1

reprendre

 Définition et Synonymes - Définition Mediadico

reprendre(verbe intransitif, verbe pronominal, verbe transitif)

Les synonymes Mediadico de reprendre :

Les synonymes Word de reprendre :

Les synonymes WordNet de reprendre :

Les antonymes de reprendre :

abandonner, cesser


2

Définition du dictionnaire Littré

> REPRENDRE
Prononciation : re-pran-dr'
v. a.
Il se conjugue comme prendre.
Sens 1
Prendre de nouveau.
Sens 2
Prendre de nouveau, en parlant de boissons, d'aliments.
Sens 3
Être saisi de nouveau par des sentiments, des passions.
Sens 4
Fig. Il se dit des maladies, des maux qui s'emparent de nouveau d'un patient.
Sens 5
Rentrer en possession.
Sens 6
Prendre, ôter ce qu'on avait donné.
Sens 7
Rétracter.
Sens 8
Rejoindre quelqu'un pour l'emmener. Ramener chez soi, faire rentrer au logis.
Sens 9
Continuer ce qui avait été interrompu.
Sens 10
Récapituler, résumer.
Sens 11
Se mettre à.
Sens 12
Remettre au théâtre.
Sens 13
En maçonnerie, reprendre un mur.
Sens 14
Rejoindre les parties rompues d'une étoffe, d'une toile, d'un bas.
Sens 15
Reprendre, en termes de marine.
Sens 16
Recouvrer, avec un nom de personne pour sujet ; avec un nom de chose pour sujet.
Sens 17
Censurer.
Sens 18
V. n. Reprendre, en termes de manége et de chasse.
Sens 19
Reprit-il, il reprit, dans un dialogue.
Sens 20
Attaquer de nouveau, en parlant de maladies.
Sens 21
Prendre de nouveau racine, après avoir été transplanté
Sens 22
Se joindre, en parlant des chairs, des plaies.
Sens 23
Se rétablir d'une maladie.
Sens 24
Regagner de l'activité, de la prospérité, en parlant de choses.
Sens 25
Ce drame a repris.
Sens 26
Recommencer, revenir.
Sens 27
Se glacer de nouveau.
Sens 28
Revenir sur.
Sens 29
V. réfl. Se reprendre, être pris de nouveau.
Sens 30
Se rejoindre, se refermer, en parlant de plaies, de chairs.
Sens 31
Lier de nouveau amitié.
Sens 32
Concevoir de nouveau de l'attachement pour.
Sens 33
Se corriger, se rétracter de quelque chose qu'on a mal dit.
Sens 34
En style de mystique, réfléchir sur les besoins et sur les actes que Dieu nous commande.
Sens 1
Prendre de nouveau. Reprendre sa place.
Fig.
Reprendre un navire, enlever à l'ennemi un bâtiment dont il s'était emparé. Reprendre son poste, y revenir.
Reprendre un chemin, y rentrer après l'avoir quitté.
Reprendre le chemin de, retourner à.
Fig. Reprendre le dessus, regagner l'avantage perdu.
Reprendre le dessus, signifie aussi se rétablir d'une longue maladie.
Reprendre terre, mettre le pied sur la terre, en parlant d'un nageur qui arrive à l'endroit où l'eau n'est plus profonde.
Fig.
Familièrement. On ne m'y reprendra plus, je ne m'exposerai plus au même danger, au même ennui.
On dit par forme de menace : que je ne vous y reprenne plus ; que je vous y reprenne.
Sens 2
Prendre de nouveau, en parlant de boissons, de potions, d'aliments. Il a repris médecine. Il est obligé de reprendre du sulfate de quinine. On nous rend [à nous chiens de qualité] le morceau de sucre, Les chats reprennent leur café, BÉRANG. Requête
Sens 3
Fig. Être saisi de nouveau par des sentiments, des passions.
Reprendre courage, redevenir courageux.
Reprendre courage, signifie aussi sortir de son abattement, se ranimer.
Sens 4
Fig. Il se dit des maladies, des maux, qui s'emparent de nouveau d'un patient. La goutte l'a repris.
Sens 5
Rentrer en possession. Ne plaidez pas contre ce malheureux, il n'y a rien à reprendre sur lui. Il laisse de grands biens, mais sa veuve a beaucoup à reprendre sur sa succession.
Fig.
Sens 6
Prendre ce qu'on avait donné.
Reprendre sa parole, retirer la promesse qu'on avait donnée.
Sens 7
Reprendre quelque chose à quelqu'un, ou, simplement, reprendre quelque chose, rétracter quelque chose, ce qu'on a dit de quelque chose.
Sens 8
Rejoindre quelqu'un pour l'emmener.
Ramener chez soi, faire rentrer au logis, auprès de soi. La jeune demoiselle restera chez vous, jusqu'à ce que sa mère la reprenne.
Sens 9
Continuer ce qui avait été interrompu. Reprenons notre lecture. Reprendre une instance, continuer un procès qui avait été interrompu.
Sens 10
Récapituler, résumer.
Reprendre une chose, une histoire de plus haut, la raconter en commençant d'un temps plus éloigné.
Reprendre les choses de plus haut, remonter à des principes généraux, à des vérités antérieures.
Sens 11
Se mettre à.
Reprendre la parole, se remettre à parler.
Sens 12
Reprendre une tragédie, une comédie, etc. la remettre au théâtre.
Sens 13
Terme de maçonnerie. Reprendre un mur, le réparer, en en fermant les crevasses.
Reprendre un mur sous oeuvre, en sous-oeuvre, par-dessous oeuvre, en rétablir les parties inférieures, en soutenant le reste par des étançons.
Fig. Reprendre sous oeuvre un projet, un ouvrage, y travailler sur le même plan, mais avec certaines modifications.
Sens 14
Reprendre une étoffe, une toile, un bas, en rejoindre les parties rompues.
Terme de couture. Reprendre une maille, c'est refaire à l'aiguille celle qui a manqué et ainsi la rejoindre avec celles qui la suivent.
Se dit aussi, au tricot, d'une maille tombée que l'on rattrappe en la remontant jusqu'au tour où elle manque.
Sens 15
Terme de marine. Reprendre un hauban, un palan, remonter l'amarrage du cap de mouton ou de la poulie, de manière à pouvoir tendre davantage le hauban ou faire marcher plus loin la moufle.
Reprendre une manoeuvre, la raccourcir lorsqu'elle a trop allongé.
Reprendre la tournevire, en lever les tours du bas en haut de la fusée d'un cabestan, lorsqu'ils tendent à se croiser par de nouvelles révolutions.
Sens 16
Recouvrer, avec un nom de personne pour sujet.
Reprendre ses esprits, reprendre ses sens, revenir à soi.
Reprendre son haleine, recommencer à respirer après une interruption.
Fig. Reprendre haleine, se reposer afin d'être en état de se remettre à une action, à un travail quelconque.
Reprendre se dit des animaux qui reviennent à leur ancien état.
Il se dit des choses. Cette manufacture a repris un peu d'activité.
Sens 17
Censurer quelqu'un parce qu'on juge qu'il a fait ou dit quelque chose mal à propos.
Il se dit aussi des choses que l'on censure.
Absolument.
Être repris de justice, avoir subi une condamnation en justice.
Fig. Avec un nom de chose pour sujet, corriger, servir d'instruction.
Sens 18
V. n. Terme de manége. Se dit d'un cheval qui repart après un demi-arrêt.
Il se dit d'un cheval qui cesse, au galop, d'entamer avec la même jambe, et qui entame avec l'autre ; ce qui se dit aussi changer de pied. Votre cheval reprend bien.
Terme de chasse. Ce chien reprend bien, il retrouve bien la voie.
Sens 19
Reprit-il, il reprit, expressions qui, dans un dialogue, indiquent qu'on fait parler de nouveau l'un des interlocuteurs.
Sens 20
Attaquer de nouveau, en parlant des maladies.
Il se dit aussi de sentiments, de passions.
Sens 21
En parlant des végétaux, prendre de nouveau racine, après avoir été transplanté. Cet arbre a bien repris.
On dit également : Cette greffe a bien repris.
Sens 22
En parlant des chairs, des plaies, se rejoindre, se refermer. Les chairs ont repris. La plaie commence à reprendre.
Sens 23
Se rétablir d'une maladie. Le malade commence à reprendre.
Sens 24
Regagner de l'activité, de la prospérité, en parlant de choses. Le commerce reprend.
Sens 25
Ce drame a repris, il s'est relevé après avoir été mal accueilli.
Sens 26
Recommencer, revenir. Le froid reprend. Cette mode a repris.
Sens 27
Se glacer de nouveau. La rivière a repris.
Sens 28
Reprendre sur, revenir sur.
Reprendre, v. n. se conjugue avec avoir quand on veut marquer l'action : La rivière a repris hier ; avec le verbe être, quand on veut marquer l'état : La rivière est reprise depuis hier.
Sens 29
Se reprendre, v. réfl. Être pris de nouveau.
Sens 30
En parlant des chairs, des plaies, se rejoindre, se refermer. La plaie se reprend. Les chairs se sont déjà reprises.
Sens 31
Lier de nouveau amitié.
Sens 32
Concevoir de nouveau de l'attachement pour.
Sens 33
Se corriger, se rétracter de quelque chose qu'on a mal dit. Il a mal prononcé d'abord, mais il s'est repris.
Sens 34
Terme des mystiques. Se reprendre soi-même, réfléchir sur ses besoins et sur les actes que Dieu nous commande ; ce que les mystiques interdisent.
HISTORIQUE
XIIe s.
XIIIe s.
XIVe s.
XVe s.
XVIe s.
ÉTYMOLOGIE
Bourguig. reprare ; wallon, ripreind ; provenç. reprendre, reprehendre, reprenre, repenre ; catal. rependrer ; espagn. reprender ; portug. reprehender ; ital. riprendere ; du lat. reprehendere, de re et prehendere (voy. PRENDRE).
3

Dictionnaire de L'académie française (8 ème édition)

> REPRENDRE
(Il se conjugue comme PRENDRE.) v. tr.
Prendre de nouveau. Reprendre les armes. Reprendre un prisonnier qui s'était échappé, un oiseau qui s'était envolé. Reprendre une ville sur l'ennemi qui s'en était emparé. Reprendre à son service un ancien domestique. Cet homme a repris sa femme après une longue séparation. Après son exil, il reprit sa place au Sénat. Il a repris ses habits d'été, d'hiver. Il a repris médecine. Reprendre du pain, de la viande. La fièvre l'a repris. Reprendre la parole. Il a repris du service. Reprendre racine.

Reprendre un chemin, Y rentrer après l'avoir quitté. Nous reprîmes le chemin à tel endroit.

Reprendre la mer, Naviguer de nouveau.

Reprendre pied, Retrouver le fond de l'eau avec les pieds, après l'avoir perdu.

Fig., Reprendre le dessus, Regagner l'avantage qu'on avait perdu. Il signifie aussi Se rétablir après une grave maladie. Il a bien repris le dessus.

Fam., On ne m'y reprendra plus, Je me garderai de m'exposer de nouveau au même danger, au même ennui. On dit par forme de menace : Que je ne vous y reprenne plus! Que je vous y reprenne!...

REPRENDRE signifie aussi Prendre ce qu'on avait donné. Reprenez votre cadeau, je ne puis l'accepter. Reprenez le mandat que vous m'avez confié.

Reprendre une marchandise, Accepter qu'on vous la rende et en annuler la vente.

Fig., Reprendre sa parole, Retirer une promesse qu'on avait faite. Il avait, donné, sa parole un peu vite, il essaya de la reprendre.

REPRENDRE signifie aussi Recouvrer. Cet homme laisse une fortune importante, mais sa veuve a beaucoup à reprendre sur la succession. Reprenez votre bien. Fig., Reprendre des forces. Reprendre courage. Reprendre espoir, confiance. Reprendre ses esprits. Elle a repris l'usage de ses sens. Il a repris tous ses droits sur elle. Cette manufacture a repris un peu d'activité.

Reprendre son haleine, Recommencer à respirer après une interruption accidentelle, plus ou moins longue.

Fig., Reprendre haleine, Se reposer pour se mettre en état de recommencer à parler, à marcher, à travailler, etc.

REPRENDRE signifie encore Rejoindre quelqu'un pour l'emmener. Attendez-moi, je viendrai vous reprendre; je vous reprendrai en passant.

Il signifie également Se remettre à quelque chose après une interruption. Il a repris son travail. Ils ont repris leur correspondance, interrompue. Ils ont repris, leur train de vie accoutumé. Il faut reprendre cette affaire. Elle a repris la conduite, la direction, le gouvernement de la maison. Reprenons la conversation où nous en étions. Reprenons notre lecture. Après cette interruption, il reprit ainsi son discours. Reprendre le fil de son discours. Reprendre le cours de ses réflexions. Reprendre sa route. Reprendre les hostilités. Maintenant, les choses ont repris leur cours normal.

Reprendre une chose, une histoire de plus haut, La raconter en la commençant à un point plus éloigné dans le temps, pour rendre la narration plus claire, pour mieux éclaircir le fait. Pour vous bien instruire, de cet événement, il faut reprendre la chose de plus haut. Reprenons cette histoire de plus haut.

Reprendre les choses de plus haut, Remonter à des vérités antérieures, à des principes généraux.

Reprit-il, il reprit se dit lorsque, rapportant une conversation, on fait parler de nouveau l'un des interlocuteurs. Il reprit ainsi. Il reprit en ces termes. Cela est indubitable, reprit- il; mais... Dans ces phrases, Reprendre s'emploie absolument.

En termes de Procédure, Reprendre une instance, Continuer avec une nouvelle partie, ou avec la même, un procès commencé et qui avait été interrompu. Il a fait assigner les héritiers d'un tel, pour reprendre l'instance avec eux.

Reprendre une tragédie, une comédie, etc., La remettre au théâtre.

Reprendre un mur, En réparer, en fermer les crevasses. Reprendre la façade d'une maison.

Reprendre un mur, un pilier, etc., sous oeuvre, en sous-oeuvre, Reconstruire, les parties inférieures d'un mur, d'un pilier, etc., en soutenant le reste.

Fig., Reprendre sous oeuvre un projet, une entreprise, un ouvrage, S'en occuper en suivant le même plan, mais avec certaines modifications, certains changements.

Reprendre une maille, La rattacher.

REPRENDRE signifie encore Réprimander, blâmer, censurer quelqu'un pour ce qu'il a fait ou dit. Reprendre doucement. Reprendre aigrement, durement. On a beau reprendre ce jeune homme de ses fautes, il y retombe toujours.

Il signifie aussi Blâmer, censurer, critiquer quelque chose, y trouver à redire. On reprend en vous bien des choses. C'est un homme de bien, je ne vois rien à reprendre dans sa conduite, à sa conduite. Ce critique trouve à reprendre dans les meilleurs auteurs. Il trouve à reprendre à tout ce qu'on fait.

REPRENDRE est aussi verbe intransitif et se dit des Arbres, des plantes, qui prennent racine de nouveau, lorsqu'ils sont transplantés. Ce pommier, ce poirier a bien repris. Il se dit, également des Greffes. Cette greffe a bien repris.

Il se dit aussi des Blessures, des chairs qui ont été coupées, ouvertes, séparées; et il signifie Se refermer, se rejoindre. La plaie commence à reprendre. Les chairs reprennent. On dit de même pronominalement : La plaie se reprend, les chairs se reprennent.

Il signifie encore Se remettre. Ce convalescent, ce malade reprend, a bien repris, Sa santé se rétablit, est bien rétablie.

Cette pièce de théâtre a repris, Après être tombé d'abord, elle s'est relevée.

REPRENDRE signifie également Recommencer, revenir. Le froid a repris. La pluie a repris. Cette mode a repris. Leur amitié a repris.

Les affaires reprennent, Le commerce et l'industrie recommencent à bien aller.

La goutte, la fièvre, etc., lui a repris, Elle lui est revenue, elle lui a pris de nouveau. On dit aussi transitivement dans le même sens : La goutte, la fièvre, etc., l'a repris.

REPRENDRE. signifie, encore, Se figer, geler de nouveau, Ce ciment a repris, La rivière a repris.

SE REPRENDRE signifie Se corriger d'une chose qu'on a dite mal à propos, avec ou sans intention. Il dit un mot pour un autre, mais il se reprit aussitôt.

Il signifie encore Se remettre à une chose. Il a fallu s'y reprendre à plusieurs fois. On dit aussi, familièrement : Vous y voilà repris. Vous vous êtes remis dans un cas fâcheux. Je n'y serai plus repris, Je ne m'y exposerai plus, je n'en serai plus dupe.

Le participe passé
REPRIS s'emploie substantivement dans cette locution : Un repris de justice, Un homme qui est de nouveau inculpé, ayant déjà subi une condamnation pénale. Quelle foi peut-on ajouter à son témoignage? c'est un repris de justice.

4

Anagrammes de reprendre

Nombre de lettres :