1

mal, pl.maux

 Définition et Synonymes - Définition Mediadico

mal(adjectif)

Bon gré, mal gré.

Difficultés orthographiques
mourir de male mort.

mal(adverbe)

Difficultés orthographiques
être mal en point( ou mal-en-point).
de mal en pis.
mal à propos.
tant bien que mal.
honni soit qui mal y pense.
cela tombe mal.
malfamé ou mal famé.

Homonymes - paronymes
mot( terme).
mâle( sexe).
malle( valise).

mal, pl.maux(nom masculin)

Ce qui est contraire au bien, ce qui nuit, ce qui fait souffrir.
Ce qui est opposé à l'honnêteté, à la vertu.
Ce qui est défectueux, inconvénient.

Difficultés orthographiques
un mal de dents, des maux de dents.
des maux de tête.
des maux de ventre.
le haut mal.
bon gré, mal gré.
bon an, mal an.

Les synonymes Mediadico de mal :

1 : effort: peine.

Les synonymes Word de mal :

Les synonymes WordNet de mal :

Les antonymes de mal :

bien, vertu


2

Définition du dictionnaire Littré

> MAL, ALE
Prononciation : mal, ma-l' ; au pluriel, maux, qu'on prononce mô ; l'x se lie : des mô-z affreux
Sens 1
Adj. Qui nuit, qui blesse.
Sens 2
S. m. Ce qui nuit, ce qui blesse.
Sens 3
La part de mal qui, aux yeux de l'homme, règne dans l'univers.
Sens 4
Ce qui est contraire à la vertu, à la probité, à l'honneur.
Sens 5
Douleur physique, maladie.
Sens 6
Un furoncle, un clou, un abcès, une tumeur.
Sens 7
Dénomination de diverses maladies ou souffrances.
Sens 8
Nom de diverses affections des animaux.
Sens 9
Mal de vers ou mal de bassine ; mal subtil.
Sens 10
Peine, travail.
Sens 11
Dommage, perte, calamité.
Sens 12
Inconvénient.
Sens 13
Paroles désavantageuses, interprétation défavorable.
Sens 14
Adv. Autrement qu'il ne faut.
Sens 15
Se mettre mal.
Sens 16
Prendre mal.
Sens 17
Se trouver mal.
Sens 18
Être mal avec quelqu'un.
Sens 19
Être mal, être malade.
Sens 20
Être mal, être dans une mauvaise situation ; être mal en, être mal pourvu.
Sens 21
Être mal, n'avoir pas un visage agréable.
Sens 22
Pas mal.
Sens 1
Adj. Qui nuit, qui blesse. Mal est adjectif masculin dans les locutions : bon gré, mal gré ; bon an, mal an.
Il est aussi adjectif dans cette tournure : Il est mal d'acquérir la fortune par des voies illicites.
Il est féminin dans les locutions suivantes (féminin que ne donne pas le Dictionnaire de l'Académie) : la male faim, voy. FAIM et MALEFAIM ; la male heure (voy. HEURE, n° 13) ; la male tache.
Autrefois mal, male était un adjectif pleinement usité ; il ne reste plus, comme on voit, que des traces de cet usage.
Sens 2
S. m. Le mal, ce qui nuit, ce qui blesse ; le contraire du bien (c'est l'adjectif mal pris substantivement).
Un mal d'opinion, un mal qui n'est mal que dans l'opinion, dans l'imagination des hommes.
Les maux d'imagination, les maux qui ne sont pas réels.
Faire du mal, nuire, infliger quelque chose qui fasse souffrir.
Vouloir du mal à quelqu'un, souhaiter que du mal lui arrive, être irrité contre lui.
On dit dans le même sens : vouloir mal, ou, en renforçant, vouloir mal de mort.
Il vous en prendra mal, mal vous en prendra, cela vous causera du mal, du dommage.
Sens 3
Absolument. Le mal, la part de mal qui aux yeux de l'homme règne dans l'univers. Les philosophes ont cherché longtemps la cause du mal. La religion de Zoroastre attribue le mal à un mauvais principe qui partage la souveraineté du monde avec le principe de bien.
Terme de philosophie. Mal métaphysique, imperfection de nature qui tient à l'essence des choses.
Mal physique, les souffrances, les maladies, la mort.
Mal moral, crime et péché. e qui est contraire à la vertu, à la probité, à l'honneur. La science du bien et du mal.
Induire quelqu'un à mal, le porter au vice, au péché, au crime.
Mettre une femme à mal, la séduire.
Mettre à mal, se dit aussi, en général, pour corrompre.
Penser, songer à mal, avoir quelque intention maligne ou mauvaise.
Il n'y a pas de mal à, on ne pèche pas en.
Il n'y a pas de mal entre eux, se dit pour exprimer que les relations d'un homme et d'une femme sont tout à fait innocentes.
Familièrement. Faire du mal, commettre quelque action contraire à la morale.
Sens 5
Douleur physique, maladie.
Particulièrement, les maux, petites souffrances continuelles, par opposition à maladie.
Maux de nerfs, souffrances indéterminées, synonyme de vapeurs, hypocondrie, etc.
Mal de tête, douleur qu'on éprouve à la tête, céphalalgie.
Mal du pays, maladie du pays, la nostalgie.
Chaud mal, la fièvre chaude, le transport au cerveau.
Fig. Tomber de fièvre en chaud mal, tomber d'un petit accident en un plus grand, voir empirer sa condition.
Allez, Dieu vous garde de mal, se dit à quelqu'un que l'on congédie, que l'on reconduit.
Faire mal à, causer de la douleur, de la maladie.
Faire mal se dit aussi de la partie qui est douloureuse. Le doigt me fait mal. Le genou m'a fait mal toute la nuit.
Se faire mal, se blesser. Elle s'est fait mal au doigt.
Sens 6
Familièrement, un mal, un furoncle, un clou, un abcès, une tumeur.
Sens 7
Mal joint à une autre qualification sert à dénommer diverses maladies ou souffrances.
Mai des ardents, maladie qui paraît avoir été une affection gangréneuse, caractérisée surtout par des destructions de la peau et des membres ; cette affection a régné à diverses reprises d'une manière épidémique, pendant le moyen âge.
Mal d'aventure, nom donné à de petits abcès qui surviennent près d'un des ongles de la main.
On donne aussi aux panaris le nom de mal d'aventure.
Mal caduc, mai Saint-Jean, mal sacré, haut mal, l'épilepsie.
Mal chimique, nom donné par les ouvriers à la nécrose de la mâchoire inférieure causée par le travail prolongé dans les fabriques d'allumettes phosphorées ou allumettes chimiques.
Mal de coeur, envie de vomir, nausées.
Mal de coeur, maux de coeur, symptôme de grossesse.
Fig. Mal de coeur, dégoût de quelque chose ou de quelqu'un.
Mal d'enfant, les douleurs d'une femme qui accouche.
Mal de Fiume ou scherlievo, voy. ce mot.
Mal français, voy. mal de Naples.
Mal de gorge des prédicateurs, angine glanduleuse ou granuleuse.
Mal de mâchoire, nom vulgaire donné au trismus.
Mal de mer, indisposition à laquelle beaucoup de personnes sont sujettes lorsqu'elles vont sur mer, et qui est caractérisée par des désordres d'estomac.
Mal de mère, l'hystérie.
Mal de misère, nom donné par quelques médecins à la pellagre.
Mal de montagne, l'ensemble des phénomènes qui se manifestent lors de l'ascension sur les hautes montagnes.
Mal de mort, nom d'une espèce de lèpre, dans laquelle les parties affectées prenaient une couleur livide et semblaient dans un état complet de mortification.
Mal de Naples, nom que les Français donnent à la syphilis, parce que des soldats l'apportèrent, dit-on, autrefois du siége de Naples, vers la fin du XVe siècle ; les Italiens, au contraire, qualifient cette maladie de mal français.
Mal de rose ou mal des Asturies, sorte de pellagre, ainsi dite parce qu'elle donne une teinte rouge à la peau et qu'elle règne dans les Asturies.
Mal rouge de Cayenne, espèce d'éléphantiasis.
Mal Saint-Antoine, sorte d'érésipèle.
Mal Saint-Jean, la chorée. Mal Saint-Lazare, l'éléphantiasis.
Mal Saint-Main, nom donné tantôt à la gale, tantôt à la lèpre.
Mal de Saint-Roch, maladie des paveurs et tailleurs de pavés de Paris et de Fontainebleau, et qui provient de l'introduction de la poussière du grès dans les poumons.
Mal de Siam, nom donné à la fièvre jaune, parce qu'on a cru que, dans le XVIIe siècle, elle avait été apportée de Siam dans les îles de l'Amérique ; ce qui est une erreur.
Mal vénérien, la syphilis.
Populairement. Avoir du mal, avoir la syphilis. Donner du mal, gagner du mal, communiquer la syphilis, être atteint de syphilis.
Mal vertébral de Pott, carie d'une ou de plusieurs vertèbres, ainsi appelée parce que Pott, chirurgien anglais, en a donné une excellente description.
Sens 8
Mal est employé dans le langage des vétérinaires pour désigner diverses affections des animaux.
Mal d'âne, crevasses qu'on remarque souvent autour de la couronne du sabot des bêtes chevalines, de l'âne surtout, lorsque ces animaux sont atteints d'eaux aux jambes.
Mal de bois ou mal de brout, maladie qui attaque les bestiaux qu'on mène paître, au printemps, dans les bois.
Mal de cerf, maladie du cheval qui ne paraît pas différer du tétanos.
Mal d'encolure, nom générique des blessures de la partie supérieure de l'encolure produites par des contusions ou des frottements répétés.
Mal de feu ou mal d'Espagne, hépatite aiguë des animaux, accompagnée d'inflammation des méninges. On l'appelle aussi vertige idiopathique.
Mal de foie, nom vulgaire qui a été donné à la pourriture du mouton ou cachexie aqueuse.
Mal de garrot, meurtrissure ou blessure faite au garrot du cheval.
Mal de pied, nom vulgaire donné au piétin.
Mal de rognon, contusion sur les apophyses épineuses des dernières vertèbres dorsales et des vertèbres lombaires, chez les bêtes chevalines.
Mal de taupe, tumeur qui survient à la région de la nuque chez le cheval, et même chez le boeuf, où elle porte le nom d'écrouellet.
Mal de tête de contagion, nom donné tantôt à l'anasarque, tantôt à la morve gangréneuse chez le cheval.
Sens 9
Terme de magnanerie. Mal de vers ou mal de bassine, affection observée dans les fabriques où l'on dévide les cocons de soie.
Terme de fauconnerie. Mal subtil, espèce de phthisie qui attaque les oiseaux de proie.
Sens 10
Peine, travail. Il a eu bien du mal à l'armée.
Se donner du mal, prendre de la peine. Il s'est donné beaucoup de mal pour faire réussir cette affaire.
Fig. Avoir du mal, bien du mal à faire une chose, la faire avec répugnance, avec chagrin. Il a eu bien du mal à vous quitter.
Sens 11
Dommage, perte, calamité. La gelée a fait beaucoup de mal aux vignes.
Sens 12
Inconvénient.
Il n'y a que demi-mal, le mal est peu considérable.
Sens 13
Paroles désavantageuses tenues sur quelqu'un ou quelque chose ; et aussi interprétation défavorable donnée à quelque chose. C'est un homme qui prend tout en mal. La médisance tourne en mal les paroles innocentes. Pourquoi expliquer en mal ce qui est dit indifféremment ?
On lit dans la Bruyère, VIII : Pensant mal de tout le monde, il n'en dit de personne. Il serait plus correct de dire : Pensant du mal de tout le monde.
Sens 14
Mal, adv. Autrement qu'il ne faut.
Mal, dans un sens négatif.
Mal fait, dont le corps est mal fait, qui a mauvaise tournure.
Substantivement.
On écrit quelquefois en un seul mot : malfait.
Faire mal, exécuter d'une manière défectueuse. Il fait mal tout ce qu'il fait.
C'est mal dire, c'est s'exprimer d'une façon inexacte.
Cote mal taillée, voy. COTE.
Terme de blason. Mal taillé, se dit des pièces grossièrement dessinées.
Terme de chasse. Un animal est mal mené lorsqu'il a beaucoup couru et qu'il est sur ses fins.
Mal à l'aise, incommodé tant au physique qu'au moral. Mal à l'aise en présence d'une personne qu'il avait offensée.
Sens 15
Se mettre mal, s'habiller sans goût, voy. METTRE.
Sens 16
Prendre mal une chose, s'en offenser. Il a mal pris la réponse qu'on lui a faite.
Prendre mal un passage, n'en pas saisir le véritable sens.
Parler mal, dire du mal.
Sens 17
Se trouver mal, tomber en faiblesse, en défaillance, et aussi éprouver du malaise.
Se trouver mal d'une chose, en éprouver du dommage, de l'inconvénient.
Mal en point, voy. POINT.
Sens 18
Être mal avec quelqu'un, être brouillé avec lui.
Mettre quelqu'un mal avec, le brouiller avec.
Se mettre mal avec quelqu'un, se brouiller avec lui. Être mal en cour, n'avoir pas la faveur du prince.
Fig.
N'être pas mal avec une dame, se dit dans un style cavalier pour faire entendre qu'on a touché son coeur.
Sens 19
Être mal, être extrêmement malade.
Être très mal, être en grand danger.
Être au plus mal, être dans un état désespéré.
Sens 20
Être mal, être dans une mauvaise situation ; se mettre mal, se mettre dans une mauvaise situation.
Être mal en, être peu pourvu de.
Être mal en, signifie aussi que ce qu'on a est mauvais. Il est mal en femme.
Sens 21
Dans le langage familier, être mal se dit pour exprimer que le visage est laid, que la tournure est laide. Cette jeune fille est mal. Cette jeune fille n'est pas mal.
On le dit aussi des choses. Ce vin n'est pas mal. Ce thème n'est pas mal.
Sens 22
Pas mal, se dit familièrement pour approuver quelque chose. Pas mal, vraiment.
Dans le langage familier, pas mal signifie aussi en assez bon nombre, en assez grande quantité. Il n'y avait pas mal de curieux à ce spectacle.
PROVERBES
Mal vit qui ne s'amende pas, c'est-à-dire il vient un temps où il faut se résoudre à changer de vie.
Mal sur mal n'est pas santé, se dit en parlant de plusieurs afflictions et infortunes qui arrivent coup sur coup.
Chacun sent son mal, se dit en se plaignant de quelque affliction secrète dont on ne veut pas dire la cause, et aussi en signifiant qu'on se fait seul idée du mal qu'on ressent.
Aux grands maux les grands remèdes.
Mal d'autrui n'est que songe, c'est-à-dire on est bien moins touché du mal d'autrui que du sien propre.
REMARQUE
Avec un participe présent, le participe s'accorde si mal est devant, et reste invariable si mal est après. Des personnes mal pensantes ; des personnes pensant mal.
HISTORIQUE
Xe s.
XIe s.
XIIe s.
XIIIe s.
XIVe s.
XVe s.
XVIe s.
ÉTYMOLOGIE
Wallon, mâ, mau ; bourguig. maul : quique maule foteugne, quelque mauvaise fortune ; mau, un mal ; picard, mau : Berry, c'est une male affaire ; mau, un mal ; provenç. mal, mau ; espagn. mal ; portug. mão, et adv. mal ; ital. malo, et adv. mate ; du lat. malus. Il y a dans le sanscrit mala, sale, avare, malina, sale, noir, mauvais ; ces sens conduisent à malus ; le sens primitif est noir, sale ; il y faut donc rattacher le terme grec qui signifie noir.
SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE
MAL. Ajoutez :
Sens 23
Mal à pied, voy. MAL-À-PIED au Supplément.
HISTORIQUE
XVIe s. Ajoutez :
3

Dictionnaire de L'académie française (8 ème édition)

> MAL
(Pluriel : MAUX.) n. m.
Ce qui est contraire au bien, ce qui est mauvais, nuisible, désavantageux, préjudiciable, etc. Le mal et le bien. Dieu dispense les biens et les maux. La vie est un enchaînement de biens et de maux. Mal physique. Mal moral. Il a souffert tous les maux du corps et de l'âme. Rendre le bien pour le mal. Faire du mal, souhaiter du mal à quelqu'un. Vouloir du mal. Je ne lui veux ni bien ni mal. Ce petit événement a causé un grand mal. Prévenir, arrêter, faire cesser, réparer le mal. Dieu vous garde, vous préserve du mal. Si vous le fréquentez, mal vous en prendra. De deux maux il faut choisir le moindre. Il a eu plus de peur que de mal. Un mal imaginaire, Un mal qui n'existe que dans l'imagination.

Prov., Mal d'autrui n'est que songe. Voyez AUTRUI.

MAL signifie aussi Ce qui est contraire à la vertu, à la probité, à l'honneur. Il est enclin au mal. Un enfant porté à faire le mal. Il vaut mieux prévenir le mal que d'être réduit à le punir. Faire le bien et le mal sans discernement. Il y a du mal, il n'y a pas de mal, il n'y a pas grand mal à cela. Quel mal y a-t-il à cela? La science du bien et du mal. Avoir le génie du mal.

Mettre une femme à mal, Rendre une femme enceinte par violence ou par séduction.

Penser à mal, Avoir quelque intention maligne ou mauvaise. J'ai dit cela sans penser à mal.

MAL signifie encore Douleur physique, maladie. Vous me faites mal. Avoir mal à la tête, un grand mal de tête, de continuels maux de tête. La tête me fait mal. Mal aux yeux. Mal d'yeux. Mal aux dents. Mal de dents. Avoir mal à l'estomac, mal au ventre, mal à la jambe. Où a-t-il pris ce mal? Mal de Pott. Ce remède guérit bien des maux. Où avez-vous mal? Ce mal m'a pris tout à coup, est venu subitement. Ce mal s'en ira comme il est venu. Quelquefois, le remède est pire que le mal.

Mal d'enfant, Les douleurs d'une femme qui accouche. Être en mal d'enfant.

Mal caduc, haut mal. Voyez CADUC, HAUT.

Mal de mer. Voyez MER.

Mal de coeur. Voyez COEUR.

Mal de montagne. Voyez MONTAGNE.

Mal du pays. Voyez PAYS.

Prov., Aux grands maux les grands remèdes. On le dit au propre et au figuré.

MAL signifie aussi Peine, travail, difficulté. On a trop de mal dans cette maison. Il a bien du mal à gagner sa vie. Il se donne bien du mal pour nourrir sa famille.

Fig., Avoir du mal, bien du mal à faire une chose, La faire avec répugnance, avec chagrin. Il a eu bien du mal à vous quitter.

MAL signifie en outre Dommage, perte. La gelée a tout perdu, il y a encore plus de mal que l'on ne croit. Il n'y a que demi-mal.

MAL signifie, dans plusieurs locutions, Propos désavantageux tenu sur quelqu'un, ou Interprétation défavorable et fausse donnée à quelque chose. Dire du mal de son prochain. Il a dit beaucoup de mal de moi. C'est un homme qui prend tout en mal. Il a tourné en mal les choses obligeantes qu'on lui disait.

MAL s'employait autrefois aussi comme adjectif. La male peste vous étouffe.

Il est employé encore ainsi dans Bon gré mal gré et Bon an, mal an.

> MAL
adv.
De mauvaise manière, autrement qu'il ne faut, qu'il ne convient, qu'on ne désirerait. Cette affaire va mal. Il a mal fait ses affaires. Il a mal réussi. Que cette lettre est mal tournée! J'ai mal entendu. Il chante, il écrit, il parle mal. Il tient mal à cheval. Il est mal dans ses affaires. Mal vu, mal pensé, mal dit, mal interprété. Cela est arrivé mal à propos. De mal en pis, D'un état mauvais à un autre plus mauvais.

Prendre mal une chose, S'en offenser. Il a mal pris la réponse qu'on lui a faite.

Se trouver mal, Tomber en faiblesse, en défaillance. Il signifie aussi Éprouver du malaise; comme on dit, dans un sens contraire, Se trouver bien.

Se trouver mal d'une chose, En éprouver du dommage, de l'inconvénient. Il s'est mal trouvé de n'avoir pas suivi votre conseil.

Se mettre mal, S'habiller sans goût.

Se mettre mal avec quelqu'un, Se brouiller avec lui.

Être mal avec quelqu'un, Être brouillé avec lui.

Pas mal se dit familièrement pour marquer l'approbation. Pas mal! pas mal! Continuez!

Il est aussi employé comme adjectif invariable dans les expressions suivantes : Être mal, Être sérieusement malade; Être fort mal, Être en danger de mort. Substantivement, être au plus mal, Être dans un état désespéré.

Dans le langage familier, Être mal, N'être pas mal se dit en parlant du Visage, de la tournure, des manières. Cette jeune fille n'est pas mal. Comme ce jeune homme est mal!

4

Anagrammes de mal, pl.maux

Nombre de lettres :
5

Usages de mal, pl.maux

mal, pl.maux


1 :

Mal nécessaire, intolérable, insupportable, incurable, fou.
Mal( extrêmement) douloureux, visible, invisible.
Mal vertébral, blanc, français, napolitain, physique, moral.
Mal de mer, de gorge, tête, de dents, d' oreilles, de ventre.
Mal de chien.
Mal de l' air, du pays, du siècle.
Mal des transports, des montagnes, des hauteurs.
Mal des rayons.
Mal à la tête, à la gorge, au ventre, aux oreilles, aux dents.
Mal au coeur, aux cheveux.
Mal sans gravité.
Mal qu‘ on se donne pour faire quelque chose.
Mal qui empire, se détériore, s' aggrave, menace, gangrène.
Mal qui s‘ étend, disparaît.
Mal qui tend à se généraliser.
Mal qui gagne du terrain.
Mal qui atteint quelqu‘un.
Mal qui arrive à quelqu‘un.
Maux qui l' accablent.
Maux qui frappent l‘ humanité.
Maux qui nous assiègent, assaillent.
Le mal est fait.
Le mal qui le dévore.
Violents maux.
Esprit, Démon, incarnation du mal.
Recherche du mal.
Arbre de la science du Bien et du Mal.
Problème philosophique du Mal, de l‘ existence du Mal.
Effets, progression, cause, siège, durée, comble d‘ un mal.
Changement en mal.
Goût pour le mal.
En mal de sujet, d‘ imagination, de copie.
Sans penser, songer à mal.
Tant bien que mal.
Quel mal y a-t-il à cela ?
Aux grands maux les grands remèdes.
De deux maux, il faut choisir le moindre.
Le remède est pire que le mal.
Honni soit qui mal y pense.
Notre Père qui es aux cieux, délivre-nous du mal.
C' est un mal nécessaire.
Cela me fait mal d‘ entendre, de voir cela !
Ça me ferait bien mal si c' était vrai !
Ça va faire mal !
Il ne ferait pas de mal à une mouche.
Il n' y a pas de mal !
Il n' y a pas eu de mal !
On n‘ a rien sans mal.
Accabler d‘ un mal.
Accuser quelqu‘un de tous les maux.
Aggraver un mal.
Anticiper un mal.
Apaiser un mal.
Attaquer le mal à sa racine.
Atténuer un mal.
Attribuer un mal à quelque chose.
Avoir mal.
Avoir mal quelque part.
Avoir mal partout.
Avoir du mal à faire quelque chose.
Avoir un mal de chien( ou un mal) pour faire quelque chose.
Avoir eu plus de peur que de mal.
Banaliser un mal.
Calmer un mal.
Changer en mal.
Combattre un mal.
Commettre le mal.
Contracter un mal.
Couper le mal à la racine.
Délivrer quelqu‘un d‘ un mal.
Désirer le mal.
Diagnostiquer un mal.
Dire du mal de quelqu‘un ou de quelque chose.
Dire de quelqu‘un le mal qu‘ on sait sur son compte.
Distinguer le bien du mal.
Engendrer un mal.
Être en mal de quelque chose.
Être atteint, frappé, soulagé, débarrassé d‘ un mal.
Être accusé de tous les maux.
Être sensible au mal de mer.
Être souillé par le mal.
Être partagé entre le Bien et le Mal.
Éviter un mal.
Exacerber un mal.
Exaspérer un mal.
Extirper un mal.
Faire mal.
Faire le mal.
Faire du mal à quelqu‘un.
Faire quelque chose sans penser( ou songer) à mal.
Faire disparaître des maux.
Garder quelqu‘un d‘ un mal.
Guérir un mal.
Imputer un mal à quelqu‘un.
Induire quelqu‘un au mal.
Inspirer le mal.
Mettre à mal quelqu‘un.
N‘ y voir aucun mal.
Obvier à un mal.
Parer à un mal.
Penser du mal de quelqu‘un.
Pousser au mal.
Prendre mal.
Prendre du mal.
Prendre quelque chose en mal.
Préserver quelqu‘un d‘ un mal.
Rendre le mal pour le mal.
Rendre quelqu‘un responsable d‘ un mal.
S‘ armer contre un mal.
S‘attaquer à un mal.
Se complaire dans le mal.
Se donner du mal.
Se donner un mal de chien( ou un mal fou) pour quelqu‘un.
Se donner un mal de chien( ou un mal fou) pour faire quelque chose.
Se faire mal.
Se faire mal quelque part.
Se faire du mal.
Se protéger contre un mal.
Se tirer sans mal de quelque chose.
Se trouver mal.
Souffrir d‘ un mal.
Tourner quelque chose en mal.
Tourner tout en mal.
Voir le mal partout.
Vouloir du mal à quelqu‘un.


6

Mots Proches de mal, pl.maux

Mots précédents
maki
makila
makimono

Mots suivants
mal de Pott
malabar
malabsorption