sur tel sujet. Il était une fois un roi et une reine.

C'est un César, un Cicéron, etc., C'est un homme aussi intrépide que César, aussi éloquent que Cicéron, etc.

Un de, l'un de, Quelqu'un ou quelque chose parmi d'autres. Un de vous. C'est là une des plus belles oeuvres de ce peintre.

UN se dit encore pour Tout. Un chrétien doit faire cela. Un honnête homme n'a qu'une parole.

UN s'emploie aussi précédé de l' comme pronom indéfini et s'oppose à l'autre, pour distinguer deux êtres, deux choses, ou deux groupes d'êtres, de choses; il fait alors les uns au pluriel. J'ai vu l'un et l'autre. Il ne veut ni l'un ni l'autre. L'un vaut l'autre. L'une et l'autre est bonne, sont bonnes. Vis-à-vis l'un de l'autre. On a pris l'un pour l'autre. Mettez les l'un dans l'autre, l'un sur l'autre, l'un derrière l'autre. Vous passerez l'un après l'autre. Ils se sont battus l'un contre l'autre. Ils se gênent l'un l'autre. L'un est riche, et l'autre est pauvre. Les uns et les autres sont partis. Les uns sont de cet avis, les autres n'en sont pas.

Fam., Les uns et les autres, Tout le monde sans distinction. Il n'est pas discret; il dit tout ce qu'il sait aux uns et aux autres.

Être toujours chez l'un ou chez l'autre, Être souvent en visite.

Fam., C'est tout l'un ou tout l'autre, Il n'y a pas de milieu, il faut prendre un parti.

L'un dans l'autre, l'un portant l'autre, En compensant l'un avec l'autre, en faisant la moyenne. Ces livres me reviennent à tant l'un dans l'autre.

L'un portant l'autre se dit aussi avec ironie pour Ensemble. Je les ai vus arriver avec regret l'un portant l'autre.

UN est aussi adjectif qualificatif et signifie Qui est seul, unique, qui n'admet point de pluralité. Dieu est un. Le moi est un.

La vérité est toujours une, Elle n'est jamais contraire à elle-même.

Fam., C'est tout un, Il n'importe, c'est la même chose, cela est égal. Qu'il vienne ou qu'il ne vienne pas, c'est tout un.

UN, adjectif qualificatif, signifie aussi Où règne l'unité, dont les parties sont liées entre elles de manière à former un tout. L'Église est une. Il faut que dans une pièce l'action soit une..

UN à UN, UNE À UNE, loc. adv.
L'un après l'autre et un seul à la fois. Ils ne sauraient passer là qu'un à un. Je les ai comptées, une à une.

4

Mots Proches de un,e

Mots précédents
UltraWide
ulve
UMTS

Mots suivants
unanime
unanimement
unanimisme