1

brûler

 Définition et Synonymes - Définition Mediadico

brûler(verbe intransitif, verbe transitif)

Difficultés orthographiques
brûler vif.

Les synonymes Mediadico de brûler :

Les synonymes Word de brûler :

Les synonymes WordNet de brûler :

Les antonymes de bruler :

congeler, givrer, transir, transit, geler, frigorifier, gelée, solidifier


2

Définition du dictionnaire Littré

> BRÛLER
Prononciation : bru-lé
v. a.
Sens 1
Consumer par le feu. Les Romains brûlèrent Carthage.
Fig. Brûler ses vaisseaux, s'engager dans une affaire de manière à ne pouvoir reculer.
Brûler ses livres, tout faire pour réussir. Locution tirée de l'alchimiste, qui, ayant tout tenté, brûle ses livres, désespéré de ne pas réussir, ou, ayant tout dépensé, brûle jusqu'à ses livres pour chauffer ses fourneaux.
Sens 2
Fig. Mille convoitises le brûlent.
Sens 3
Terme de métier. Brûler les métaux, leur ôter leurs qualités en les laissant trop chauffer.
Sens 4
En parlant de quelques substances chimiques, corroder, consumer. Les acides concentrés brûlent la peau comme le fer rouge.
Brûler la terre, en parlant d'engrais, la rendre trop chaude et l'empêcher par là de produire ; en parlant des plantes, l'épuiser rapidement.
En parlant du froid, causer un effet assez semblable à celui de la brûlure. La gelée brûle la racine des arbres. La neige brûle les souliers.
Sens 5
Employer comme combustible. Brûler du bois, du charbon de terre, de la tourbe.
Se servir d'une chose pour s'éclairer. Brûler de la chandelle, de la cire, de l'huile.
Fig. Brûler la chandelle par les deux bouts, c'est-à-dire compromettre sa fortune par des dépenses de tout genre, ou sa santé par des excès de tout genre.
Sens 6
Faire subir le supplice du feu. On a longtemps brûlé les hérétiques.
Sens 7
Brûler des parfums.
Fig. Brûler de l'encens devant quelqu'un, le flatter avec de grandes démonstrations de respect.
Brûler de l'eau-de-vie, mettre le feu à de l'eau-de-vie, faire du punch.
Brûler du vin, distiller du vin pour en faire de l'eau-de-vie.
Brûler du café, le torréfier avant de le moudre.
Brûler l'amorce d'un fusil, d'un pistolet, y mettre le feu.
Sans brûler une amorce, sans tirer un seul coup de fusil. La ville fut prise sans brûler une amorce.
Brûler la cervelle à quelqu'un, le tuer d'un coup de feu tiré dans la tête et de très près. Se brûler la cervelle, se tirer un coup de feu dans la tête.
Sens 8
Échauffer beaucoup, dessécher par un excès de chaleur. Un soleil ardent brûlait la campagne.
Par extension. Il a une fièvre qui le brûle. La soif les brûlait.
Fig. Brûler le pavé, courir, marcher très vite.
Brûler le papier, écrire avec beaucoup de verve et une grande chaleur.
Brûler les planches, jouer un rôle d'une manière vive et entraînante.
Brûler les yeux, faire mal aux yeux par une excessive lumière.
Sens 9
Brûler la politesse à quelqu'un, le quitter brusquement, rompre une affaire.
Brûler l'étape, brûler un gîte, ne pas s'y arrêter. Nous brûlâmes ce village, et allâmes coucher plus loin.
À certains jeux, brûler une carte, la mettre de côté.
En un sens analogue.
Sens 10
V. n. Être consumé par le feu. Quand la maison du voisin brûle. La bûche continuait à brûler.
Fig.
Flamber, être allumé. Le feu brûle. Flambeaux qui brûlent. Une lampe brûlait dans le sanctuaire.
Donner du feu, de la lumière. Ce bois brûle bien. Cette lampe brûle mal.
Sens 11
Être brûlant ou très chaud. La tête lui brûle.
Fig. Les pieds lui brûlent, il est impatient de sortir, de s'en aller.
Sens 12
En termes de cuisine, être frappé par un feu trop vif ; ce qui se connaît par l'odeur désagréable qui s'exhale. Le rôti brûle. Cette crème brûle.
Fig. Le rôti brûle, c'est-à-dire il n'y a pas de temps à perdre, pas de négligence à se permettre.
Sens 13
Fig. Être possédé d'une passion violente. Brûler d'amour.
Brûler pour, se dit de l'amour qu'on éprouve pour une personne.
Sens 14
Désirer ardemment.
Sens 15
Le tapis brûle, se dit à certains jeux de cartes pour avertir qu'un des joueurs a oublié de mettre au jeu.
À certains jeux d'enfants, brûler, se dit pour être tout près de l'objet qui est caché et que l'un des joueurs cherche.
Perdre la partie pour avoir fait trop de points. J'ai brûlé, j'ai deux points de trop.
Sens 16
Se brûler, v. réfl. Sardanapale se brûla lui-même avec ses femmes.
Fig. Se brûler à la chandelle, se jeter dans le péril en s'abandonnant à de trompeuses apparences. Locution prise des papillons qui le soir viennent effectivement se brûler à la chandelle.
Se brûler à la jambe, au pied, être atteint par un corps très chaud.
Sens 17
Se dessécher. Graissez les bottes d'un vilain, il dira qu'on les lui brûle, c'est-à-dire il y a des gens qui ne veulent pas reconnaître les bons offices qu'on leur rend.
HISTORIQUE
XIIe s.
XIIIe s.
XIVe s.
XVe s.
XVIe s.
ÉTYMOLOGIE
Bourguig. brelai ; provenç. bruslar ; ital. brustolare. Il y a dans l'ancien espagnol uslar, brûler, qui suppose un bas-latin ustulare, fréquentatif formé de ustum, supin de urere, brûler. Ustulare se retrouve dans l'italien br-ustolare, le provençal br-uslar, le français br-usler. Reste à expliquer br ; Diez le rattache au latin per, dans perustus, brûlé tout à fait, d'où perustulare contracté en brustulare. M. Chavée, voulant éviter le changement du p en b, y voit le préfixe ber, bar ou bre, qui a un sens péjoratif : brûler à mal, brûler tout à fait.
SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE BRÛLER.
Sens 9
Ajoutez :
Au trésor et ailleurs, ne pas rappeler, écarter, mettre à néant les numéros qui ne répondent pas à l'appel, les articles dont on ne veut pas, etc.
Sens 10
Ajoutez :
On dit que le tabac brûle noir, quand la faculté combustible y est peu développée. Le tabac d'Algérie brûle noir.
Ajoutez : Ce n'est pas seulement l'anc. esp. qui a la forme uslar ; elle est aussi dans l'anc. français : XIIe s. Urlet est pour uslet.
3

Anagrammes de brûler

Nombre de lettres :