1

fortuné,e

 Définition et Synonymes - Définition Mediadico

fortune(nom féminin)

Difficultés orthographiques
la Fortune( divinité mythologique).

fortuné,e(adjectif)

Favorisé par la fortune, riche, heureux.

Les synonymes Mediadico de fortune :

1 : mauvaise fortune: malchance, guigne[ fam], poisse[ fam], tuile[ fam], malédiction.

Les synonymes Word de fortune :

Les synonymes WordNet de fortune :

Les antonymes de fortune :

misère, obstacle, pittance, pauvreté, préjudiciaux, désastreux,euse, design, malchanceux,euse, malencontreux,euse, désagréable, malheureux,e, malheur, disgrâce, funeste, pauvre, préjudiciable, irréparable, calamiteux,euse, piteux,euse, affligeant,e


2

Définition du dictionnaire Littré

> FORTUNÉ, ÉE
Prononciation : for-tu-né, née
adj.
Sens 1
Bien traité de la fortune ou du sort.
Substantivement.
Particulièrement. Celui qui a les bonnes grâces d'une dame.
Sens 2
Qui a le caractère de la bonne fortune, du bonheur. Siècle fortuné. Région fortunée.
Îles Fortunées, ancien nom des îles Canaries.
Sens 3
S. f. Fortunée, sorte de poire.
REMARQUE
Fortuné ne doit pas être employé pour riche ; c'est une faute née de ce que fortune, entre autres significations, a celle de richesse.
SYNONYME
FORTUNÉ, HEUREUX. Celui qui est fortuné a reçu les faveurs de la fortune ; celui qui est heureux, jouit du bonheur. Tandis que être heureux se prend dans le sens d'avoir des chances favorables, fortuné n'admet pas cet emploi ; on est heureux au jeu, mais non fortuné. De plus, fortuné signifie à qui tout réussit, et heureux indique plutôt l'état paisible et satisfait de l'âme : un pauvre qui se contente de ce qu'il a peut être heureux ; il n'est pas fortuné.
HISTORIQUE
XVe s.
XVIe s.
ÉTYMOLOGIE
Bourguig. fortugné ; du latin fortunatus, de fortuna, fortune. Fortuné, dans l'ancien usage, avait aussi bien le sens de malheureux que celui d'heureux, en raison du double sens qu'avait fortune.
> FORTUNE
Prononciation : for-tu-n'
s. f.
Sens 1
Terme du polythéisme gréco-romain. Divinité qui présidait aux hasards de la vie. Le temple de la Fortune. Les anciens représentaient la Fortune sous forme d'une femme, tantôt assise et tantôt debout, ayant un gouvernail, avec une roue à côté d'elle, pour marquer son inconstance, et tenant dans sa main une corne d'abondance.
Il s'écrit en ce sens avec une majuscule.
Il se dit, par allusion, en un sens analogue au précédent, mais sans majuscule.
La roue de la fortune, les accidents divers dans la vie des hommes et dans le sort des États.
Fig. Attacher un clou à la roue de la fortune, trouver moyen de fixer la fortune.
La roue de la fortune ou la roue de fortune, s'est dit aussi, dans le temps qu'on tirait la loterie, de la roue où l'on mettait les numéros, qu'on mêlait en faisant tourner la roue.
Les jeux, les coups, les caprices de la fortune, les grands changements qui arrivent aux hommes ou aux États et qui les élèvent ou les abaissent.
Fig. Adorer, encenser la fortune, sacrifier à la fortune, etc. s'attacher à ceux qui sont en faveur, en crédit.
Tenter la fortune, et, plus familièrement, brusquer la fortune, tenter de réussir par des moyens prompts et hasardeux.
Sens 2
Ce qui advient par la volonté de la Fortune, chance, hasard.
Tenter fortune, s'engager dans des entreprises dont l'issue dépend de chances qu'on ne peut ni calculer ni prévoir.
Chercher fortune, chercher les occasions qui peuvent procurer ce que l'on désire, biens, honneurs, faveurs de femmes, etc.
On disait autrefois, dans un sens analogue : busquer fortune, Dict. de l'Académie (ce mot, aujourd'hui inusité, n'est pas à son rang alphabétique ; c'était une locution espagnole, buscar, chercher, introduite au XVIe et au XVIIe siècle).
La fortune des armes, les hasards, les chances de la guerre.
Familièrement. La fortune du pot, le dîner tel qu'il se trouve. Venez dîner avec nous à la fortune du pot.
De fortune, de bonne fortune, de grande fortune, par fortune, loc. adv. Par hasard, par grand hasard.
Sens 3
Bonne fortune, heureuse circonstance, chance heureuse.
Bonne fortune, la bonne aventure, ce qui arrivera à chacun.
Bonne fortune, faveurs d'une femme. Il se vante d'avoir eu cette bonne fortune. L'homme à bonnes fortunes, titre d'une comédie de BARON.
Fortune, dans le sens de bonne fortune en galanterie.
Être en bonne fortune, être à un rendez-vous donné par une maîtresse.
Dans un sens dérivé, mais particulier. En bonne fortune, en cachette, avec mystère.
Sens 4
Mauvaise fortune, adversité, suite d'événements fâcheux.
Sens 5
Il se prend quelquefois pour bonheur.
Il est en fortune, il gagne tout ce qu'il veut.
Fig. Être en fortune, être en verve, en crédit.
En un sens opposé, malheur. Dieu vous préserve de mal et de fortune.
Contre fortune bon coeur, c'est-à-dire il faut faire face avec courage contre les accidents que la fortune inflige. On dit aussi sans ellipse : Faites, il fit contre fortune bon coeur.
Terme de pratique. à ses risques, périls et fortune, loc. adv. qui signifie que tous les risques sont mis à la charge de la personne dont il s'agit.
Se dit aussi dans le langage ordinaire, avec le même sens.
La bonne et la mauvaise fortune, l'une et l'autre fortune, la prospérité et l'adversité.
Sens 6
Terme de marine. Fortune de mer, les accidents qui arrivent aux navigateurs, naufrages, tempêtes, pirates, etc.
Fortune de vent, gros temps, temps pendant lequel les vents sont forcés.
Voile de fortune, voile qui ne se porte que pendant l'orage.
Gouvernails, mâts, etc. de fortune, gouvernails, mâts qui ne servent que momentanément.
Fortune, nom d'une vergue et d'une voile dont on se sert à bord de certains navires qui ont le gréement des goëlettes. La fortune est une voile carrée attachée sur une vergue qui se hisse, comme la voile de misaine des bâtiments carrés, à la tête et sur l'avant du mât de misaine, JAL.
Sens 7
La fortune de quelqu'un, ce qui peut lui arriver de bien ou de mal.
Il se dit aussi des choses. La fortune d'un livre. La fortune des empires.
Sens 8
Plus particulièrement, la fortune de quelqu'un, son heureuse fortune, les succès qu'il obtient.
Sens 9
Il se dit, au pluriel, des variations du sort, de la destinée.
On le dit aussi des choses. Cette doctrine a eu des fortunes très diverses.
Sens 10
Revers de fortune, accident qui change une bonne situation en une mauvaise.
Retour de fortune, vicissitude dans la destinée, dans l'état des choses. Il y a de singuliers retours de fortune.
Sens 11
L'état, la condition où l'on est. Se contenter de sa fortune.
Il se dit aussi au pluriel.
Une grande fortune, une condition élevée.
Chacun est artisan de sa fortune, c'est-à-dire en général nos succès dépendent de nous.
Il fut l'artisan de sa fortune, il ne dut qu'à lui ses bons succès.
Sens 12
Élévation de quelqu'un dans la condition, le rang, les honneurs, les emplois, les richesses.
Les biens de la fortune, les richesses, les honneurs, les emplois.
Faire fortune, s'élever haut dans les honneurs, les emplois, les richesses.
Fig. Faire fortune, en parlant des choses, obtenir du succès, réussir.
Faire la fortune de quelqu'un, le faire parvenir à une position élevée.
Faire sa fortune, parvenir à une position élevée.
Homme de fortune, celui qui est parti de petits commencements et s'est élevé soit par son mérite soit par les circonstances.
Soldat de fortune, homme de guerre qui s'est élevé des derniers grades aux plus élevés par ses propres efforts.
Officier de fortune, soldat devenu officier.
Officier de fortune, s'est dit autrefois des officiers qui vendaient leurs services ou s'engageaient à qui voulait les payer. L'officier de fortune, titre d'un roman de W. Scott.
Sens 13
Les grandes fortunes, les personnes élevées par le rang, par les honneurs, les emplois, les richesses.
Sens 14
Richesses, biens. Jouir d'une grande fortune. Il est sans fortune. Il n'a point de fortune.
Homme de fortune, homme riche.
Être mal avec la fortune, être besogneux, n'être pas riche.
Faire fortune, gagner de la richesse.
Je n'ai que faire d'aller en Hollande, ma fortune est faite, se disait, par raillerie, à un homme faisant beaucoup de promesses.
Sens 15
Terme de droit coutumier. Fortune d'or, d'argent, or, argent trouvé dans la terre.
Sens 16
Demi-fortune, voy. ce mot à son rang.
REMARQUE
1. Faut-il dire des bonnes fortunes ou de bonnes fortunes ? J. J. Rousseau, dans l'exemple cité au n° 3, a dit : des bonnes fortunes ; on peut dire en effet ainsi quand on considère la locution comme un seul mot. Mais on peut aussi dire de bonnes fortunes, en considérant bonnes fortunes en deux mots.
2. À propos du vers d'Horace cité au n° 9, Voltaire dit : " Ce mot de fortunes au pluriel ne doit jamais être employé sans épithète : bonnes et mauvaises fortunes, fortunes diverses, mais jamais des fortunes. " Les exemples qui accompagnent celui de Corneille montrent que la remarque de Voltaire est trop étroite.
HISTORIQUE
XIIIe s.
XIVe s.
XVe s.
XVIe s.
ÉTYMOLOGIE
Bourguig. forteugne ; provenç. espagn. et ital. fortuna ; du lat. fortuna, de fors, sort, rapporté à ferre et à la grande racine sanscrite bhar, porter, produire. Quant au suffixe una, qu'on retrouve dans Neptunus, importunus, on le rapproche du suffixe umnus qui est dans Vertumnus ; ce suffixe mnus n'est lui-même qu'une contraction du suffixe participial menus,
SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE FORTUNE.
Sens 3
Ajoutez :
Faire la bonne fortune de quelqu'un, d'un ouvrage, assurer son succès (locution vieillie).
3

Dictionnaire de L'académie française (8 ème édition)

> FORTUNÉ, ÉE
adj.
Qui est au comble du bonheur. Prince fortuné. Amants fortunés.

Il signifie aussi Qui donne le bonheur, où l'on trouve le bonheur. Union fortunée. Siècle fortuné. Région, terre fortunée.

Il signifie aussi Qui est pourvu de grandes richesses. C'est la famille la plus fortunée du pays.

> FORTUNE
n. f.
Hasard, chance. La fortune des armes. J'en courrai la fortune. Je le rencontrai de fortune, Par hasard La mauvaise fortune le poursuit.

Fam., Courir la fortune du pot, S'exposer à faire mauvaise chère, en allant dîner dans une maison où l'on n'est point attendu. À la fortune du pot. Venez dîner à la fortune du pot, En courant la chance d'un bon ou d'un médiocre repas. Inviter à la fortune du pot, Inviter sans cérémonies.

Installation de fortune, Installation improvisée et provisoire. Moyen de fortune, Moyen de parer promptement à des besoins urgents. Gouvernail de fortune. Mâture de fortune. Voile de fortune.

Bonne fortune, Chance heureuse, heureux hasard. C'est une bonne fortune pour moi de vous rencontrer. Il se dit, en termes de Galanterie, des Faveurs d'une femme. Il a eu beaucoup de bonnes fortunes. Un homme à bonnes fortunes. Être en bonne fortune.

Tenter fortune, S'engager dans une entreprise dont le succès dépend en grande partie du hasard, d'événements qu'on ne peut régler ni prévoir.

Chercher fortune, Être ou se mettre en quête des occasions qui peuvent procurer ce que l'on désire, comme le bien-être, les richesses, etc. Il est allé chercher fortune aux Indes.

Fig. et fam., Faire contre mauvaise fortune bon coeur, Ne pas se laisser abattre par les déceptions, par les événements fâcheux.

FORTUNE se dit encore de Tout ce qui arrive ou peut arriver de bien ou de mal à quelqu'un. Nous courons tous deux même fortune. S'attacher à la fortune de quelqu'un, suivre sa fortune. Changement de fortune. Il a éprouvé l'une et l'autre fortune. Je partageai sa bonne et sa mauvaise fortune. Ma mauvaise fortune, ma bonne fortune a voulu que... On le dit également des Choses. Nous ne pouvons prédire quelle sera la fortune de ce livre, de cet ouvrage. La fortune des États, des empires. Cet homme, cette doctrine a eu des fortunes très diverses.

Revers de fortune, Accident, événement fortuit qui change une bonne situation en une mauvaise. Croire qu'on est à l'abri des revers de fortune. On dit aussi Retour de fortune pour désigner un Changement imprévu, qui peut être heureux, une vicissitude bonne ou mauvaise. Il y a d'étranges retours de fortune.

Il signifie souvent, dans une acception générale, Avancement, établissement dans les emplois, dans les honneurs, dans les biens. Parvenir à une haute fortune. Affermir sa fortune. Sa fortune est encore chancelante. Il ne doit sa fortune qu'à son propre mérite. Il a été l'artisan de sa fortune.

Il se dit aussi de la Divinité païenne qui était censée distribuer, à son gré, le bonheur et le malheur. Le temple de la Fortune. La statue de la Fortune. Les Romains adoraient la Fortune, sacrifiaient à la Fortune.

Il s'emploie, par allusion au sens qui précède, dans un grand nombre de phrases figurées. La fortune est aveugle, inconstante, capricieuse, changeante. Les faveurs de la fortune. L'inconstance, le caprice, la bizarrerie, les revers, les rigueurs de la fortune. La fortune distribue inégalement ses faveurs. Il est maltraité de la fortune. Il accuse la fortune de son malheur. La fortune lui sourit. La fortune lui a tourné le dos. La fortune élève les uns, abaisse les autres. S'abandonner à la fortune. La roue de la fortune. Les hommes sont le jouet de la fortune. La fortune a trompé leur espoir.

Les jeux, les coups, les caprices de la fortune, Les grands changements qui arrivent aux hommes ou aux États et qui les élèvent ou les abaissent.

Brusquer la fortune, Tenter de réussir par des moyens prompts et hasardeux.

Fig., Attacher un clou à la roue de la fortune, Trouver moyen de fixer la fortune.

Fig., Adorer, encenser la fortune, etc., S'attacher à ceux qui sont en faveur, en crédit.

Les biens de la fortune, Les dignités, les honneurs, les richesses.

Soldat de fortune se dit d'un Homme de guerre qui, par sa valeur, s'est élevé des derniers rangs aux plus hauts grades. On dit dans le même sens Officier de fortune.

Fam. et fig., Chacun est artisan de sa fortune, Chacun est responsable de son sort bon ou mauvais.

Il se dit encore simplement pour Biens, richesses, ressources pécuniaires. Faire sa fortune. Faire fortune. C'est un homme sans fortune. Il rassembla les débris de sa fortune. Bien gérer, mal gérer sa fortune. Perdre, dissiper sa fortune. Il fait un bon usage de sa fortune. Mettre sa fortune à couvert. Acquérir de la fortune. Laisser de la fortune à ses enfants. N'avoir point de fortune. C'est là toute ma fortune. Il ne connaît pas le chiffre de sa fortune. Faire une fortune rapide. Fortune solide, bien établie. Fortune mobilière, immobilière. Sa fortune est en terres, est en valeurs. Épouser une jeune fille sans fortune.

Dans ce sens très courant, l'expression Revers de fortune, déjà mentionnée ci-dessus, désigne des Dommages d'ordre financier, des pertes d'argent. Il a eu, il a éprouvé de grands revers de fortune.

Faire fortune se dit aussi des Choses et signifie Obtenir du succès, être accueilli, goûté. Cette doctrine a fait fortune dans le monde, a fait fortune.

4

Anagrammes de fortuné,e

Nombre de lettres :
5

Usages de fortuné,e

fortuné,e


1 :

Fortune aveugle, changeante, heureuse, brillante.
Fortune colossale, matérielle, morale, publique.
Fortune paternelle, maternelle, personnelle.
Fortune bien ébréchée, bien écornée.
Fortune estimée à plus de dix millions de francs.
Fortune de mer.
Fortune d' une oeuvre d‘art, d‘ un livre.
Fortune des armes.
Fortune qui s' amoindrit, commence à déchoir.
Fortune qui s‘ émiette.
Fortune qui sourit, arrive, appartient, va, revient à quelqu‘un.
Fortune qui s‘ évalue, se chiffre, s‘ élève à tant.
Fortune qui est composée de biens.
La fortune vient en dormant.
Bonne, heureuse, mauvaise fortune.
Immense, énorme, grande, petite, grosse fortune.
Dame Fortune.
Revers, revirement de fortune.
Situation de fortune.
Moyens, logement, habitation, réparation, solution de fortune.
Installation de fortune.
Voile de fortune.
Clause de meilleure fortune.
Caprices de la fortune.
Roue, action de la Fortune.
Parts d‘ une fortune.
Inégalité des fortunes.
Homme à bonnes fortunes.
Impôt sur les grandes fortunes.
À la fortune du pot.
Que deviendra sa fortune après sa mort ?
Abandonner sa fortune.
Accroître sa fortune.
Accumuler une fortune.
Acquérir une fortune.
Administrer sa fortune.
Agrandir sa fortune.
Amasser une fortune.
Anéantir la fortune de quelqu‘un.
Arrondir sa fortune.
Assurer sa fortune.
Avoir la bonne, l' heureuse fortune de faire quelque chose.
Avoir de la fortune.
Bâtir une( ou sa) fortune.
Calculer la fortune de quelqu‘un.
Centupler sa fortune.
Chercher fortune.
Chiffrer une fortune.
Constituer sa fortune.
Convertir sa fortune en espèces.
Coûter une fortune.
Décupler sa fortune.
Dilapider sa fortune.
Dîner à la fortune du pot.
Disposer d‘ une certaine fortune.
Dissiper une fortune.
Donner sa fortune.
Doubler sa fortune.
Engloutir une( ou sa) fortune.
Épouser quelqu‘un pour sa fortune.
Établir sa fortune sur quelque chose.
Étaler sa fortune.
Être l' artisan de sa fortune.
Être favorisé par la fortune.
Être à la tête d‘ une fortune.
Évaluer la fortune de quelqu‘un.
Exposer sa fortune( au risque de la perdre).
Faire fortune.
Faire fortune dans l‘ immobilier, les affaires.
Faire contre mauvaise fortune bon coeur.
Flamber une( ou sa) fortune.
Gagner une( ou des) fortune.
Gaspiller sa fortune.
Gérer sa fortune.
Hériter la fortune de quelqu‘un.
Hériter une fortune.
Hériter d‘ une fortune.
Imposer les grandes fortunes.
Investir( toute) sa fortune dans quelque chose.
Inviter quelqu‘un à la fortune du pot.
Jouer sa fortune.
Jouir d‘ une grosse fortune.
Laisser une fortune à quelqu‘un( en héritage).
Léguer sa fortune.
Mésuser de sa fortune.
Niveler les fortunes.
Partager la mauvaise, bonne fortune de quelqu‘un.
Payer une fortune.
Perdre sa fortune.
Posséder de la fortune.
Posséder une fortune.
Reconstruire une fortune.
Risquer sa fortune.
Ruiner la fortune de quelqu‘un.
Se dépouiller de sa fortune.
Tenter fortune.
Valoir une fortune.


6

Mots Proches de fortuné,e