1

vivré,e

 Définition et Synonymes - Définition Mediadico

vivre(verbe intransitif)

Etre en vie.
Exister, subsister.

Vivre de son travail se nourrir, se procurer des moyens d‘ existence.
Passer sa vie d‘ une certaine manière.
Durer.

Vivre pour se consacrer à.

Savoir vivre se conformer aux usages du monde.
{v. t. } Vivre des moments pénibles, vivre sa vie.

Difficultés orthographiques
vivre aux crochets de quelqu‘un.
il n'y a âme qui vive.

vivre(nom masculin)

Nourriture.

Le vivre et le couvert la nourriture et le logement.
{au pluriel} Toutes les choses qui servent à l'alimentation.

Difficultés orthographiques
des rations de vivres.

vivré,e(adjectif)

Héraldique Se dit d'une pièce dont les bords sont ondulés ou en dents de scie.

Les synonymes Mediadico de vivre :

Les synonymes Word de vivre :

Les synonymes WordNet de vivre :

Les antonymes de vivre :

agoniser, décéder, disparaître, périr, trépasser, expirer, dépérir, succomber


2

Définition du dictionnaire Littré

> VIVRE
Prononciation : vi-vr'
s. m.
Sens 1
Nourriture.
Sens 2
Au plur. Toutes les choses qui servent à la nourriture. Les vivres sont fort chers, et le vin est hors de prix.
Couper les vivres, intercepter les approvisionnements d'une armée, d'une ville, etc.
Fig. Couper les vivres, supprimer l'envoi d'une pension alimentaire.
Sens 3
En termes de marine, provision des choses nécessaires à la nourriture de l'équipage d'un navire ou des équipages d'une flotte.
Vivres de campagne, les vivres composés de viandes salées ou en daube, de légumes secs et de biscuit.
Sens 4
Entreprise de la fourniture du pain et de la viande pour les armées. Faire fortune dans les vivres. L'administration des vivres. Les vivres-pain. Les vivres-viande.
HISTORIQUE
XIIe s.
XIIIe s.
XIVe s.
XVe s.
XVIe s.
ÉTYMOLOGIE
Vivre 1.
> VIVRE
Prononciation : vi-vr'
s. f.
Terme de blason. Serpent tortueux.
ÉTYMOLOGIE
Le même que guivre (voy. ce mot).
> VIVRÉ, ÉE
Prononciation : vi-vré, vrée
adj.
Terme de blason. Se dit de pièces disposées comme la vivre, c'est-à-dire, formant une ligne tortueuse.
ÉTYMOLOGIE
Vivre 3.
> VIVRE
Prononciation : vi-vr'
, je vis, tu vis, il vit, nous vivons, vous vivez, ils vivent ; je vivais ; je vécus, nous vécûmes ; je vivrai ; je vivrais ; vis, qu'il vive, vivons, vivez ; que je vive, que nous vivions, que vous viviez ; que je vécusse ; vivant, vécu, v. n.
Sens 1
Être en vie. Les oiseaux vivent dans l'air, et les poissons dans l'eau. Les chênes vivent fort longtemps.
Âme, personne qui vive, avec une négation, personne.
Faire vivre, prolonger l'existence. Le régime rigoureux qu'il suit, le fait vivre. Le médecin a fait vivre ce malade dont la poitrine est menacée.
Fig.
Dans le style élevé. Il a vécu, il est mort.
Fig. J'ai vécu, ma vie est finie, touche à son terme.
Il n'a que trop vécu, se dit d'une personne qu'on menace de faire mourir.
Vis, vivez, se dit à une personne à qui l'on fait grâce de la vie.
Par exagération. Ne pas vivre, être dans des inquiétudes continuelles qui troublent la vie.
On dit dans le même sens : ce n'est pas vivre. Il est toujours malade, ce n'est pas vivre.
Sens 2
Dieu vit de toute éternité, vit dans les siècles des siècles, vit par lui-même, se dit pour exprimer la vie de Dieu infinie, éternelle, indépendante.
Les bienheureux vivront éternellement avec Dieu dans la gloire, ils jouiront de la vue de Dieu pendant l'éternité.
En termes de dévotion, il se dit par rapport à la disposition de l'âme qui est en état de grâce. Un pécheur converti vit de la vie de grâce, vit d'une vie nouvelle.
Sens 3
Passer sa vie en un certain temps. Ceux qui ont vécu avant l'ère chrétienne. Joinville a vécu dans le XIIIe siècle, et est mort au commencement du XIVe.
Il se dit aussi par rapport au gouvernement, aux usages, aux lois du pays où l'on demeure. Les lois, les coutumes sous lesquelles nous vivons.
En termes de galanterie, vivre sous les lois d'une femme.
Sens 4
Passer sa vie.
D'une façon emphatique et absolument. Employer sa vie.
Avoir trop vécu, s'être livré à des excès dans sa jeunesse.
Sens 5
Vivre pour, consacrer sa vie à. Ne vivre que pour servir Dieu, que pour son pays, que pour l'étude.
On a dit dans le même sens : ne vivre qu'à.
Sens 6
Vivre avec une femme, avoir avec elle des rapports conjugaux.
En un sens défavorable. Vivre en état de concubinage. Elle vit avec un jeune homme.
Vivre avec le public, vivre dans la prostitution.
Sens 7
Il se construit avec certains noms de temps et d'une manière qui pourrait faire croire qu'il a un régime direct ; mais il n'en est rien : c'est une ellipse de pendant, durant.
Sens 8
Se nourrir. Les animaux qui vivent de proie. Il fait cher vivre dans cette ville. Il a fait meilleur vivre cette année que l'année dernière où les récoltes avaient souffert.
Familièrement. Il vit de rien, il mange très peu, il dépense très peu pour sa nourriture.
Fig.
Vivre de régime, suivre un régime, vivre avec beaucoup de règle pour cause de santé.
Vivre à table d'hôte, manger habituellement à une table commune où chacun paye tant par repas.
Ils vivent en commun, se dit de plusieurs personnes qui n'ont qu'une table tenue à frais communs.
Sens 9
Vivre sur soi-même, se dit d'une personne d'embonpoint, qui mange peu, et qui semble se sustenter de sa propre substance.
Fig.
Fig. Vivre de sa réputation, vivre sur sa réputation, garder son crédit, son influence non par ce qu'on fait, mais par le souvenir de ce qu'on a fait.
Sens 10
Se procurer les moyens de vivre, de se soutenir. Vivre de son travail. Vivre de ses revenus.
Avoir de quoi vivre, posséder un revenu suffisant pour la manière dont on vit.
En mauvaise part, vivre d'industrie, vivre par des moyens peu honorables.
Vivre de ménage, vivre avec économie, et fig. par plaisanterie, vendre ses meubles pour subsister.
Vivre au jour le jour, au jour la journée, vivre avec ce qu'on gagne chaque jour.
Fig. Vivre au jour le jour, vivre sans prévoyance, sans s'inquiéter du lendemain.
Fig. Il vit de la grâce de Dieu, se dit d'un homme à qui on ne connaît aucune ressource pour subsister. Il se dit aussi d'un homme qui mange très peu, et à peine assez pour se soutenir.
Fig. Vivre d'espérance, vivre dans l'attente de quelque bien, et se soutenir par cette attente.
Sens 10
Terme d'administration militaire. Se procurer les aliments nécessaires à une armée.
Vivre à discrétion, se dit des soldats qui se font traiter à leur gré par les habitants du pays envahi.
Sens 11
Se dit par rapport à la dépense que l'on fait, à l'état que l'on tient. Vivre splendidement, honorablement, noblement, grandement, largement. Vivre en prince, en grand seigneur. Vivre misérablement, mesquinement, petitement.
Vivre noblement, vivre d'une façon qui ne déroge en rien à la noblesse (locution qui vieillit).
Vivre noblement, vivre en gentilhomme, vivre sans rien faire.
Sens 12
Mener une certaine existence, un genre de vie quelconque. Vivre dans le célibat, dans le mariage. Vivre dans la joie, dans la tristesse. Il vit content.
Vivre paix et aise, passer sa vie tranquillement dans l'abondance (locution vieillie).
Il faut laisser chacun vivre à sa mode, que chacun règle sa vie comme il l'entend.
On dit de même : Chacun vit à sa mode.
Sens 13
Être en contact, en commerce habituel.
Vivre avec les vivants, se conformer aux moeurs, aux usages.
Vivre avec soi-même, vivre dans la retraite, sans communication avec le monde.
Vivre bien, vivre mal avec quelqu'un, être en bonne, en mauvaise intelligence avec lui.
Vivre bien avec quelqu'un, signifie aussi se comporter à son égard convenablement, décemment, ne pas manquer aux égards de convenance.
On dit dans le sens contraire : vivre mal avec quelqu'un. Ce jeune homme vit mal avec ses parents.
Cet homme est aisé, commode à vivre, il est d'un commerce facile, on vit facilement avec lui.
Dans le sens contraire : C'est un homme difficile à vivre.
On ne saurait vivre avec cet homme, il est d'une humeur à laquelle on ne saurait s'accommoder.
Sens 14
Se conduire d'une certaine manière par rapport aux moeurs, à la religion. Vivre saintement. Vivre mal.
Sens 15
Se conformer aux usages du monde.
Apprendre à vivre, enseigner comment il faut se conformer aux usages du monde.
Familièrement. Je lui apprendrai à vivre, je lui apprendrai à agir plus convenablement ; je le corrigerai, je le punirai de sa faute.
Apprendre à vivre, acquérir la connaissance des usages du monde.
Le savoir-vivre, voy. SAVOIR-VIVRE.
Sens 16
Fig. Avoir une seconde vie, demeurer dans le souvenir, dans l'affection, en parlant des personnes.
Il se dit des choses dans le même sens.
Cet ouvrage vivra, il passera à la postérité.
Les mauvais ouvrages ne vivent pas longtemps, ils tombent bientôt dans l'oubli.
Sens 17
Vive, vivent, expression qu'on emploie pour indiquer qu'on souhaite longue vie et prospérité à quelqu'un.
Par extension. Vive le roi, cri de ralliement des royalistes.
On dit de même : Vivent les braves !
Il se dit familièrement pour marquer qu'on estime quelqu'un, qu'on fait grand cas de quelque chose.
Substantivement. Un vive-la-joie, un homme joyeux, sans souci.
Vive Dieu ! sorte d'affirmation tirée de l'Écriture sainte.
Sens 18
Qui vive ? voy. QUI-VIVE.
Vivre se conjugue avec l'auxiliaire avoir.
Sens 19
Il s'emploie quelquefois activement, avec le mot vie ou un nom de temps pour régime.
Sens 20
Le vivre, l'état d'être en vie.
Manière de vivre.
Donner aux soldats pour le bien vivre, se disait d'une certaine somme qu'on donnait aux soldats dans les garnisons, pour les obliger à ne rien exiger de leurs hôtes au delà de ce que prescrivaient les ordonnances.
Sens 21
Vivre s'est dit pour usage du monde.
PROVERBES
On ne sait qui meurt ni qui vit, il faut mettre ses affaires, sa conscience en ordre, pour être préparé à la mort.
Qui vit à compte, il vit à honte.
Qui plus vit, plus a à souffrir.
Qui a honte de manger, a honte de vivre.
Assez jeûne qui pauvrement vit.
Item il faut vivre, la nécessité de pourvoir à sa subsistance fait faire bien des choses qu'on ne ferait pas autrement et qu'on doit excuser.
S'il vit, il aura de l'âge, se dit pour exprimer qu'un enfant, un jeune homme avec l'âge acquerra de l'expérience.
Il faut que tout le monde vive, il faut permettre à chacun de pourvoir à son existence, à ses goûts.
Le prêtre vit de l'autel, se dit quand on veut faire entendre que chacun vit de son métier.
Cet enfant a trop d'esprit, il ne vivra pas, se dit pour se moquer des enfants trop précoces, d'après cette opinion que la précocité est un danger.
REMARQUE
1. Il faut dire : les années qu'il a vécu, et non qu'il a vécues. En effet années n'est pas complément direct de vivre ; mais il faut entendre les années pendant lesquelles il a vécu. Ainsi vivre un long temps, c'est vivre pendant longtemps.
2. Dans le XVIIe siècle, l'usage et les grammairiens n'étaient pas fixés sur la forme du prétérit : je vécus ou je véquis, et de l'imparfait du subjonctif : je vécusse ou je véquisse. Aujourd'hui on ne dit plus que : je vécus, je vécusse.
3. À la première personne du présent de l'indicatif, Malherbe a dit : je vi au lieu de je vis. C'est un archaïsme ; dans l'ancien français les premières personnes de ce temps, aux verbes où l's n'est point au radical, ne prenaient point d's. Cet archaïsme doit être admis quand la rime l'exige.
HISTORIQUE
XIe s.
XIIe s.
XIIIe s.
XIVe s.
XVe s.
XVIe s.
ÉTYMOLOGIE
Prov. viure, vieure ; catal. viurer ; esp. vivir ; portug. viver ; ital. vivere ; du latin vivere ; comparez le grec vie ; le gaél. beo, vivant ; kimry, byw, vivant ; sanscr. jiv, vivre. Le wallon dit viké ; au XIIe siècle on trouve une forme viscat.
SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE 1. VIVRE. Ajoutez :
Sens 23
Le long vivre, l'action de vivre longtemps.
3

Dictionnaire de L'académie française (8 ème édition)

> VIVRE
(Je vis, tu vis, il vit; nous vivons, vous vivez, ils vivent. Je vivais. Je vécus. Je vivrai. Je vivrais. Vis, vivons. Que je vive. Que je vécusse. Vivant. Vécu.) v. intr.
Être doué de vie, être en vie. Tous les hommes et tous les animaux qui vivent. Si nous vivons dans ce temps-là. Saint Louis vivait au treizième siècle. Cesser de vivre. Être las de vivre. Les poissons vivent dans l'eau. Les chênes vivent fort longtemps. Il se construit elliptiquement avec certains noms de temps, comme s'ils lui servaient de complément direct, en sous-entendant les mots Pendant, durant. Il a vécu quatre-vingts ans. Il vécut seulement quelques jours.

Dans le style élevé, Il a vécu, Il est mort.

Ne vivre que pour soi, Ne songer qu'à soi, ne s'occuper que de ses intérêts. On dit dans des sens analogues. Ne vivre que pour servir Dieu, que pour étudier, que pour le bonheur des autres, que pour les autres.

Prov., Qui vivra verra, On saura cela avec le temps.

Prov., On ne sait qui vit ni qui meurt se dit pour exprimer l'Incertitude où l'on est sur la durée de la vie et sur le moment de la mort. Je vais vous donner une reconnaissance de l'argent que vous m'avez prêté, car on ne sait qui vit ni qui meurt.

Dans le langage théologique, Dieu vit de toute éternité, vit dans les siècles des siècles, vit par lui-même, L'existence de Dieu est éternelle et indépendante. Les bienheureux vivront éternellement avec Dieu dans la gloire, Ils jouiront de la vue de Dieu pendant l'éternité.

VIVRE signifie, figurément, Employer utilement sa vie, jouir de la vie. On cesse souvent de vivre avant d'être mort. Combien d'hommes oublient de vivre, combien d'hommes meurent sans avoir vécu!

Fig., Ne pas vivre se dit, par exagération, d'une Vie diminuée, troublée, en proie à l'inquiétude. Il est toujours malade, il est dans des transes continuelles, ce n'est pas vivre. Il ne vit pas, il ne fait que languir.

VIVRE signifie figurément Durer, subsister; il s'emploie surtout dans le style soutenu. Un si grand prince vivra éternellement dans l'histoire. La mémoire de ce conquérant, son nom, sa gloire vivra jusque dans la postérité la plus reculée.

Cet ouvrage vivra, Il passera à la postérité. Les mauvais ouvrages ne vivent que peu de temps.

VIVRE se dit, en termes de Dévotion, de la Vie spirituelle. Un pêcheur converti vit de la vie de la grâce, vit d'une vie nouvelle. Dans l'Écriture sainte, il est dit : Le juste vit de la foi.

VIVRE signifie aussi Se nourrir, soutenir sa vie par le moyen des aliments. Donner à quelqu'un pour vivre, le faire vivre. Il n'a pas de quoi vivre. Il n'a pas les moyens de vivre. Il ne vit que de racines, que de légumes. Cet homme-là vit de peu, vit sobrement. Il vit aux dépens d'autrui, sur son revenu. Les oiseaux qui vivent de grains, de proie.

Vivre de régime, Observer strictement une règle dans sa nourriture, pour rétablir ou pour conserver sa santé.

Fam., Cet homme vit de rien, Il mange très peu, il dépense très peu pour sa nourriture.

Fig. et fam., Il vit de l'air du temps se dit d'un Homme qui mange très peu, et à peine autant qu'il faut pour se soutenir. On dit aussi : On ne peut pas vivre de l'air du temps, On ne peut pas vivre sans ressources.

Prov., Il faut que tout le monde vive, Il faut laisser ou fournir à chacun les moyens de pourvoir à son existence.

VIVRE se dit également en parlant de Tout ce qui fournit les moyens de subsister, de se soutenir. Vivre de son bien, de ses rentes. Vivre de son travail, de son métier. Vivre de privations. Vivre d'aumônes. Vivre d'expédients. Vivre de rapine.

Fig., Vivre de sa réputation, vivre sur sa réputation, Garder son crédit, l'estime publique, par le souvenir de ce que l'on a fait et non par ce que l'on fait actuellement.

Fig., Vivre d'espérance, Vivre dans l'attente de quelque avantage être soutenu par cette attente.

Vivre au jour la journée, au jour le jour, N'avoir pour subsister que ce qu'on gagne chaque jour par son travail. Il signifie aussi S'inquiéter peu du lendemain, être sans prévoyance.

Prov., Il faut bien vivre, La nécessité de pourvoir à sa subsistance est une excuse à certaines choses que l'on fait et que l'on ne ferait pas sans cela.

VIVRE se dit encore par rapport à la dépense qu'on fait pour sa table, pour ses vêtements, par rapport au train qu'on mène et aux commodités ou incommodités de la vie. Vivre splendidement, magnifiquement, honorablement, grandement, largement. Vivre en grand seigneur, en prince. Vivre avec économie. Vivre mesquinement, sordidement, pauvrement, étroitement, petitement, misérablement. Il ne vît pas selon sa condition.

Vivre noblement, Mener un genre de vie dans lequel il n'y a rien qui puisse déroger à la noblesse. Cette locution a vieilli.

VIVRE se dit aussi par rapport à la manière de passer sa vie dans les divers états que l'on embrasse, dans les différents lieux que l'on habite, dans une situation heureuse ou malheureuse, etc. Vivre dans le célibat, dans le mariage. Vivre à la ville, à la campagne. à la cour. Vivre chez soi. Vivre dans le monde. Vivre dans la solitude, dans la retraite. Vivre dans la joie, dans la tristesse, dans le dénuement. Vivre heureux, content, tranquille.

Prov., Il faut laisser chacun vivre à sa mode, à sa guise, Il faut que chacun en use, agisse comme il lui plaît, en ce qui le regarde. On dit de même : Chacun vit à sa mode, à sa guise.

VIVRE signifie encore Se conduire, se comporter bien ou mal, eu égard à la morale, à la religion. Vivre en homme de bien. Vivre saintement, sagement. Vivre en bon chrétien. Vivre en libertin. Vivre licencieusement. Vivre dans les plaisirs, dans la débauche. Vivre dans la pénitence. Il faut bien vivre pour bien mourir. On meurt d'ordinaire comme on a vécu.

Il signifie encore Être en commerce habituel. Il vit avec toutes sortes de gens. Il vivait avec ses disciples comme avec des amis. À partir de ce moment, ils vécurent ensemble.

Vivre avec soi-même, Vivre dans la retraite, sans commerce avec le monde.

Fam., Vivre avec quelqu'un signifie quelquefois Être avec quelqu'un dans un état de concubinage. Il vit avec cette femme depuis longtemps. Elle vit avec un jeune homme. Cet homme et cette femme vivent ensemble.

On ne saurait vivre avec cet homme-là, Il est d'une humeur à laquelle on ne saurait s'accoutumer. Cet homme est facile à vivre, est commode à vivre, Cet homme est d'un commerce doux et facile, il est aisé de vivre avec lui. Dans le sens contraire, on dit : C'est un homme difficile à vivre.

Savoir vivre. Voyez SAVOIR.

Le savoir-vivre. Voyez ce mot à son rang alphabétique.

Fam., Je lui apprendrai à vivre, Je le corrigerai, je le punirai de sa faute, de ses torts.

VIVRE se dit encore par rapport au gouvernement politique, aux lois, aux usages du pays dans lequel on demeure. Vivre sous les lois d'un prince. Les lois, les coutumes suivant lesquelles nous vivons. Ils vivaient sous un prince généreux.

VIVRE s'emploie aussi comme verbe transitif. Il a vécu une existence bien dure. Elle a vécu un véritable roman.

Fam., Vivre sa vie, Vivre librement, à sa guise, en ne se souciant que de satisfaire ses goûts, ses penchants, ses désirs.

Le subjonctif VIVE s'emploie comme formule d'acclamation. Vive la France! Vive le Roi! Vive la République! Vive la liberté!

VIVE est aussi un terme familier dont on se sert pour marquer qu'on estime quelqu'un, qu'on fait grand cas de quelque chose. Vive un tel, c'est un galant homme! Vivent les arts! Vivent la Champagne et la Bourgogne pour les bons vins! Vive le vin! Vive l'amour! Vive la joie!

Un vive-la-joie. Voyez ce mot à son rang alphabétique.

Qui vive? Cri d'une sentinelle, d'une patrouille qui entend du bruit, qui voit venir une personne ou une troupe. La sentinelle cria : Qui vive? il répondit : France! Il s'emploie aussi comme nom masculin : Qui-vive. Voyez ce mot à son rang alphabétique.

Le participe passé
VÉCU s'emploie comme adjectif. Un roman vécu, Un roman dont les péripéties ont réellement eu lieu.

> VIVRE
n. m.
Nourriture. Il lui donne tant pour le vivre et le vêtement. Le vivre et le couvert.

VIVRES, au pluriel, désigne les Choses qui servent à la nourriture. Les vivres sont forts chers dans cette ville. Les assiégés manquaient de vivres. Fournir de vivres. Munir une place de vivres. Convoi de vivres. Des vivres frais, Magasin des vivres. Embarquer des vivres.

En termes militaires, Vivres de réserve, Provision de biscuit, viande. de conserve, café, sucre, etc., qui ne peut être entamée sans ordre.

4

Anagrammes de vivré,e

Nombre de lettres :
5

Mots Proches de vivré,e

Mots précédents
vivisection
vivoir
vivoter

Mots suivants
vivrier,ière
vizillois,e
vizir