1

jouer

 Définition et Synonymes - Définition Mediadico

jouer(verbe intransitif, verbe transitif)

Difficultés orthographiques
jouer cartes sur table.
jouer franc-jeu.
jouer gros jeu.
jouer de malheur.

Les synonymes Mediadico de jouer :

Les synonymes Word de jouer :

Les synonymes WordNet de jouer :

Les antonymes de jouer :

ennuyer, fatiguer, assommer, alerter, éclairer


2

Définition du dictionnaire Littré

> JOUER
Prononciation : jou-é
Sens 1
V. n. Se livrer à un amusement.
Sens 2
Plaisanter, badiner.
Sens 3
Se divertir à un jeu quelconque.
Sens 4
Avoir l'habitude de jouer de l'argent.
Sens 5
Jouer aux écus.
Sens 6
Se servir de l'instrument nécessaire pour jouer à tel ou tel jeu.
Sens 7
Se servir d'un instrument quelconque.
Sens 8
Se servir d'un instrument de musique, en tirer des sons.
Sens 9
Se mouvoir, agir d'une certaine façon, en parlant des ressorts, des machines.
Sens 10
Avoir un mouvement libre, facile.
Sens 11
Se déjeter, en parlant du bois.
Sens 12
En termes de jardinage, devenir hybride, en parlant d'une plante.
Sens 13
Jaillir, en parlant des cascades et jets d'eau.
Sens 14
Faire explosion.
Sens 15
Offrir différentes nuances, en parlant des couleurs.
Sens 16
V. a. Exécuter les différentes combinaisons d'un jeu.
Sens 17
Hasarder au jeu.
Sens 18
Jouer quelqu'un, jouer avec quelqu'un (aux jeux de paume ou de volant).
Sens 19
Exécuter un air, un morceau de musique.
Sens 20
Représenter une pièce de théâtre.
Sens 21
Jouer la comédie.
Sens 22
Jouer un rôle.
Sens 23
Jouer un personnage.
Sens 24
Jouer un conte.
Sens 25
Jouer quelqu'un, le tourner en ridicule sur le théâtre ou autrement.
Sens 26
Avoir l'apparence de.
Sens 27
Se jouer, se livrer à un divertissement.
Sens 28
Se jouer d'une chose, s'en moquer.
Sens 29
Se jouer de quelqu'un, se moquer de lui.
Sens 30
Se jouer de son fief.
Sens 31
Se jouer à quelqu'un, à quelque chose.
Sens 32
Se jouer soi-même, se faire à soi-même illusion.
Sens 33
Se jouer, être joué, en parlant d'un jeu.
Sens 34
Être joué en parlant d'un instrument de musique, d'un morceau de musique.
Sens 35
Être représenté, en parlant d'une pièce de théâtre.
Sens 1
V. n. Se livrer à un amusement. Ne jouez pas avec ce pistolet, il est chargé. Cet enfant est allé jouer chez son petit camarade.
Fig. Envoyer jouer, ne pas écouter quelqu'un.
Ce cheval joue avec son mors, il mâche son mors avec action.
Sens 2
Plaisanter, badiner.
Jouer sur le mot ou sur les mots, faire des allusions, des équivoques sur les mots.
Fig. Jouer avec sa vie, avec sa santé, ne pas ménager sa vie, sa santé.
Jouer avec la vie, ne point la regarder comme une chose sérieuse et agir en conséquence.
Sens 3
Se divertir à un jeu quelconque. Jouer à colin-maillard, à la main chaude, aux échecs, au trictrac, à la boule, etc. Jouer avec quelqu'un, contre quelqu'un.
Jouer à quitte ou double, ou jouer quitte ou double, jouer une dernière partie par laquelle on sera acquitté de ce qu'on devait ou bien l'on devra une somme double.
Fig. Jouer quitte ou double, risquer, hasarder tout, pour se tirer d'une mauvaise affaire.
Jouer de son reste, jouer de ce qu'on a encore d'argent.
Fig. Jouer de son reste, achever de consumer son bien.
Jouer de son reste, signifie encore prendre un moyen extrême après lequel on n'a plus de ressource.
Enfin, jouer de son reste signifie user des dernières ressources, user de quelque chose qui va finir. Ce ministre qui est menacé, joue de son reste : il case ses amis.
Jouer à cul levé, jouer chacun à son tour, le premier perdant cédant sa place à un autre, et ainsi de suite.
Fig. Jouer à boute-hors, supplanter.
Jouer à qui perd gagne, jouer aux dames une sorte de partie où celui-là gagne qui fait prendre le premier toutes ses dames.
Fig. et familièrement. Jouer à qui perd gagne, se dit lorsqu'un désavantage apparent produit un avantage réel.
À certains jeux de cartes, faire jouer, nommer la couleur dans laquelle le coup doit être joué. C'est lui qui fait jouer.
Jouer sans prendre, ou, simplement, jouer ; et faire jouer sans prendre, ou, simplement, faire jouer, signifie obliger l'adversaire à jouer sans écarter et sans prendre de nouvelles cartes.
Au quadrille et au tri, jouer sans prendre, jouer sans demander le roi.
Au jeu de la bête ombrée, jouer sans prendre, faire les levées nécessaires pour gagner sans avoir écarté.
Jouer se dit particulièrement au jeu de la bête, pour déclarer que l'on s'engage à faire les levées nécessaires pour gagner ce qui va sur le coup, ou à faire la bête.
Substantivement. Dans cette phrase, usitée à la bouillotte : ouvrir le jouer, proposer une somme quelconque aux autres joueurs.
Au jeu du mail, jouer au grand coup, jouer à qui poussera le mail le plus loin.
Ne jouer que pour l'honneur, ou, activement, ne jouer que l'honneur, jouer sans intéresser le jeu.
Jouer serré, jouer avec prudence et en évitant soigneusement de rien hasarder ; et fig. ne donner aucune prise à l'adversaire dans une discussion, dans une affaire.
Jouer de malheur, jouer avec malheur, n'avoir point de chance au jeu.
Fig.
On dit, dans le sens contraire, jouer de bonheur.
Fig. Jouer à jeu sûr, être certain du succès des moyens qu'on emploie dans une affaire.
Jouer au plus sûr, choisir de deux expédients celui où il y a le moins de risque.
Fig. Jouer au fin, au plus fin, employer l'adresse, la finesse pour venir à bout de ses desseins.
Fig. Jouer à, se mettre en danger de.
Sens 4
Absolument. Avoir l'habitude de jouer de l'argent.
Donner à jouer, recevoir chez soi des joueurs. On ne donne plus à jouer dans cette maison.
Il jouerait les pieds dans l'eau, se dit d'un joueur déterminé.
Sens 5
Il s'emploie avec le nom de la monnaie qu'on met sur jeu.
Jouer au dernier écu, jouer jusqu'à risquer le dernier écu qui reste dans la poche ; et fig. tout risquer.
Sens 6
Se servir de l'instrument nécessaire pour jouer à tel ou tel jeu. Jouer du battoir, au battoir. Jouer avec une raquette. Jouer de masse.
Jouer des gobelets, faire des tours de passe-passe avec des gobelets ; et fig. chercher à duper ceux avec qui on traite.
Jouer des mains, badiner avec les mains, se donner des coups l'un à l'autre avec les mains.
Jouer des mains, se dit aussi pour se battre tout de bon.
Populairement. Jouer des mains, filouter.
On dit dans le même sens : jouer de la griffe. Fig. Jouer d'adresse, user d'habileté, de ruse.
On dit de même : jouer d'industrie.
Fig. et populairement. Jouer des jambes, courir, et surtout s'enfuir. Il se mit aussitôt à jouer des jambes.
Jouer des mâchoires, voy. MÂCHOIRE.
Fig. et populairement. Jouer de la poche, tirer de l'argent de sa poche pour payer.
Jouer du pouce, faire une dépense, payer ce qui est dû.
Jouer de la prunelle, parler des yeux, langage dont se servent deux personnes qui ne peuvent se dire ce qu'elles ont à se dire, et surtout un homme et une femme qui se font des signes d'intelligence.
Sens 7
Se servir d'un instrument quelconque.
Jouer de l'espadon, jouer du bâton à deux bouts, etc. les manier avec adresse.
Jouer du drapeau, le faire voltiger avec adresse.
Fig. et populairement. Jouer des couteaux, se battre à l'épée.
Sens 8
Se servir d'un instrument de musique, en tirer des sons. Jouer du violon, de la harpe, de la flûte, du hautbois, etc.
Aujourd'hui, jouer se dit de toute espèce d'instruments ; autrefois il y avait un verbe particulier pour chaque instrument, on disait : toucher du piano ou de l'orgue, pincer de la harpe ou de la guitare, donner du cor, sonner de la trompette, etc.
Sens 9
Se mouvoir, agir d'une certaine façon, en parlant des ressorts, des machines. Ce ressort joue en sens inverse de l'autre. Les pièces de cette machine jouent mal entre elles.
Fig. Faire jouer toutes sortes de ressorts, employer tout son pouvoir, tous les moyens dont on peut disposer.
On dit dans un sens analogue : faire jouer l'intrigue, les intrigues.
Faire jouer les intérêts, les passions, les mettre en jeu.
Sens 10
Avoir un mouvement libre, facile. Cette serrure ne joue pas.
Terme de marine. Le vaisseau joue sur son ancre, quand il est agité par le vent et en même temps retenu par son ancre. Le gouvernail joue quand il est en mouvement. Le vent est dit jouer lorsqu'il varie souvent et rapidement. Une pièce joue quand elle est mal consolidée.
Sens 11
En termes de charpente, de menuiserie et d'ébénisterie, le bois joue quand, par suite de dilatations ou de contractions, un assemblage se dérange.
Sens 12
En termes de jardinage, on dit qu'une plante joue quand, grâce au vent ou aux insectes, les fleurs en sont fécondées par le pollen d'autres variétés, ce qui la rend hybride et lui ôte son caractère de pureté. Ces pensées ont joué. Avec tant de variétés à côté les unes des autres, vos potirons joueront.
Sens 13
Jouer, en parlant des cascades, des jets d'eau, etc. qu'on fait jaillir.
Autrefois, jouer se disait activement en ce sens. On joua les eaux.
Lancer de l'eau. Faire jouer les pompes. Les pompes jouent.
Sens 14
Faire explosion. La mine, le fourneau joua. Quand le canon eut joué. Faire jouer une mine.
Fig.
Sens 15
Jouer se dit des couleurs qui ont différentes nuances.
Sens 16
V. a. Exécuter les différentes combinaisons d'un jeu, d'une partie, d'un coup. Jouer tous les jeux. Jouer une partie de piquet. Jouer un coup habilement.
À la paume, jouer une balle, pousser une balle.
Aux échecs, jouer une pièce, la mettre à une autre case ; aux dames, jouer une dame, la pousser d'une case à une autre.
Jouer une carte, jeter une carte. Jouer coeur, jouer carreau, etc. jouer une carte de ces couleurs.
En ce sens, il s'emploie neutralement aussi. Jouer en carreau, en coeur, en pique.
Au piquet, jouer bien les cartes, tirer tout le parti possible de ses cartes. Il écarte bien, mais il joue mal les cartes.
Au jeu de trictrac. Jouer son coup, avancer deux dames du nombre des points donnés par chaque dé, ou une seule dame de la somme de ces points.
Jouer le jeu, jouer suivant les règles du jeu. Vous ne jouez pas le jeu.
Fig. Jouer bien son jeu, se comporter adroitement en quelque affaire, savoir bien dissimuler pour arriver à ses fins. Il a bien joué son jeu.
Jouer un jeu, le savoir bien jouer, le jouer par préférence, être dans l'usage, dans l'habitude de le jouer.
Sens 17
Hasarder au jeu. Il joua et perdit cent écus dans cette soirée.
Familièrement. Il jouerait jusqu'à sa chemise, c'est un joueur effréné.
Jouer gros jeu, voy. JEU.
On dit dans le même sens : jouer grand jeu.
Au jeu de la bouillotte, jouer le tapis, jouer la passe quand il ne reste plus de prises.
Fig. Jouer sa vie, s'exposer témérairement.
Sens 18
Jouer quelqu'un, jouer avec quelqu'un (uniquement en parlant des jeux de paume et de volant). Je l'ai joué du battoir. Il me gagne toujours, quoiqu'il me joue par-dessous la jambe, par-dessous jambe.
Fig. et familièrement. Jouer quelqu'un par-dessous jambe, par-dessous la jambe, avoir facilement le dessus.
Fig. Jouer quelqu'un, le tromper, l'abuser.
Jouer les deux, tromper deux personnes ou deux partis qui ont des intérêts opposés, en faisant semblant de les servir l'un contre l'autre.
Rendre vain, inutile, en parlant des choses.
Sens 19
Exécuter un air, un morceau de musique sur un instrument, avec des instruments. Jouer une ouverture à grand orchestre. Jouer une contredanse. Jouer un air sur le violon, sur le piano, etc.
Absolument. Ce violoniste joue bien.
Sens 20
Représenter une pièce de théâtre. Jouer une tragédie, une comédie, un drame, un opéra. On a joué Andromaque de Racine. On jouera le Tartuffe de Molière.
Fig. Absolument. Ce comédien joue fort bien.
Fig. Jouer une pièce, un tour, un parti à quelqu'un, lui faire un tour ou malin ou méchant.
En ce sens, on emploie aussi neutralement jouer. Jouer d'un tour à quelqu'un, lui en jouer d'une, lui en jouer d'une bonne, faire subir à quelqu'un quelque mécompte, quelque mortification.
Fig. Jouer un vilain tour, avec un nom de chose pour sujet, être funeste. Cela pourrait vous jouer un vilain tour.
Sens 21
Jouer la comédie, exercer la profession de comédien.
Absolument. Cet acteur a cessé de jouer.
Par extension. Jouer la comédie, faire des actions plaisantes pour exciter à rire.
Fig. Jouer la comédie, feindre des sentiments qu'on n'a pas, chercher à paraître ce qu'on n'est pas réellement. Vous le croyez affligé, il joue la comédie.
Fig. Jouer la douleur, jouer l'homme d'importance, feindre d'être affligé, d'être un homme d'importance.
Sens 22
Jouer un rôle, le représenter. Un tel a joué le rôle d'Oreste.
Fig. Jouer un rôle, figurer dans quelque affaire. Il a joué un rôle dans cette misérable intrigue. Tous ceux qui jouèrent un rôle dans cette grande révolution. Il joua un grand rôle dans ces événements.
Jouer un grand rôle, occuper une grande place dans l'État.
Absolument. Jouer un rôle, avoir une influence notable dans les affaires, à la cour, etc.
Jouer un rôle, se dit quelquefois de choses personnifiées. Le rôle que joue la chimie dans les progrès de l'industrie.
Jouer le rôle de, agir comme. En ceci il joua le rôle de compère.
Sens 23
Jouer un personnage, le représenter. Jouer les pères nobles, les ingénues. Un tel a joué Oreste.
Fig.
Fig. Jouer un mauvais personnage, un sot personnage, se comporter mal, se comporter sottement.
Jouer un petit personnage, être dans un poste peu honorable, ou avoir peu d'influence, peu d'action.
Sens 24
Jouer un conte, jouer un récit, accompagner un conte, un récit d'une sorte de mise en scène, d'une pantomime expressive.
Sens 25
Jouer quelqu'un, le tourner en ridicule sur le théâtre, ou autrement.
Jouer quelqu'un, le tromper.
Jouer une chose, s'en moquer.
Sens 26
En parlant d'une chose, imiter une autre chose, en avoir l'apparence. Cette étoffe joue la soie.
Sens 27
Se jouer, v. réfl. Se livrer à un divertissement (ici se jouer est un verbe neutre à forme réfléchie, comme s'enfuir, s'écrier, se taire).
Faire quelque chose en se jouant, faire quelque chose en s'amusant, sans effort.
Dans le style élevé, se jouer se dit de choses auxquelles on attribue une sorte de dessein de se divertir.
Se jouer de quelque chose, faire sans peine ce qui pour d'autres semble difficile. Il se joue de toutes les difficultés.
Sens 28
Se jouer d'une chose, s'en moquer, ne pas la traiter sérieusement, la traiter d'une manière dérisoire.
Disposer de quelque chose arbitrairement et selon le caprice.
Dans le style élevé et poétique, il se dit des choses qui semblent se moquer.
Sens 29
Se jouer de quelqu'un, se moquer de lui. Ne voyez-vous pas qu'on se joue de nous ?
Se jouer de quelqu'un, en faire un jouet.
On dit dans un sens analogue : Le chat se joue de la souris qu'il a prise, il feint de la laisser échapper pour la ressaisir aussitôt.
Se jouer de quelqu'un, le décevoir, tromper ses desseins, son attente.
Se jouer de quelqu'un, le tromper en lui donnant de belles paroles. Il m'a longtemps donné des espérances, il se jouait de moi.
Sens 30
Terme de féodalité. Se jouer de son fief, pouvoir le démembrer, et même en vendre une partie, sans qu'il fût rien dû au suzerain, pourvu qu'on retînt la foi entière et quelque droit seigneurial et domanial sur la partie aliénée.
Sens 31
Fig. Se jouer à quelqu'un, l'attaquer inconsidérément.
Il ne faut pas se jouer à son maître, il ne faut pas attaquer ou choquer un plus puissant que soi.
On dit dans le même sens : se jouer à quelque chose.
Ne vous jouez pas à cela, ne vous y jouez pas, ne soyez pas assez fou, assez téméraire pour faire cela, vous vous en repentiriez.
On dit par forme de menace : jouez-vous-y, qu'il s'y joue.
Sens 32
Se jouer soi-même, se faire à soi même illusion, se tromper soi-même (ici se jouer n'est plus un verbe neutre, mais est un verbe actif à forme réfléchie).
Sens 33
Se jouer, être joué, en parlant d'un jeu. Le whist se joue à quatre.
Fig.
Sens 34
Se jouer, être joué, en parlant d'un instrument de musique, d'un morceau de musique. Ceci se joue à quatre mains. Cet instrument se joue avec la bouche, avec les doigts.
Sens 35
Se jouer, être représenté, en parlant d'une pièce de théâtre. Le Tartuffe se joue ce soir aux Français. Qui a joué jouera, c'est-à-dire on ne quitte pas ses vieilles habitudes.
HISTORIQUE
XIe s.
XIIe s.
XIIIe s.
XIVe s.
XVe s.
XVIe s.
ÉTYMOLOGIE
Wallon, jower ; bourg. jué ; provenç. jogar ; espagn. jugar ; ital. giuocare ; du lat. jocari, jouer. jocus, jeu.
SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE JOUER. Ajoutez :
Sens 36
S. m. Le bien jouer, l'action de bien jouer.
3

Dictionnaire de L'académie française (8 ème édition)

> JOUER
v. intr.
Se recréer, se divertir à quelque amusement. Ces enfants jouent ensemble. Menez-les jouer. Ne sauriez-vous jouer sans vous fâcher? Ne jouez pas avec ce revolver, il est chargé.

SE JOUER s'emploie quelquefois dans le même sens. Des oiseaux qui se jouent dans le feuillage. Il se dit quelquefois, poétiquement, des Choses. Un ruisseau qui semble se jouer, qui se joue dans la prairie. Un rayon de soleil qui se joue dans les arbres.

Faire quelque chose en se jouant, Faire quelque chose en s'amusant, sans application et sans peine. Cette tâche aurait paru difficile à tout autre, il l'a faite en se jouant.

Fig., Jouer avec sa vie, avec sa santé, etc., N'user d'aucun ménagement pour conserver sa vie, sa santé, etc. On dit aussi quelquefois Jouer avec la vie, Ne point la regarder comme une chose sérieuse et agir en conséquence.

Ce cheval joue avec son mors, se dit d'un Cheval qui mâche son mors.

Jouer sur le mot, sur les mots, Faire des allusions, des équivoques sur les mots. Il aime à jouer sur le mot. Ne jouons pas sur les mots et parlons sérieusement.

JOUER signifie quelquefois Exploiter une situation, un sentiment, une idée pour en tirer parti. Jouer d'une blessure, d'une infirmité, d'un mal. Jouer de l'idée de patrie.

Fig. et fam., Se jouer à quelqu'un, L'attaquer inconsidérément. Ne vous jouez pas à lui, il n'entend pas raillerie. On dit aussi Ne vous jouez pas à cela, ne vous y jouez pas, Ne soyez pas assez fou, assez téméraire pour faire cela, vous vous en repentiriez.

JOUER signifie aussi Se divertir, s'occuper à un jeu quelconque. Jouer aux échecs, au trictrac, aux boules, aux cartes, aux dés. Jouer aux barres, au tennis. Jouer avec quelqu'un. Jouer contre quelqu'un. Jouer deux contre deux. Tirer au sort à qui jouera le premier. Absolument, Il ne sait pas jouer.

Il se dit quelquefois absolument en parlant de l'Habitude de jouer à des jeux de commerce ou de hasard, et se prend ordinairement dans un sens défavorable. C'est un homme qui joue. Il commence à se ranger, il ne joue plus. Rien ne peut l'empêcher de jouer. C'est une maison où l'on joue.

Dans ce sens, il s'emploie souvent, par extension, pour désigner la Spéculation. Jouer à la Bourse. Jouer à la hausse, à la baisse. Jouer sur la Rente. Jouer sur les cafés, sur les grains. Jouer aux courses.

Fam. et en plaisantant, Ne jouer que pour l'honneur, ou, transitivement, Ne jouer que l'honneur, Jouer sans intéresser le jeu.

Fig. et fam., Jouer au plus sûr, Choisir de deux expédients celui où il y a le moins de risque, dont les inconvénients paraissent moins grands et le succès plus certain. Jouer à coup sûr, Être certain du succès des moyens qu'on emploie dans une affaire.

Fig. et fam., Jouer au fin, au plus fin, Employer l'adresse, la finesse pour venir à bout de ses desseins.

Fig. et fam., Jouer de bonheur, Réussir dans une affaire où l'on avait à craindre d'échouer. On dit surtout, dans le sens contraire, Jouer de malheur.

Fig. et fam., Jouer à quitte ou double, ou Jouer quitte ou double, Risquer, hasarder tout, pour se tirer d'une mauvaise affaire.

Fig. et fam., Jouer à qui perd gagne, se dit Lorsqu'un désavantage apparent procure un avantage réel.

JOUER s'emploie aussi, à certains jeux de Cartes, avec le nom de la couleur dans laquelle on joue. Jouer en carreau, en coeur, en trèfle, etc. On dit aujourd'hui plus fréquemment et transitivement (Voir plus loin) : Jouer carreau, jouer coeur.

JOUER signifie encore Se servir de l'instrument qui est nécessaire pour jouer à tel ou tel jeu. Jouer avec une bonne raquette.

Jouer du couteau, du revolver, S'attaquer au couteau, au revolver. Ce sont des vauriens qui, pour la moindre querelle, jouent du couteau.

Fig. et pop., Jouer des jambes, Courir. On le dit surtout d'une Personne qui s'enfuit. Il se mit aussitôt à jouer des jambes.

Fig. et fam., Jouer de la prunelle, Jeter des oeillades, faire quelques signes des yeux. Il se dit ordinairement en parlant des Signes qu'un homme et une femme se font l'un à l'autre, quand ils sont d'intelligence.

Fam., Jouer des coudes, des pieds, des mains, Se démener pour sortir d'une foule. Figurément, ces expressions signifient Se faire une place par tous les moyens.

JOUER signifie, par extension, Se servir d'un instrument de musique, en tirer des sons. Jouer du violon, de la harpe, de la flûte, du hautbois, du piano, de l'orgue, etc. Il joue de toutes sortes d'instruments.

Il signifie, par analogie, en termes d'Arts, Se mouvoir, agir d'une certaine façon, avoir l'aisance et la faculté du mouvement. En ce sens, il se dit surtout des Ressorts, des machines, etc. Ce ressort joue en sens inverse de l'autre. Expliquez-moi la manière dont les pièces de la machine jouent entre elles. Ce ressort joue bien, ne joue point. Cette serrure ne joue pas bien. Faites en sorte que la clef joue mieux dans cette serrure. Cet os joue imparfaitement dans l'emboîture. Ce bois joue, Ce bois se resserre ou se dilate.

Fig., Faire jouer toutes sortes d'influences, Employer tout son pouvoir, tous les moyens dont on peut disposer.

JOUER se dit aussi des Cascades, des jets d'eau, etc., qu'on lâche pour les faire couler ou jaillir. On fit jouer les grandes eaux. Les eaux jouèrent tout le jour.

Il se dit encore d'une Mine que l'on fait sauter, d'une pièce d'artillerie, d'un artifice que l'on fait partir, en y mettant le feu. Faites jouer la mine, le canon. Faites jouer les pétards. On dit, dans un sens analogue, Faire jouer une pompe, La faire aller.

Il se dit aussi, dans cette acception, des Choses morales. Dans ce cas-là, la convention peut jouer. Le traité joue.

JOUER s'emploie aussi transitivement et signifie Se livrer à tel ou tel jeu, avec une ou plusieurs personnes. Jouer une partie de boston. Jouer le piquet. Jouer une partie de tric- trac.

En termes de jeu de Paume, Jouer une balle, Pousser une balle.

Jouer une carte, Jeter une carte. Jouer coeur, jouer carreau, etc., Jouer une carte de ces couleurs.

Jouer le jeu, Jouer suivant les règles du jeu. Vous ne jouez pas le jeu.

Fig. et fam., Jouer bien son jeu, Se comporter adroitement en quelque affaire, savoir bien dissimuler pour arriver à ses fins. Il a bien joué son jeu.

Jouer un jeu, Le savoir bien jouer, le jouer par préférence, être dans l'usage, dans l'habitude de le jouer. Quel jeu jouez-vous? est-ce le boston? est-ce le piquet?

JOUER, transitif
, se dit aussi en parlant de Ce que l'on hasarde au jeu. Jouer gros jeu. Jouer un petit jeu. Jouer deux louis sur une carte. Jouer tant à la partie. Nous ne jouons que dix sous. C'est un homme qui joue tout. Dès qu'il a quelque chose, il va le jouer. Jouer un jeu d'enfer. Voyez ENFER.

Fam., Il jouerait jusqu'à sa chemise, Il jouerait tout ce qu'il a.

Fig. et fam., Jouer gros jeu, S'engager dans une affaire où l'on hasarde beaucoup pour sa réputation, pour sa fortune, pour sa vie.

Fig., Jouer sa vie, S'exposer témérairement.

Fig., Jouer quelqu'un, Le tromper, l'abuser. Il le joue depuis trois ans, en lui faisant espérer cet emploi. Je vois que l'on m'a joué, que je suis joué. Il avait quelque dépit de se voir joué.

On dit également Jouer quelqu'un par-dessous jambe, par-dessous la jambe. Ces expressions sont empruntées au jeu de Paume.

On dit aussi pronominalement Se jouer de quelqu'un, de quelque chose, dans le sens de Regarder quelqu'un ou quelque chose comme négligeable, témoigner qu'on n'en fait point de cas. La fortune se joue des hommes. C'est un homme sans foi, il se joue de ses engagements. Il ne faut pas se jouer ainsi des lois. La nature semble quelquefois se jouer de la science. Se jouer de la vie des hommes.

Se jouer de quelqu'un signifie particulièrement Se moquer de lui, le railler adroitement. Ne voyez-vous pas qu'on se joue de vous? Penserait-il se jouer de moi? On dit dans un sens analogue Ce chat se joue de la souris qu'il a prise, ce tigre se joue de sa proie, etc., lorsqu'il feint à plusieurs reprises de la laisser échapper, pour la ressaisir aussitôt. On dit plus ordinairement aujourd'hui Ce chat joue avec la souris. Il signifie aussi Tromper quelqu'un en lui donnant de belles paroles. Il m'a longtemps fait des promesses, donné des espérances, il se jouait de moi.

Fig. et fam., Jouer un tour à quelqu'un, Lui faire un tour ou malin ou méchant. Il a voulu me jouer un tour auprès d'un tel. On dit aussi Jouer un tour de son métier et, plus souvent, Jouer un tour de sa façon.

JOUER, transitif
, signifie en outre Exécuter un air, un morceau de musique sur un instrument, avec des instruments. Jouer une ouverture à grand orchestre. Jouer un air sur le violon, sur le piano, etc. Écoutez l'air qu'on joue.

Il signifie encore Représenter, et se dit en parlant soit de la Pièce de théâtre qu'on représente, soit du Personnage qu'on est chargé d'y représenter. Jouer une comédie, une tragédie, une farce. Jouer un personnage, un rôle. Jouer les amoureux, les pères nobles, les ingénues, etc. On a joué Andromaque. Un tel a joué le rôle d'Oreste, a joué Oreste. Absolument, Ce comédien joue fort bien. C'est la première fois qu'il joue.

On dit ironiquement dans le sens de Railler quelqu'un, le tourner en ridicule sur le théâtre : C'est un tel qu'on a joué dans cette pièce, sous un nom emprunté. Molière a joué les faux dévots.

Jouer la comédie, Exercer la profession de comédien. On dit plutôt aujourd'hui FAIRE DU THÉÂTRE.

Absolument, Cet acteur a cessé de jouer. Il signifie, par extension, Faire des actions plaisantes pour exciter à rire; et, figurément, Feindre des sentiments qu'on n'a pas, Vous le croyez affligé, il joue la comédie.

Fig., Jouer la douleur, la surprise, etc.; jouer l'affligé, jouer l'homme d'importance, etc., Feindre d'être affligé, d'être surpris, d'être un homme d'importance, etc.

Par extension, Jouer tel rôle, Figurer dans quelque affaire en telle ou telle qualité, ordinairement pour faire ou pour faciliter quelque tromperie. Dans ce prétendu marché, il joua le rôle de vendeur.

Fig., Jouer un rôle, Figurer dans quelque affaire, dans certains événements, y prendre part, soit à son avantage, soit d'une manière fâcheuse, avilissante, etc. Il vit bien qu'il jouait le rôle de dupe. Il a joué là un bien vilain rôle. L'armée joua un rôle dans cette révolution. Il joua un grand rôle dans ces événements. On le dit quelquefois de Choses personnifiées. Le rôle que joue la mémoire dans les opérations de l'entendement. On dit aussi, mais seulement en parlant des Personnes, Jouer un mauvais personnage, un sot personnage, etc.

Jouer un grand rôle signifie quelquefois, plus particulièrement, Faire une grande figure, occuper une grande place dans l'État. On dit, par opposition, Jouer un personnage.

JOUER se dit encore d'une Chose qui en imite une autre, qui en a l'apparence. Ce papier joue le velours. Cette étoffe joue la soie. Cette composition joue le diamant.

4

Anagrammes de jouer

Nombre de lettres :

Mots précédents
joubarbe
joue
jouée

Mots suivants
jouet
joueur,euse
joufflu,e