1

n

 Définition et Synonymes - Définition Mediadico

n(nom masculin invariable)

Consonne, quatorzième lettre de l'alphabet.
N: symbole de l'azote, du newton.
N: abréviation de "nord".

2

Définition du dictionnaire Littré

> N
Prononciation : èn'. Il est masculin dans la nouvelle épellation, et alors il se prononce ne
s. f.
Sens 1
Consonne, la quatorzième lettre de l'alphabet. Une grande N.
Sens 2
N majuscule, avec un point, s'emploie, dans des actes, des récits, pour tenir la place du nom d'une personne qui est inconnue ou que l'on ne veut pas désigner, ou bien d'un nom que le lecteur devra remplacer.
N. S. signifie Notre-Seigneur (Jésus-Christ). N. D. signifie Notre-Dame (la sainte Vierge).
Sens 3
En astronomie et marine, N marque le nord, ou signifie : qui est au nord ; N. E. nord-est ; N. O. nord-ouest ; N. N. E. nord-nord-est, etc.
Sens 4
En chimie, N désigne le nitrogène ou azote.
Sens 5
N° indique, dans les formules médicales, la quantité numérique de la substance prescrite. Ainsi : éther, gouttes n° XX, signifie vingt gouttes d'éther.
Sens 6
N. ou N. B., abréviation des mots latins nota ou nota benè [remarquez, remarquez bien], s'écrit en tête d'une remarque, d'une note.
Sens 7
N simple ou surmontée d'une couronne, sur les monnaies et les monuments de l'empire français, signifie Napoléon.
Sens 8
En termes d'imprimerie, on met n pour lettre, parce qu'on se sert de l'n pour mesure moyenne. Il y a 1200 n à la page de ce volume.
Sens 9
N est la marque de l'ancienne monnaie de Montpellier.
Sens 10
Les jurisconsultes romains usaient de cette abréviation, N. L. pour signifier non liquet, c'est-à-dire que la chose en question ne leur paraissait pas évidente.
HISTORIQUE
XIIIe s.
XVIe s.
ÉTYMOLOGIE
Latin, n ; grec, mot composé des deux lettres grecques suivantes : nu et upsilon (upsilon avec un accent) ; du noun phénicien.
SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE
N.-W. (nor-ouèst), s. m. La partie nord-ouest d'un pays. M. Hébert est un des hommes qui connaissent le mieux les terrains du N., -W., de la France (on écrit maintenant ainsi nord-ouest en français, depuis la convention météorologique de Vienne),... G. POUCHET, le Siècle, 20 fév. 1876.
HISTORIQUE
XVIe s.
3

Dictionnaire de L'académie française (8 ème édition)

> N
n. f.
La quatorzième lettre de l'alphabet. Une N. Elle représente une des consonnes.

Quand N, à la fin d'un mot ou devant une consonne, est précédée de A, E, I, O, U, Y, elle forme généralement avec cette lettre une voyelle nasale, et, par suite, ne se prononce pas séparément, comme dans Ban, Bien, Chacun, Donc, Encan, Indice, Lynx, etc. Elle ne forme pas de voyelle nasale, et, par conséquent, se prononce séparément dans certains mots d'origine étrangère, tels que Hymen, Amen, Abdomen, Éden, etc.

Quand N est redoublée, le plus souvent la seconde N seule se prononce, comme dans Année, Connaître, Donner, Ennemi, Innocent, etc. Parfois, cependant, les deux N se prononcent, comme dans Connexe, Inné, etc. Quand N est redoublée après le préfixe En, la première N forme avec l'E une voyelle nasale, et la seconde se prononce, comme dans Ennoblir; on dit de même Ennui.

N précédée de G forme ce qu'on appelle l'N mouillée, qui se prononce comme dans Montagne, Régner, Vigne. Toutefois, les deux lettres se prononcent indépendamment dans certains mots empruntés du latin ou du grec, tels que Igné, Diagnostic.

N majuscule, suivie d'un point, sert encore à une désignation générale et indéterminée de personne dans les livres de piété. Seigneur, inspirez et dirigez vous-même notre Saint-Père le Pape N., notre Évêque N. et généralement tous ceux qui font profession de la Foi catholique, apostolique et romaine. Prions pour vos bienfaiteurs N. et N.

N minuscule se dit, dans le langage mathématique, pour exprimer un Nombre indéterminé.

Mots précédents
myxome
myxomycète
myxorrhée

Mots suivants
N.B.C.
n.d.l.r.
na