1

cas

 Définition et Synonymes - Définition Mediadico

cas(nom masculin)

Difficultés orthographiques
cas de conscience.
un cas limite, des cas limites.
des cas de force majeure.
dans tous les cas.
en pareil cas.

cas(nom masculin)

Les synonymes Mediadico de cas :

Les synonymes Word de cas :

10 : point

Les synonymes WordNet de cas :

Les antonymes de cas :

impossibilité


2

Définition du dictionnaire Littré

> CAS, CASSE
Prononciation : kâ, kâ-s'
adj.
Qui sonne le cassé.
HISTORIQUE
XIIe s.
XIIIe s.
XVe s.
XVIe s.
ÉTYMOLOGIE
Provenç. cass ; du latin cassus, vide, inutile, ou de quassus, endommagé, affaibli, les deux mots s'étant probablement confondus pour former le mot roman.
SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE
CAS, CASSE. - HIST. XVIe s. Ajoutez :
> CAS
Prononciation : kâ ; l's se lie : un kâ-z étrange
s. m.
Sens 1
Ce qui est advenu ou peut advenir, circonstance, fait, histoire, hypothèse. Personne n'est responsable des cas fortuits. En cas de guerre. Au cas de mort. Le cas advenant qu'on soit dépossédé. Agir selon le cas. L'exigence du cas. Il pleut : en ce cas je prends un manteau. C'est le cas ou jamais. Cela change bien le cas. Dans le cas contraire. Le cas échéant.
Cas fortuit, événement accidentel.
En cas de, quant à. En cas de fruits, je n'en mange pas de crus. Cette tournure vieillit.
Cas métaphysique, hypothèse par impossible. Vieilli.
Sens 2
Terme de jurisprudence. L'espèce d'une loi, cause, délit, crime. Ce n'est pas là le cas de la loi que vous citez. Les cas que la loi n'a pas prévus. On lui soumet le cas suivant. Quand les deux parties eurent exposé leurs cas.
Les cas royaux et prévôtaux étaient certains crimes dont connaissaient les juges royaux et prévôtaux à l'exclusion des subalternes.
Cas privilégiés, royaux, crimes dont les juges royaux pouvaient seuls connaître, sans exception de condition. La fausse monnaie, le duel, étaient cas privilégiés.
À l'égard des ecclésiastiques, le cas privilégié, cas où il s'agissait de prononcer une peine afflictive contre un ecclésiastique, malgré le privilége clérical. L'official jugeait le prêtre, mais le juge royal assistait pour le cas privilégié, attendu que l'église ne condamne pas à peine afflictive.
On dit des affaires qui se font extraordinairement en considération du mérite de quelque personne ou de quelque circonstance importante, que c'est un cas privilégié, qu'il ne tire point à conséquence.
Il a été condamné pour les cas résultant du procès, c'est-à-dire il a été condamné non pas pour le fait même du procès, mais pour plusieurs choses dont il y avait preuve au procès.
Son cas va mal, n'est pas net, est véreux, sale, se dit d'un homme en danger pour un crime, une mauvaise affaire. Il sent son cas véreux, il a la conscience de son méfait, du danger qu'il court. Il est dans un vilain cas, il est dans une affaire vilaine, désagréable, honteuse.
En général, espèce particulière de fait. Mon cas est embarrassant.
Sens 3
Cas de conscience, difficulté ou question sur un point de morale religieuse.
Cas, absolument, pour cas de conscience.
Par extension, scrupule. Je me ferais un cas de conscience de rien faire qui pût augmenter sa peine. C'est un cas de conscience de déranger un homme aussi occupé.
Cas réservés, péchés dont on ne peut être absous que par l'évêque ou même le pape.
Cas s'est dit autrefois familièrement pour confession, péché. Ce confesseur entend ordinairement mon cas.
Sens 4
Chose qui convient, qui fait l'affaire. N'allez point chercher plus loin, c'est là votre cas.
Familièrement. Dans le cas de, en état de, capable de. Ils ne seraient pas dans le cas de te secourir. Il n'était pas dans le cas de se tenir debout. Vous vous mettrez dans le cas de partir avec moi.
C'est un grand cas, c'est chose importante, considérable, difficile. Cette tournure vieillit.
Sens 5
Faire cas de.... Estimer, tenir compte de.
Sens 6
Terme de grammaire. Désinence variable des mots qui se déclinent. La déclinaison latine a six cas.
Sens 7
En langage de médecine, maladie considérée dans le sujet particulier qui en est affecté. Il y a eu dans la ville des cas nombreux de choléra. Le cas est grave. Un cas très digne d'être observé attentivement.
Cas rare, en anatomie, physiologie et pathologie, ce qui présente quelque chose d'extraordinaire.
Sens 8
Terme d'algèbre. Cas irréductible, celui où les racines d'une équation du 3e degré sont réelles et inégales.
Sens 9
Familièrement, excrément, ordure, obscénité. Il a fait son cas au pied d'un mur.
Fig. Il montre son cas, il se découvre d'une manière déshonnête.
Sens 10
En tout cas, loc. adverb. Quoi qu'il arrive, à tout événement. Vous n'avez plus rien à craindre ; cependant en tout cas soyez prudent. En tout cas comptez sur moi.
Sens 11
Au cas que, loc. conj. qui veut le subjonctif. Supposé que.
En cas que, loc. conjonct. qui veut le subjonctif. Même sens. En cas qu'il vienne.
Sens 12
En cas, pris substantivement, chose préparée en cas de besoin chez les princes. Une volaille froide pour l'en cas de nuit.
Dans une promenade, un en cas, une voiture en cas de pluie.
Dans le langage familier, un en cas est tout ce qui peut servir en un cas imprévu. S'il nous vient du monde, nous avons un en cas.
Un en-cas, un parapluie ; un en-tout-cas, un petit parapluie, qui peut servir aussi d'ombrelle, ou plutôt une grande ombrelle qui au besoin sert de parapluie.
PROVERBES
Tous vilains cas, tous mauvais cas sont reniables, se dit quand, par honte ou par crainte, on nie quelque faute grave.
Au cas que Lucas n'eût qu'un oeil, sa femme aurait épousé un borgne ; réponse qu'on fait à un homme qui prévoit trop d'accidents.
REMARQUE
1. Bien que l'on dise : faire beaucoup de cas de quelqu'un ou de quelque chose, on ne dit pas faire du cas de quelqu'un, de quelque chose.
2. L'Académie a tort de ne pas mettre un trait d'union à en cas pris substantivement : en-cas.
HISTORIQUE
XIIe s.
XIIIe s.
XIVe s.
XVe s.
XVIe s.
ÉTYMOLOGIE
Provenç. cas ; espagn. et ital. caso ; de casus, chute, cas, événement, désinence, dont le radical se trouve dans cadere, tomber (voy. CHOIR).
SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE CAS. - REM. Ajoutez :
3. J. J. Rousseau a dit : dans le cas, pour : dans ce cas-là ; cela est correct, mais moins usité.
4. J. J. Rousseau écrit en tous cas au pluriel, Lett. à Du Peyrou, 7 mars 1765.
5. Si le cas pouvait être, si la chose était possible. Locution peu usitée.
3

Dictionnaire de L'académie française (8 ème édition)

> CAS
n. m.
[Grammaire] Chacune des différentes désinences que prennent les noms, les adjectifs, les pronoms et les participes, dans les langues où ils se déclinent. Il n'y a point de cas proprement dits dans la langue française, mais seulement des formes différentes dans les pronoms. Ce mot latin, ce mot grec est à tel cas.

Il signifie aussi Accident, aventure, conjoncture, occasion; fait arrivé, ou qui peut arriver. Cas fortuit. Par cas imprévu. Un cas extraordinaire. Un cas grave, étrange, rare. Ce qui est bon dans un cas ne l'est pas dans un autre. Selon l'exigence du cas. En tel cas. En pareil cas. En certains cas. En ce cas, il faudrait. Le cas est différent. C'est un tout autre cas. Ce n'est pas là le cas dont il s'agit. Dans le cas contraire. Dans de certains cas. Dans ce cas-là. Cas particulier. Nous ne sommes pas dans le cas de l'article cité. Ce cas n'a point été prévu par la loi, par le code. Cas rédhibitoire. Auquel cas. Le cas échéant. En cas de mort. En cas de rupture. En cas de guerre. En cas de besoin. Il y a eu dans cette localité des cas de choléra et plusieurs cas de diphtérie. C'est le cas de dire..., c'est le cas, ou jamais, d'agir de telle façon, de dire telle chose. Mon cas n'est pas douteux. Le cas est clair.

Un cas de guerre, Un événement qui peu donner lieu à la guerre. Un cas de divorce, Un fait qui peut donner lieu au divorce.

Fam., Être dans le cas de faire une chose, Avoir occasion ou pouvoir de la faire. Je voudrais être dans le cas de vous obliger. Il signifie aussi Être homme à faire telle ou telle chose... Si vous le brusquez, il est dans le cas de tout abandonner.

EN-CAS s'emploie comme nom masculin et signifie Repas léger préparé pour servir en cas de besoin. Préparer un en-cas, l'en-cas de nuit.

Employé comme nom masculin, EN-CAS ou EN-TOUT-CAS désigne aussi une Ombrelle plus grande que les ombrelles ordinaires et qui peut servir dans les cas de pluie.

EN CAS QUE... AU CAS QUE... AU CAS OÙ... loc. conj.
Supposé que... En cas qu'il vienne. Au cas que nous soyons d'accord sur ce point. Au cas où une complication se produirait, faites-moi venir. On dit dans le même sens Dans le cas où.

EN TOUT CAS, loc. adv.
Quoi qu'il arrive, à tout événement. Je vous paierai dans un mois, je l'espère : en tout cas, je vous donnerai des sûretés suffisantes.

En termes de Jurisprudence, il signifie Fait, action, crime. Un cas pendable. Fam. et ironiquement, Un cas pendable, Un acte indigne de pardon.

Fam., Son cas est mauvais, son cas n'est pas net, se dit en parlant de Quelqu'un qui est en danger pour quelque crime, pour quelque mauvaise affaire. On dit dans le même sens Se mettre dans un mauvais cas.

Prov., Tout vilain cas, tout mauvais cas est niable, se dit lorsqu'une personne a commis une faute grave et que la honte ou la crainte du châtiment la porte à la nier.

Cas de conscience, Difficulté ou question sur ce que la religion permet ou défend en certains cas. Ce docteur est fort versé dans les cas de conscience. Un cas de conscience fort difficile à résoudre. Il signifie aussi, d'une façon plus générale, Difficulté sur une question de devoir ou de morale. Je m'en fais un cas de conscience, Je m'en fais scrupule.

CAS signifie encore Estime. Faire cas de quelqu'un ou de quelque chose, L'estimer, en avoir bonne opinion. Faire grand cas d'un homme. C'est un ministre qui sait faire cas des hommes de mérite. Ne faire cas que de l'argent. On ne fait pas grand cas de ce qu'il dit. On n'en fait nul cas. Voilà le cas, le peu de cas que je fais de vos objections.

4

Anagrammes de cas

Nombre de lettres :
5

Mots Proches de cas